ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Un coup de nostalgie avec Doyle


Difficile de ne pas penser aux Misfits lorsqu’on parle de Doyle. Ayant été le guitariste du groupe pendant un moment, de l’époque glorieuse avec Glenn Danzig dans années 80 mais également la reformation avec Michale Graves dans la seconde moitié des années 90, puis après quelques apparitions live aux côté de Danzig, il était temps que Wolfgang Von Frankenstein vole pour de bon de ses propres ailes, en créant son projet solo : Doyle. En 2013 sortait donc Abominator, et sentant déjà l’éloignement par rapport au punk, Doyle enchaîne avec un second album, lequel sortira en mai prochain, après la tournée.

Une manière assez étrange de promouvoir un album, mais voir le groupe sur scène n’est pas quelque chose dont on se plaint. La tournée prend fin par un concert expéditif, punk dans l’âme, au Glazart parisien, pour l’homme à la musculature imposante et la célèbre mèche.

Lire la suite…



News Express   

DOYLE dévoile l’artwork et un extrait du nouvel album As We Die


DOYLE – projet solo de l’ex-guitariste des MISFITS Doyle Wolfgang Von Frankenstein – sortira son second album, intitulé As We Die, le 5 mai via EMP Label Group. Voir les détails…



Interview   

Doyle Airence fait bloc mais ne s’enferme pas


Faire bloc… mais tout en s’ouvrant au monde. A l’occasion de la sortie de leur deuxième album Monolith (le 14 octobre chez Lifeforce Records), les Parisiens Doyle Airence, qui s’étaient faits connaître jusqu’alors sous le simple patronyme de Doyle, se seraient bien passés d’un coup de chaud. En effet, s’ils étaient bien contents de leur nom (dont la simplicité se voulait justement à l’opposé de la tendance des noms à rallonge de certains groupes), ils se sont retrouvés, à l’aube du pressage de leur nouvel opus, dans l’obligation légale de l’augmenter, une pression venue des États-Unis et d’un artiste, un autre Doyle bien connu, qui avait, entre temps, posé une option sur son propre prénom. Une mésaventure dont ils sont sans doute ressortis plus forts, avec une nouvelle expérience un peu particulière du music-business, en ayant fait front, pour ne pas se laisser totalement faire.

Et une mésaventure qui, espérons-le, ne sera finalement qu’anecdotique dans son histoire. Car pas question de se recroqueviller sur soi, dans son coin, devant le premier obstacle. Le groupe, comme d’autres formations hexagonales aujourd’hui, compte bien démontrer hors des frontières françaises que les Frenchies savent aussi faire du metal. Presque une obligation reconnaît Austin Pecnard, guitariste du combo : pour s’imposer dans son propre pays, un groupe français a d’abord besoin de se faire repérer loin de chez lui avant de revenir en héros sur ses terres.

Lire l’entretien…



Live Report   

Deftones : un manque de frisson au Trianon


Suite à un grave accident de voiture en 2008 laissant Chi Cheng dans le coma, privant Deftones de son bassiste, le groupe a remis sine die l’album sur lequel ils travaillaient. La bande à Chino Moreno a recruté plus récemment Sergio Vega (Quicksand) pour s’occuper de la basse pendant ce temps et a sorti Diamond Eyes en 2010. S’en est suivie cette tournée s’achevant le 15 décembre à Paris où nous nous sommes rendus. Pour financer les soins médicaux de leur collègue, le groupe a mis en place une collecte de dons, provoquant une queue à la billetterie qui nous fera malheureusement arriver en retard pour le concert.

Nous entrons dans la salle juste à temps pour voir la toute fin du set de la première partie : Doyle. Difficile de se faire une idée de la prestation sur les quelques secondes de concert que nous avons vues et nous en sommes désolés. Cependant, le public n’était pas particulièrement enthousiaste. « Tu n’as pas manqué grand-chose », entendrons-nous. Ou encore : « c’était correct mais pas mon style ». « Correct » est un terme qui paraît plutôt bien décrire ce que nous avons aperçu.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Ghost @ Paris
    Slider
  • 1/3