ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Mörglbl : les Desproges du jazz-metal viticole


Mörglbl est ce qu’on peut appeler un ovni dans le paysage rock et metal. Mörglbl joue « hors cadre » et n’en a « rien à foutre des codes ». Mörglbl est virtuose, sophistiqué, cultivé mais également adepte de plaisanteries et de jeux de mots douteux qu’il élabore au cours de « nombreuses soirées beuverie ». Mörglbl, c’est un univers jazz-metal instrumental sans frontière, où les références sont plus à chercher du côté de Desproges ou de Gotlib que de celui des traditionnels guitar heroes prétentieux.

A la fois jovial, humble et perspicace, le guitariste Christophe Godin nous livre la philosophie de Mörglbl et sa vision de la guitare, outil de composition et d’expression plus qu’une fin en soi, à l’occasion de la sortie de The Story Of Scott Rötti, septième album du trio. Un long et passionnant entretien qui vous fera peut-être réfléchir, notamment sur la recherche de reconnaissance chez les musiciens ou bien sur le politiquement correct en humour qui tendrait à crétiniser le public.

Lire l’interview…



News Express   

GNÔ dévoile le vidéo clip de la chanson « Deserve to Die »


GNÔ a sorti son quatrième album, intitulé Sick Princess, le 25 novembre via Send the Wood Music. Voir les détails…



Interview   

Gnô : malades increvables


Il est temps de s’intéresser à Gnô. Mais pour de vrai : pas en tant que « ancien side project » du guitariste Christophe Godin, mais bien en tant qu’entité indépendante. Car voilà plus de seize ans que le groupe existe, a une carrière et une musique qui lui est propre. Et le départ, il y a trois ans, de Christophe Godin, même s’il a d’abord créé de grandes incertitudes quant à l’avenir du projet chez ses membres restants, ne change rien à cela.

Encouragés par leur label Send The Wood, Gaby Vegh et Peter Puke ont décidé de faire perdurer Gnô et son identité. C’est donc avec un nouveau guitariste, Djul Lacharme, et un nouvel album, Sick Princess, dont le nom indique clairement une envie de continuité que Gnô réaffirme son envie de continuer « jusqu’en l’an 3000 ».

A cette occasion, Gaby nous a parlé de ce qu’était Gnô, musicalement, humainement, mais aussi professionnellement.

Lire l’interview…



Interview   

Arno Strobl au carnaval du rire qui tue


Arno Strobl n’est pas simplement un habitué des interviews sur notre antenne, en fait, on devrait bientôt lui envoyer sa carte de fidélité plastifiée. De Combat Nasal, compilation téléchargeable gratuitement dédiée aux découvertes de l’underground metal, à 6h33, une de ses dernières grandes collaborations musicales en date, en passant par certains de ses projets plus obscures, on a l’impression d’avoir déjà parlé de tout avec le chanteur/journaliste/découvreur de talents ces dernières années.

On pensait donc avoir tout dit avec Arno Strobl et pourtant il n’arrête jamais d’apporter du neuf dans ses œuvres. Après avoir bien ratissé les occupations et les opinions (que ce soit sur l’industrie musicale ou sur la cuisson des pâtes) de l’homme en 2012, en parlant de 6h33, qui serait, selon ses dires, ce qu’aurait été Carnival In Coal, son ancien groupe, aujourd’hui, il s’apprête à revenir en 2014 sous cette bannière pour jouer sur scène l’album Vivalavida pour ses 15 ans, mais sans son vieux comparse Axel Wursthorn et avec une équipe de zicos triée sur le volet. Un retour sur son passé musical inattendu de la part de celui qui déclarait avoir fait le tour dans le genre musical incarné par Carnival In Coal et vouloir explorer de nouveaux chemins. Mais cela n’arrive qu’en parallèle de ce qui est vraiment sa nouvelle œuvre, avec la sortie du premier album de son projet avec le multi-instrumentiste Déhà : We All Die (Laughing).

Ce fut donc notre premier sujet dans cette interview avec le chanteur, qui vit là plus qu’un simple projet mais a lancé un vrai groupe, avec un avenir dans d’autres disques (peut-être un album concept sur la cuisine italienne, nous avoua-t-il à moitié en plaisantant en off) et sur scène, en parallèle d’autres projets qui, eux, restent à réaliser, que ce soit en solo ou avec les amis qu’il s’est fait dans 6h33.

Lire et réécouter l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Slash @ Paris
    Slider
  • 1/3