ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Ronnie James Dio – This Is Your Life (Tribute Album)


Comment rendre hommage à un artiste aussi respecté, aimé, voire adoré, considéré comme l’un des contributeurs majeurs à la culture metal que Ronnie James Dio autrement que par une fidélité absolue à son œuvre ? L’art du « tribute album » est souvent autre que le seul art de la reprise qui exigerait parfois du « reprenant » de réinterpréter l’original. Et si l’iconoclasme se rencontre même, à l’occasion, dans cet exercice de glorification – ce qui n’est pas toujours un mal – payer son tribut à une figure telle que le regretté chanteur, dont la disparition en mai 2010 est encore sensible, nécessite d’approcher son héritage avec humilité et sérieux.

Lire la suite…



Interviews   

Jorn Lande: a nomad in metal land


Jorn Lande is not just one of the best singers of his generation – he’s also one hell of a chatterbox! The following interview lasted no less than an hour and fifteen minutes, and we could only ask half of our questions. Jorn obviously has a lot of things to say, and the simplest question will lead him to digress, talk about his experiences, his feelings, etc. “I hope you can get something out of it”, he says at the end of the interview. Let’s not forget that the man has a serious career behind him, from Norwegian rock band Vagabond up to his extremely productive solo band. He also had a brief fling with The Snakes, alongside former Whitesnake members Bernie Marsden and Micky Moody, which allowed him to step into the shoes of one of his idols and cover Whitesnake songs; with Mundanus Imperium; with Ark, with which he conceived the masterpiece that is Burn The Sun; with Beyond Twilight and its fascinating The Devil Hall Of Fame; with Masterplan, which he founded with former Helloween members Roland Grapow and Uli Kusch; and with his duo project with Russell Allen, another great metal voice of the end of the 90s and of the 2000s – not to mention several appearances in various other projects.

Having Jorn Lande on the phone was the occasion not only to talk about his new album, Traveller, but also to take stock and try to understand why he just can’t seem to settle down. It will be a good opportunity for fans of the vocalist and of his projects to know some more, notably regarding Ark and Beyond Twilight, with which he created amazing albums that never got a sequel. He also talks about his vision of music as an art and as a job, and laments the fact that so many bands nowadays rely on technology – or screens, as he puts it – to create music, when it should be a matter of human perception and spontaneity.

Enjoy!

Right this way…



Interview   

Jorn Lande : nomade en terre de metal


Jorn Lande, en plus d’être un des meilleurs chanteurs de sa génération, est un sacré bavard ! Pour preuve l’interview qui suit qui a duré pas moins d’une heure et quinze minutes et au cours de laquelle nous n’avons pu poser que la moitié de nos questions. Jorn a visiblement beaucoup de choses à partager, alors en partant d’une question et une amorce de réponse, il divague, parle de ses expériences, de ses sentiments, etc. « J’espère que vous pourrez en faire quelque chose! », nous souhaite-il une fois l’entretien terminé. Il faut dire que le bonhomme a déjà un riche parcours, depuis le groupe de rock norvégien Vagabond, au sein duquel il a fait ses premiers pas, jusqu’à son groupe solo, avec lequel il fait preuve d’une énorme productivité. Il est aussi passé par The Snakes, en compagnie des ex-Whitesnake Bernie Marsden et Micky Moody, dans lequel il a enfilé les chaussures d’une de ses plus grandes idoles en reprenait les tubes du serpent blanc, par Mundanus Imperium, par Ark avec lequel il a conçu le chef d’œuvre Burn The Sun, par Beyond Twilight et son fascinant The Devil Hall Of Fame, par Masterplan qu’il a fondé avec les ex-Helloween Roland Grapow et Uli Kusch, par son projet en duo avec Russell Allen, autre grande voix du metal des années fin 90 et 2000, et divers autres apparitions dans des projets disparates.

Et justement, avoir Jorn Lande au téléphone était l’occasion, outre de parler de son nouvel album intitulé Traveller, de faire le point et comprendre pourquoi il semble tant avoir la bougeotte. Les fans du chanteur et de certains de ses projets auront donc l’occasion d’en savoir plus, notamment pour les cas d’Ark et Beyond Twilight avec qui il a produit des albums exceptionnels mais auxquels le chanteur n’a malheureusement pas donné de suite. Il nous parle également de sa vision de la musique, en tant qu’art mais aussi en tant que métier, et de son regret que tant de groupes aujourd’hui se reposent sur la technologie, ou les écrans comme il le dit, pour concevoir leur propre musique, là où la musique est pour lui avant tout une histoire de perception humaine et de spontanéité.

Bonne lecture !

Ça se passe par ici…



Potin   

Wendy Dio se remarie (et on n’a rien de mieux à faire que d’en parler)


Voilà bien un truc dont on ne vous parlerait pas si on n’avait pas aujourd’hui le choix entre des clips tournés dans des entrepôts vides avec simplement des musiciens filmés en gros plans, des pochettes d’albums où vouloir trouver un sens profond serait comme gratter un ticket de loto et des dates de sortie en-veux-tu-en-voilà dont on ne voit pas trop quoi faire à part vous relayer l’info ou faire leur thème astral… mais nous n’avons pas les compétences en astrologie nécessaires.

