ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interviews   

Ektomorf : a highly sensitive interview with Zoltan


Zoltan Farkas, the brains behind Ektomorf, is a kid living his dream. He’s always thinking about how to please his fans with the same amazement and tearing eyes he must’ve had in front of his idols (idols like Max Cavalera who, as you’ll see, isn’t one anymore). Yes, Zoltan loves his fans because he stayed a fan himself. We’re talking to a kid, a music junkie: colloquial language, no prepared statement – or even thought about beforehand – and answers with a rare honesty. A surprising honesty, disarming at first, but delightful in the end: with him, you’re free to talk about anything.

He’ll tell us unbelievable stories about Danko Jones recording in the back seat of his car, or the conditions of their first acoustic show, or the ousting from Ektomorf of guitarist and Zoltan’s best friend, Tamas. He’ll gladly talk about more “personal” matters, like how it is to be a Gypsy living in Hungary, his personal issues and, of course, the reasons for his choice of ringtone on his iPhone.

A touching attitude, confirming what Zoltan himself tells us: his musical career is the result of his search for redemption.

Click here to read the interview…



Interview   

Ektomorf : Zoltan à fleur de peau


Zoltan Farkas, tête pensante d’Ektomorf, est un gamin qui a réalisé son rêve. C’est avec l’émerveillement et les yeux brillants qu’il avait probablement face à ses idoles (des idoles comme Max Cavalera qui d’ailleurs, on le verra, n’en est plus une du tout aujourd’hui…) qu’il s’interroge sur la manière de contenter ses fans. Oui, Zoltan est passionné par ses fans parce qu’il a su en rester un. On ne l’interviewe pas. On bavarde avec un gosse, fan boulimique de musique : langage familier, aucune déclaration préparée ou même ne serait-ce que réfléchie en amont et des réponses d’une sincérité rare, surprenante, au départ désarmante mais au final délectable : avec lui, on peut librement aborder et débattre de tous les sujets.

De lui-même, il nous confie des anecdotes irréelles sur un Danko Jones enregistrant une chanson à l’arrière de sa voiture, sur les conditions du premier concert acoustique donné par le groupe ou encore sur l’éviction d’Ektomorf de l’ancien guitariste et meilleur ami de Zoltan, Tamas. Il accepte volontiers de se livrer sur des sujets plus « intimes » tels que sa condition de Gitan au sein de la Hongrie, ses problèmes personnels et, en toute logique, les raisons de son choix de sonnerie sur son Iphone.

Une attitude touchante qui nous confirme ce que Zoltan nous dit lui-même : sa carrière musicale est le résultat d’une fuite en avant, d’une lutte pour trouver un exutoire salutaire.

Cliquez ici pour découvrir cet entretien



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3