ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

News Express   

DIRECTORS CUT dévoile la nouvelle chanson « Rust »


DIRECTORS CUT sortira son deuxième album, intitulé Cycles, le 16 juin via Hell Prod. Voir les détails…



News Express   

DIRECTORS CUT propose son nouveau disque en écoute intégrale ; clip en ligne


Le groupe High Hopes DIRECTORS CUT propose son nouveau disque intitulé Directors Cut en écoute intégrale sur sa page Bandcamp. Il a été enregistré par le groupe lui-même alors que son mixage a été réalisé par Yann Morel et Seb Descamps au Studio Cube de Besançon. Le mastering a lui été effectué par Steve Rizun du Drive Studios de Toronto. Par ailleurs le titre « Do You Want To Get Cut ? » se découvre par le biais d’un clip visible ci-dessous. Voir le clip.



Révélation High Hopes   

Entre stoner et punk : le « K » Director’s Cut


Il est des artistes ou des groupes qui, dans chaque ville et village, se démarquent sur la scène locale et dont on ne comprend pas toujours pourquoi ils restent si peu reconnus. Au-delà des quelques potes et membres de sa famille qu’un groupe traîne à ses concerts, certains savent et réussissent plus que d’autres à souder une réelle communauté autour d’eux. Un public qui s’accorde à dire que ce groupe-ci a indéniablement beaucoup de talent.

Ce constat, on l’a fait, dans la « team High Hopes ». Car dans le paysage lyonnais, un nom commençait à nous botter dans les parties tendres à chacun de ses projets : Henri Belot, guitariste-chanteur de Slut Machine, formation stoner qui a déjà été sacrée Révélation High Hopes, ayant eu la bonne idée de mettre une sacrée baffe au staff et à de nombreux auditeurs autant sur album qu’en live. Malheureusement, la Machine souffre de la distance géographique séparant chacun de ses membres, forçant Henri, seul à rester dans la capitale des Gaules, à trouver un nouveau projet où s’éclater. Ainsi est né Director’s Cut.

Et ce groupe, une fois de plus, a irrémédiablement fait l’unanimité au sein de l’équipe. Toutefois, ici le stoner pur est rangé au vestiaire, ne laissant que quelques relents heavy, et ce trio – dans lequel se croise là aussi d’excellents musiciens – vagabonde plus vers ce punk à roulettes qui inonda les baladeurs de nombreux ados dans les années 90. Mais, il ne faut pas attendre de Director’s Cut qu’ils fassent du punk-rock facile. Non, le projet démontre que la musique et le sens de la composition sont primordiaux offrant des structures travaillées et riches. Et pour une fois, les « Ohohoh » et autres onomatopées propres au punk ne sont pas ridicules…

Ecouter Director’s Cut et lire la suite.



  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3