ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

In Flames lève le masque


Tic-tac, tic-tac : les fans d’In Flames en auront bientôt fini de ronger leur frein puisque I, The Mask, tout nouvel album, sort le 1er mars. Pour les faire patienter, rien de tel que la lecture de cette interview d’Anders Friden et Björn Gelotte lors d’un passage récent à Paris. Les deux amis nous parlent donc des circonstances dans lesquelles ce nouvel opus a été enregistré – poussant plus loin l’expérience de l’expatriation à Los Angeles déjà éprouvée sur Battles – et la façon dont ils l’ont pensé – avec des guitares mieux mises en valeur.

Et puis ils nous expliquent cette métaphore du masque qu’ils ont reprise en titre d’opus : un masque qui protège et qui coupe du monde réel, le masque de notre vie 2.0. Cela dit, les compères suédois ne sont pas manichéens et ne jettent pas le bébé avec l’eau du bain. Bien sûr, la technologie peut aussi être utile et se révèle même parfois incontournable.

Ayant eu l’occasion d’accompagner Deep Purple sur plusieurs dates l’an passé, les deux compères nous racontent également en fin d’interview leur expérience auprès de ces légendes du rock et de leur public, qui n’était peut-être pas tout à fait préparé…

Lire l’interview…



News Express   

Martin Rubashov dévoile le clip vidéo de la chanson « Black Elk » avec Anders Fridén (IN FLAMES)


Le chanteur Martin Rubashov dévoile le clip vidéo de la chanson « Black Elk » qu’il chante en duo avec Anders Fridén d’IN FLAMES, ce dernier apparaissant également dans le clip. A noter que le duo s’était déjà illustré sur la chanson « Dead Eyes » tiré de l’album d’IN FLAMES Siren Charms. Ecouter la chanson…



News Express   

Martin Rubashov dévoile la nouvelle chanson « Black Elk » avec Anders Fridén (IN FLAMES)


Le chanteur Martin Rubashov dévoile la chanson « Black Elk » qu’il chante en duo avec Anders Fridén d’IN FLAMES. A noter que le duo s’était déjà illustré sur la chanson « Dead Eyes » tiré de l’album d’IN FLAMES Siren Charms. Ecouter la chanson…



Interview   

In Flames sous le soleil de californie


Anders Fridén - In FlamesS’il se dit bien dans sa vie et dans son groupe, n’ayant actuellement aucune bataille à livrer, contrairement à ce que pourrait laisser entendre le titre du nouvel album d’In Flames, Battles, le chanteur Anders Fridén n’en a pas moins des convictions sur son groupe et sa musique, qu’il défend fermement. Qu’importe les avis des fans, positifs comme négatifs, vis à vis des changements qu’ils ont pu opérer dans leur musique au fil des années, In Flames fera toujours ce qu’il croit devoir faire, c’est une question d’intégrité. Et en ça, ils n’ont jamais changé.

En parlant de changement, il en fut un radical entre Siren Charms (2014) et Battles, celui de l’environnement, passant de la grisaille humide et froide du Berlin hivernal, pour le premier, au soleil de Californie, pour le second. En résulte un album plus chaleureux et positif, Fridén nous expliquant l’impact du contexte sur leur créativité. Le chanteur nous parle ainsi de la conception de Battles en compagnie du producteur Howard Benson, celui-là même qui leur a présenté Joe Rickard, qui deviendra leur nouveau batteur. Il donne également son point de vue sur les critiques qu’In Flames essuie régulièrement sur internet, y compris de la part de leur ancien guitariste Jesper Stömblad.

Lire l’interview…



Interviews   

In Flames gives in to the siren calls of their desire


In music, the crux of the matter is generally creativity and inspiration (come on now, who thought we were going to say “money”?). Every musician, every band has their own recipe, their own ritual, a specific environment or time to make them emerge. But sometimes inspiration is fickle and just won’t be found where it usually lies. So some artists don’t hesitate to change their habits and experiment to see where that will lead them creatively. Such was In Flames’s reasoning for the creation of their new album, Siren Charms – or, more precisely, the reasoning of vocalist Anders Fridén, who put himself under serious stress and showed up empty-handed in the studio. This is the exact opposite of what he did for the previous album, Sounds Of A Playground Fading, which we talked about three years ago. The intense experience didn’t sit too well with Fridén. Was it worth it? Only the audience can tell…