Donc, la veuve de Ronnie James Dio s’est remariée ! Hourra, on est trop content ! Ce serait ma tante, je serai dans le même état d’excitation… Elle s’est même mariée à Santa Barbara (Californie) – non, pas ma tante – et là, si vous êtes à peu près de la même génération que moi, une chanson vous trotte déjà dans la tête (si ce n’est pas le cas, on va régler ça avec ce lien). Et bien sûr, à moins de trouver révoltant qu’elle se remarie « seulement » deux ans après la mort de Ronnie James, vous vous en moquez pas mal car tout l’intérêt de cette femme pour vous c’est qu’elle a été la femme d’une grande figure du metal et c’est tout. Comme vous trouvez ça tout aussi intéressant que c’est la femme de Geezer Butler (Black Sabbath), Gloria Butler, qui a été sa demoiselle d’honneur. Idem. Dans le même panier.

Mais vous voulez tout de même lire la suite…



Girls Girls Girls    Nouvelles Du Front   

Sus au cancer !


On ne sait pas où va nous mener tout le brouhaha qu’il y a en ce moment autour du Black Sabbath originel mais on sait où va nous mener son défunt chanteur Ronnie James Dio. Une destination de charme : le manoir Playboy !

On apprend que le premier gala annuel du fond de lutte contre le cancer « Ronnie James Dio Stand Up And Shout » aura lieu le 1er novembre au célèbre Manoir Playboy. Et on nous annonce qu’il y aura des Playmates ! Bon, on nous dit aussi qu’il y a aura un « dîner de gourmet », un groupe de « superstars » pour mettre l’ambiance (Black Sabbath ? Non, là, faut vraiment qu’on décroche), des enchères… Le prix de l’entrée sera de 750 $ par personne et 10 000 $ pour une table de dix. Il va falloir nous acheter des paquets de T-shirts si vous voulez qu’on ait les moyens de couvrir l’événement… Hein ?

Oui, je sais, vous, tout ce qui vous intéresse, c’est les Playmates et les bunnys de Playboy. Mais pensez au cancer ! Il peut déjà commencer à compter ses abatis face à de tels… arguments.

Animalement vôtre.



Interviews   

Def Leppard remains undefeated


“Undefeated” is the title of one of the studio songs that you can hear on Def Leppard’s newest double live album, Mirrorball. An evocative title, which suggests that the band has remained second to none on their own turf these past 30 years. Who can claim to create such melodies, such complex vocal harmonies nowadays? And who can boast such an incredible collection of hits? Very few bands, that’s the answer.

Undefeated also because the band has been through difficult times, always bending but never breaking, contrary to a lot of hard FM/glam bands. In the middle of the 90s, the Sheffield band released several albums that can be seen as so many attempts at reappraisal: first with Slang, where they completely – and not without talent – transformed the music to fit the standards of the 90s, then with Euphoria, where they went back to the basics of their success, and then with X, lost in the popular soppiness of the early years of the 21st century.

But Def Leppard are still there, and they’re stronger than ever. The most compelling proof of that being the excellent Songs From The Spark Lounge they released three years ago and the ever-growing offers for shows all over the world.

Twenty years ago, when grunge was the big thing, Def Leppard made many people laugh with their light subjects and easy melodies. Now their longevity, inimitable know-how and first-rate live performances no longer make anybody laugh; rather, they inspire respect. Not only did Def Leppard prove, thanks to their first real live album, that they’re still a leading band; they also intend to keep on fighting – and winning. The future of the band looks particularly heartening, since they seem to want to strengthen the rawer approach their 2008 record hinted at.

That’s what Vivian Campbell, Def Leppard’s guitarist for the past 20 years and successor of the late lamented Steve Clark, explained to us.

Click here to read the interview…



Interview   

Def Leppard reste invaincu


« Undefeated » – invaincu – est le nom d’un des titres studio de Def Leppard présent sur Mirrorball, le nouveau double album live du groupe. Un titre évocateur qui affirme le combo comme indétrônable sur le terrain qui est le sien depuis près de 30 ans. Qui peut aujourd’hui se targuer de produire de telles mélodies, de telles harmonies vocales complexes, d’avoir une telle batterie de tubes ? Très peu de groupes, assurément.

Invaincu aussi parce que la formation a traversé des périodes difficiles sans plier contrairement à de nombreux autres groupes de hard fm/glam. Le milieu et la fin des années 90 ont notamment vu le groupe de Sheffield se remettre sans cesse en question : un Slang où sa musique s’est totalement métamorphosé – non sans talent – pour coller aux standards des 90’s, un Euphoria pour retrouver les fondements qui ont fait son succès puis un X perdu dans les mièvreries populaires du début des années 2000.

Mais Def Leppard est encore là. Plus fort que jamais. Preuve en est l’excellent Songs From The Sparkle Lounge sorti il y a trois ans et les demandes croissantes pour les voir se produire un peu partout dans le monde.

