ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interviews   

Black Light Burns reveals the man behind the Limp Bizkit monster


Black Light Burns is Wes Borland’s breath of fresh air, away from all the equivocation, conflicts and torments caused by Limp Bizkit’s heavy exposure. It’s an opportunity to be an artist in his own right, and to practice the many arts he masters, from singing to artwork, costume and stage-setting-making, and from keyboards to, obviously, guitar.

Borland’s playing is experimental and unconventional; it has allowed Limp Bizkit to enjoy killer riffs, aerial ambiences and psychedelic textures. Black Light Burns is a different deal entirely: The Moment You Realize You’re Going To Fall, released at the end of last year, is an industrial record that sees Wes Borland experimenting in a Nine Inch Nails-ish universe served with a punk dressing.

Wes Borland was in Paris on the occasion of the band’s European tour for this album. It was a good opportunity to talk to him about the record, rather different from Black Light Burns’ first effort, about his artistic vision as a whole, but also about Limp Bizkit’s eagerly anticipated new album and his relations with three of the main people behind this release no one believed in anymore: producer Ross Robinson, long-time-no-see DJ Lethal, and of course he who generally causes scandal, Fred Durst.

Read the interview.



Interview   

Black Light Burns dévoile l’homme derrière le monstre de Limp Bizkit


Black Light Burns est la bouffée d’air frais de Wes Borland, loin des tergiversations, conflits et autres tourments dus à la forte médiatisation de Limp Bizkit. C’est finalement son opportunité d’être un artiste à part entière et de s’exercer à la pléiade d’arts qu’il maîtrise, du chant à la création d’artworks et de costumes ou peintures de scène, en passant par le clavier, et évidemment ses pérégrinations guitaristiques.

Le style de jeu de Borland est expérimental et non-conventionnel ; il a permis à Limp Bizkit de bénéficier à la fois de riffs destructeurs, d’ambiances aériennes et de textures psychédéliques. La donne est différente dans Black Light Burns : The Moment You Realize You’re Going To Fall, sorti à la fin de l’année dernière est un brûlot industriel où Wes Borland expérimente dans un univers proche de Nine Inch Nails revisité à la sauce Punk.

Wes Borland passait par Paris à l’occasion de la tournée européenne du groupe pour défendre cet opus. Il était donc temps de parler avec lui de cet album plutôt différent du premier opus de Black Light Burns, de sa vision d’artiste en général, mais également du très attendu nouvel album de Limp Bizkit et de ses relations avec trois des acteurs principaux d’un opus auquel on ne croyait plus : le producteur Ross Robinson, le revenant DJ Lethal et bien sûr celui par qui le scandale arrive généralement, Fred Durst.

Lire l’interview.



Nouvelles Du Front   

Limp Bizkit : fin de la parenthèse pour Lethal


Rien de tel qu’une cure hors de Limp Bizkit dirait-on. Fred Durst les avait mis dehors pour leur bien (et pour le bien du groupe) et en six mois les voilà tous les deux revenus, clean, bons pour le service. D’abord le batteur John Otto qui depuis mai a retrouvé sa place derrière les fûts. Par contre, ce n’était pas parti pour s’arranger avec le second, DJ Lethal, qui dès le début, et même encore après, condamnait cette mise sur la touche.

Alors que LB pointait du doigt chez eux des dépendances, des comportements auto-destructeurs, des injures à l’encontre des autres membres, « [provenant] de questions et de problèmes qui échappent à leur contrôle », et donc espérait qu’ils trouveraient l’aide nécessaire pour les régler, Lethal dénonçait à demi-mot la dictature de Durst : « Ce n’est pas un groupe quand un seul homme les contrôle tous » tout en niant avoir de tels problèmes.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Limp Bizkit : ce 1er avril qui n’a pas fait rire DJ Lethal


Le 1er avril dernier le groupe publiait un communiqué annonçant l’éviction de deux de ses membres : le batteur John Otto et DJ Lethal. Au départ, étant donné la date de l’annonce, on a pensé à une blague, puis finalement non ! Le groupe semblait clair et ferme sur ses positions et Lethal avait d’ailleurs immédiatement apporté des nuances sur certains points évoqués dans le communiqué de ses compères via son compte Twitter, considérant que ce renvoi était injuste, prouvant bien que tout ça était à prendre au sérieux. Cependant, rien ne semblait être définitif et sans retour en arrière possible car le groupe, ou plus précisément Fred Durst, avouait dans ledit communiqué : « Je ne leur souhaite rien d’autre que le meilleur et la porte sera toujours ouverte et favorable à de nouveaux départs, le plus important étant leur retour dans Limp Bizkit. »

Tout semblait avoir été fait avec réflexion, préalablement pensé, éloignant toute prise au dépourvu pour les deux membres écartés (accusés de dépendances diverses et variées). Mais, étrangement, sur la scène du Sonisphere espagnol, le 25 mai dernier, ou encore celle du Rock In Rio de Lisbonne, le lendemain, John Otto avait retrouvé ses compagnons à l’inverse d’un Lethal bel est bien absent.

Lire la suite.



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3