Along with guitarist Björn Gelotte, the singer tells us all about this experience in the following interview. More generally, they also help us understand the genesis of this album, the second since Jesper Strömblad’s departure, which left Gelotte on his own to write riffs and songs.

read the interview…



Interview   

In Flames obéit aux sirènes de ses envies


En musique, le nerf de la guerre, généralement, c’est la créativité et l’inspiration (qui a dit « non, c’est l’argent » ?). Et chaque musicien, chaque groupe a sa propre recette, son propre rituel, ses environnements ou ses moments propices pour tenter de les faire rejaillir. Mais comme bien souvent l’inspiration se montre polissonne, n’étant pas toujours là où on l’attend, certains artistes n’hésitent pas à changer leurs habitudes et faire des expériences pour savoir où cela les mènera d’un point de vue créatif et donc artistiquement. Voilà quelle a été la démarche d’In Flames pour la conception du nouvel album Siren Charms, ou plutôt surtout celle de son chanteur Anders Fridén, se mettant expressément dans des conditions de stress, arrivant au studio les mains dans les poches sans préparation, à l’exact opposé de la démarche dans laquelle a été conçu le précédent opus Sounds Of A Playground Fading (dont le chanteur nous parlait il y a trois ans). Une expérience intense mais visiblement mal vécue par Fridén. Est-ce que ça en valait la peine ? Ce sera au public de décider si le charme opère…

Le chanteur, accompagné de son acolyte guitariste Björn Gelotte, nous relate donc toute cette expérience dans l’entretien qui suit. Mais aussi, de manière générale, nous donne de quoi comprendre la genèse de cet album, le second depuis le départ de Jesper Strömblad, laissant à Gelotte la responsabilité principale d’apporter les riffs et les chansons.

Lire l’interview…



Nouvelles Du Front   

In Flames : la musique a besoin de temps


C’est le mantra de notre époque dans cette industrie de la musique qui cherche encore son nouveau modèle économique : il faut trouver de nouveaux formats ou, au moins pour commencer, en privilégier d’autres que celui de l’album qui coûte cher à produire, d’un côté, et à l’achat, de l’autre. Ainsi, de plus en plus de groupes, et non des moindres, tournent le dos à ce LP qui semble avoir perdu de son charme d’autrefois.

Par exemple, le guitariste Kirk Windstein nous expliquait l’an dernier pourquoi Down préférait sortir quatre EP plutôt qu’un album : « Plus personne n’achète plus rien. Donc nous essayons de faire les choses différemment, en faisant en sorte que ce soit moins cher à acheter. Les gens veulent les choses gratuitement ! Donc, six titres, ça rendra les disques moins chers à acheter. C’est la même chose pour ce qui est du téléchargement : ce sera moins cher à télécharger. Plus personne ne va dans les magasins de disque pour acheter. On essaie juste de faire notre tambouille différemment. »

Les gars de Mötley Crüe, eux vont plus loin, voyant l’avenir dans le petit single, « car les gens ne peuvent ingérer qu’une chanson à la fois, dit le batteur Tommy Lee, alors pourquoi ne pas faire des chansons à un moment et les sortir. Vous pouvez appeler ça single, qu’importe, ou, au maximum, un EP, quatre chansons, fait, boum. Je sens vraiment que les jours des disques entiers sont partis depuis longtemps. » Ce que confirmait Mick Mars : « Je dirais qu’on est revenu aux années 60, des singles, des EPs, des choses comme ça. Si tu vas sur iTunes, ou un truc comme ça, tu vois ce qui a été téléchargé. Beaucoup de groupes bâclent le reste de l’album… Il faut donc que tu achètes un album complet pour avoir une seule chanson. » Mais Anders Fridén, chanteur d’In Flames, à contre-courant de toutes ces idées, peut-être un peu « vieille école » dans son genre, croit encore en l’album, et si possible en vinyle.

Lire la suite…



Interviews   

Is the In Flames flame still burning?


