ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Potin   

Je ne suis plus personne, intéressez-vous à moi !


Aidez un vieux c… grincheux de moins de trente ans à se rafraîchir la mémoire, s’il vous plaît : il y a bien eu une époque où la télévision proposait du contenu riche, varié, bien travaillé, où le truc le plus rediffusé de l’histoire de la petite lucarne était « La Grande Vadrouille » ? Et je vous parle d’une époque où on n’avait que six chaînes, voire cinq si on ne compte pas cette chaîne qu’on regardait alors en plissant les yeux et qui grésillait même un peu pour nous laisser comprendre quelque chose à l’ambiance sonore du film, voire encore quatre quand, pendant un temps, il n’y avait rien sur la Cinq (si, si, c’est arrivé)… Une époque où on avait deux films – de vrais films de cinéma ! – le dimanche soir sur TF1 et pas les quatre millionièmes rediff’ des Experts… Sur chaque chaîne, chaque soir, on pouvait avoir autre chose que Vis Ma Vie, Tellement Vrai et d’autres « magazines d’investigation » du genre : « Permettez qu’on investisse… euh, investigue dans votre salon, c’est pour éviter de payer des gens qui pourraient pondre des programmes intelligents. »

On a eu beau se révolter (enfin, ronchonner, serait un meilleur verbe car personne n’a vu de barricades) en 2001 contre le débarquement de la télé-poubelle quand Loft Story est arrivé sur M6, ça n’a pas empêché la télé-réalité de devenir le genre de programme majeur de la télévision. En un instant, les messieurs-mesdames-mesdemoiselles Tout-Le-Monde vautrés devant la télé pouvaient se vautrer DANS la télé. Et ça intéressait le public : « Regardez, ils sont comme nous », disait-on et dit-on encore, comme devant la cage des chimpanzés au zoo, quand on les voit s’accoupler dans des positions qu’on croyait propres aux humains. Et puis quelqu’un s’est dit un jour : « Tiens, et si on alliait le potin à la télé-réalité en filmant des stars comme ces gens normaux ? »

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Deftones @ Lyon
    Slider
  • 1/3