Il y a vingt ans, à l’apogée du grunge, Def Leppard en faisait rires certains pour ses sujets légers et ses mélodies faciles. Aujourd’hui, sa longévité, son savoir-faire inimitable ou encore ses performances live de haute volée ne font plus rire, mais au contraire inspirent le respect. Alors, non seulement Def Leppard prouve avec la sortie de son premier véritable album live qu’il demeure un leader, mais il compte bien continuer à vaincre. L’avenir du groupe paraît d’ailleurs particulièrement réjouissant puisque, en effet, il semble vouloir renforcer la direction plus foncièrement brute initiée avec l’album de 2008.

C’est ce que nous explique Vivian Campbell, guitariste depuis 20 ans au sein de Def Leppard et successeur du regretté Steve Clark.

Lire la suite…



Radio Metal   

Un an


Souvenons-nous. Au lendemain du 16 mai 2010, nous aurions tous préféré ne pas nous réveiller si c’était pour apprendre que Ronnie James Dio était parti pour un ultime sommeil. Un homme que, au bas mot, nous respections tous s’était éteint.

De tous les artistes qui nous ont quitté au cours de l’année 2010, c’est ce décès qui nous a le plus touché. Car ce n’était pas tant pour les grands groupes dont il a été la voix que nous l’aimions, mais parce que la moindre des choses qu’il nous avait léguée était ce qui nous réunit tous, metalleux : un signe pour repousser le mauvais œil des « braves gens » et un geste pour nous rassembler sous l’index et l’auriculaire levés.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Qui pourrait remplacer Dio ? Part. 2


Alors comme ça, à en juger par certains commentaires, Ronnie James Dio serait irremplaçable au poste de chanteur de Heaven & Hell (mais encore faut-il que le groupe garde ce nom) ? Mais que dire du groupe Dio ? Là, certains doivent se dire : « Non, mais il se fout de notre gueule ? Dio, c’est Dio ! ». Oui ! Et zéro + zéro = la tête à Toto. Heureusement qu’il y en a qui suivent pour m’éviter de dires des bêtises.

Néanmoins, il resterait quelques compos de Ronnie et ce serait dommage de laisser cela à l’abandon. Le guitariste Craig Goldy a expliqué au site Classicrockrevisited.com que la veuve du chanteur a autorisé les anciens membres du groupe Dio à ressortir ces quelques « trésors » perdus : « Wendy (Dio) a donné à Rudy Sarzo (dernier bassiste de Dio) et moi la permission de fouiller dans l’ordinateur de Ronnie afin d’y trouver des musiques. Nous allons nous réunir avec le groupe Dio et jouer avec Ripper Owens. »

C’est encore une fois à une grande voix du metal qu’on ferait appel pour venir tenir les lignes vocales du chanteur disparu. Tim « Ripper » Owens, depuis Iced Earth jusqu’à Yngwie Malmsteen en passant par Judas Priest et ses propres réalisations, est un chanteur qui a assez de talent pour rehausser grâce à son organe la qualité de n’importe quelle composition. Ce n’est pas vraiment un remplacement à proprement parler mais on devrait ne pas trop entendre crier au scandale quand nous pourrons entendre le résultat. A suivre donc.



Nouvelles Du Front   

Qui pourrait remplacer Dio ?


Il y a deux semaines nous vous rapportions un élément sur l’avenir de Heaven & Hell extrait des prémices d’une interview menée par le site Bravewords.com avec le batteur du groupe, Vinnie Appice. A ce moment-là, on nous laissait sur notre faim avec du bon gros teasing nous promettant de nous révéler plus tard la suite de cet entretien avec notamment l’avis du percussionniste sur celui qui serait le meilleur frontman, après Ronnie James Dio, pour poser sa voix sur la musique des ex-Black Sabbath. Et, alléluia !, deux semaines après, Bravewords lâche enfin le morceau. Alors, serait-ce Tony Martin comme le fantasme Spaceman ?

« Ce serait cool. Tony a déjà fait partie du groupe et a déjà travaillé avec eux mais c’était il y a longtemps. J’aimerais qu’on ait quelqu’un comme Rob Halford. Il a déjà joué avec nous auparavant et nous avons déjà parlé de faire quelque chose ensemble. Ça pourrait marcher. […] Rob apporterait une nouvelle vie au groupe. Il pourrait renaître. »

Il est vrai que Rob Halford a déjà remplacé Ronnie James Dio pour deux shows en 1992. Ce dernier refusait d’ouvrir un concert pour Ozzy Osbourne (étant en conflit avec ce dernier depuis quelques années) et son contrat avait expiré après le Dehumanizer Tour. Néanmoins, avec Judas Priest en pleine tournée d’adieu, il n’est pas certain qu’on voit prochainement son chanteur rejoindre Tony, Geezer et Vinnie mais, qui sait, après…

Mais la grande question est avant tout la suivante : dès lors que le groupe devra se trouver un nouveau nom sera-ce plutôt Black Judas ou Sabbath Priest ?



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3