Today, one thing is for sure; old school In Flames fans have divided opinions about the band. The band are quite obviously transformed since the days of Reroute To Remains and have adapted to a more modern sound without losing their identity. However, In Flames are not interested in their grumpy fans and according to front man Anders Fridén, the band’s popularity has never ceased to increase and it’s impossible for an artist to please everyone. Therefore, it’s best to think about their own interests first if the flame is still burning bright.

In fact, this is wherein the doubts following latest events lie: Jesper Strömblad, the founder and one of the leading composers of the band quit. Following alcohol problems, tense relations between band members etc, the main question that comes to mind is: what will be the impact on the band? Fridén had a clear answer for us: “It’s not that much different, to be honest. For us, it’s not such a huge departure.” In fact, it seems that issues leading to Strömblad’s departure had been around for a while, : “In Flames is way bigger than me, Björn, Peter, Daniel and Jesper as people.” Upon hearing the new album, Sounds Of A Playground Fading, you can tell that In Flames are going strong as though nothing ever happened. They picked up right where they left things with A Sense Of Purpose, by developing ideas further, introducing new ones, etc.

But let’s give way to the singer to give us some more detail about this…

Click here to read the interview…



Interview   

In Flames a-t-il encore la flamme ?


Une chose est sûre, c’est qu’aujourd’hui, In Flames est loin de faire l’unanimité parmi ses plus anciens fans. Il faut dire que le groupe s’est métamorphosé, de manière particulièrement évidente depuis Reroute To Remains, pour proposer une musique davantage dans l’air du temps, sans pour autant perdre son identité. Mais In Flames, eux, les ronchons, ça ne les intéressent pas. Peut-être ont-ils raison car d’une part, comme le précise le frontman Anders Fridén, la popularité du groupe n’a cessé de croître et puis parce qu’il est clair que, lorsqu’on est artiste, contenter tout le monde relève souvent d’une mission impossible. Alors autant de prime abord se contenter soi-même. Encore faut-il avoir la flamme avec soi.

Justement, le doute s’est installé dernièrement suite à un événement : le départ du fondateur du groupe et l’un des principaux compositeurs, Jesper Strömblad. Problèmes d’alcool, relation émoussée entre membres du groupe ; on vous passe les détails mais une question vient à l’esprit : quel en sera l’impact sur la musique du groupe ? Fridén y répond de manière claire : « très honnêtement, ce n’est pas très différent. Pour nous, ce départ n’est pas si grave. » D’ailleurs les problèmes qui ont mené au départ de Strömblad ne semblent pas tout neufs, « ça fait un bon moment qu’on cachait ces problèmes » confie Fridén, et de toutes façon, selon ce dernier « In Flames est bien plus important que moi, Björn, Peter, Daniel et Jesper en tant qu’individus. » Il suffit par ailleurs d’écouter le nouvel album du groupe, Sounds Of A Playground Fading, pour s’en rendre compte : In Flames fait son bonhomme de chemin comme si de rien n’était. On repart là où on s’est arrêté sur A Sense Of Purpose, on reprend certaines idées pour les développer, on en introduit de nouvelles, etc.

Mais laissons le chanteur lui même expliquer tout ceci…

Lire l’interview…



Nouvelles Du Front   

Gojira à l’école Devin Townsend ?


On s’en doutait déjà un peu en écoutant le premier titre du nouvel EP 4 titres, « Of Blood And Salt », de Gojira : la collaboration de Joe Duplantier sur l’album Deconstruction de Devin Townsend avait laissé des traces. Car même si les Bayonnais et le Canadien œuvrent depuis longtemps sur les mêmes plates-bandes musicales, le rapprochement n’a jamais été aussi serré et que certaines couleur de Devy aient déteint sur la bande des frères Duplantier semble désormais évident. Mais cette ressemblance tend à s’accentuer.

« Of Blood And Salt » ne doit -normalement – pas sortir avant demain avec le sampler du magazine anglais Metal Hammer. Sur le site du mag’, on apprend déjà certaines choses qu’on devra y trouver imprimées, comme le fait que la sortie de l’EP complet est prévue pour septembre que le prochain album devrait arriver quelques temps après, avant la fin de l’année. Et d’une bonne nouvelle !

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Slash @ Paris
    Slider
  • 1/3