ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Mass Hysteria aura toujours de la matière


Mouss - Mass HysteriaDans le partage de sa musique ou de ses idées, le nouvel album de Mass Hysteria – Matière Noire est un bel exemple de ce qui a fait la force du combo sur ses disques récents : une musique de plus en plus agressive au service de textes toujours prêchés avec une conviction et une force qui prennent à la gorge. A l’écoute de cet opus, on se dit que ces « chiens de la casse » auront toujours de la matière et ne sont visiblement pas près de lâcher le bifteck en dénonçant, inlassablement, les systèmes et les nombreuses aberrations qui vont avec. Bref en étant toujours aussi « ré-vol-tés » comme le crie Mouss, le frontman du groupe, sur le morceau « Chiens De La Casse ». Qu’on partage ou non ses opinions ou sa vision du monde, le succès de Mass Hysteria ne peut que forcer le respect et prouve que le combo a su s’imposer en France comme une référence à travers les années. Son Olympia archi-bondé en avril 2013 à l’occasion de la sortie du remarquable L’Armée Des Ombres faisant à ce titre figure de point de référence sur son actualité récente.

Mardi 20 octobre dernier, Mouss Kelai était notre invité dans l’émission Anarchy X. Nous avons longuement échangé avec lui à propos du dernier album des Parisiens, le premier avec Fred Duquesne en tant que guitariste, en plus d’être le producteur de la bande depuis 2007. Un album intense, marqué par l’urgence et des propos forts et engagés qui, on le voit très vite pendant l’interview, sont loin d’être une façade, lançant des piques aux politiques de tous bords, aux Enfoirés, au Petit Journal de Canal +, etc., renvoyant à la part revendicative de l’histoire du rock. Nous en avons également profité pour faire un point concernant l’état de santé de Nicolas Sarrouy, l’ex-guitariste des Mass, qui se remet actuellement d’un grave accident survenu il y a quelques semaines.

Lire l’interview…



Potin   

Enfoiré de Bon Jovi !


Je vous échange un billet pour Les enfoirés contre un pour un concert de Bon Jovi. Allez, soyez pas vaches, c’est pour la bonne cause. Alors, personne n’en veut d’une place pour le concert des Enfoirés ? Je vous comprends, au fond, qui a envie de voir chanter Mimie Mathy et Patrick Timsit ? Les Restos du Cœur sont – malheureusement – devenus extrêmement importants (nous connaissons tous une personne, qu’on le sache ou non, qui a eu besoin d’eux un jour et, par chance, ils étaient là) mais il est tout de même dommage que ce soit avec une musique aussi atroce qu’ils tentent de lever des fonds. Par conséquent, l’œuvre de charité entreprise par Jon Bon Jovi n’est que plus plaisante… au moins pour nos oreilles.

Jon Bon Jovi est le directeur de la JBJ Soul Foundation, association à but non lucratif qui s’est donné pour mission de venir en aide aux plus démunis, pauvres et sans abris, aux États-Unis et, depuis le 19 octobre dernier, cette fondation s’occupe aussi de calmer leur faim en ayant ouvert Soul Kitchen, à Red Bank dans le New Jersey, parce que, comme le dit si bien le chanteur en interview : « Les barrières des langues nous séparent, l’économie nous sépare, parfois nos métiers nous séparent, et, ce dont tout le monde a besoin, c’est manger, et c’est un endroit où tout le monde peut venir manger et se sentir à l’aise. »

Lire la suite…



Song For The Deaf   

Le génie ne suffit pas


On croit toujours que parce qu’un tube est ce qu’il est, il est définitivement à l’abri d’un massacre. Parce qu’il a ces mélodies, ces riffs, ce refrain ou ce quelque chose d’autre qui le rend irrésistible et intemporel, une reprise d’un tel titre ne peut pas être foncièrement mauvaise (entendons nous bien, on parle bien ici d’interprétation et non pas de technique pure). Mais non. Aucune chanson n’est à l’abri.

Les Enfoirés l’ont récemment prouvé en rendant inécoutable le célèbre « I Was Made For Loving You » de « KI vou SSavez ». Sacrée performance quand on sait que derrière cet attentat, il y a une pléiade d’artistes pourtant talentueux. Le défi était pourtant élevé, puisqu’il ne s’agissait que de modifier les paroles. Mission accomplie : la musique, le refrain sont toujours là, mais la chanson est inécoutable. A ce niveau là, c’est du génie.

Admettons qu’il s’agisse d’un accident de parcours. Le groupe Northern Kings, présenté comme la rencontre entre « quatre des plus grandes voix du metal en Finlande » (une sorte de boys band du metal sans le côté beaux gosses en quelque sorte), est quant à lui bien plus régulier. Les deux albums de la formation sont de véritables génocides musicaux. Ils s’attaquent en effet à toute une armada de tubes pour un résultat intégralement médiocre. Il fallait y arriver.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3