ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

News Express   

Brian « Head » Welch (KORN) : un nouveau livre en mai


Le guitariste de KORN Brian « Head » Welch sortira son nouveau livre intitulé « With My Eyes Wide Open: Miracles And Mistakes On My Way Back To Korn » le 17 mai aux éditions Thomas Nelson (spécialiste de la littérature chrétienne). Lire la suite…



Interviews   

Jonathan Davis (Korn): his battle against do-nothingness


With guitarist Head’s return, it can be said that Korn was eagerly awaited by the crowd. But if there is one thing that Korn doesn’t listen to anymore – or at least pretends not to listen – it is what the audience expects. A few ranting people demand that the band forget about its dubstep experimentation and come back with a fundamentally metal album? Thus Korn offers them “Never Never”, one of the poppiest songs of its career. « I like going against what is expected, I like doing what you’re not supposed to do, » explains singer Jonathan Davis in the following interview.

But the main tasks undertaken by the band was on one hand seeing how Head’s return would work out and on the other hand going forward with their new album. The result is The Paradigm Shift, neither another version of The Path Of Totality, nor a renunciation to its roots. It is first and foremost an album full of contrasts where Korn puts to practice the know-how it acquired over the years more than ever before.

Read the interview…



Interview   

Jonathan Davis (Korn) : sa bataille contre l’immobilisme


Avec le retour du guitariste Head, on peut dire que Korn était attendu au tournant. Mais s’il y a bien une chose que Korn n’écoute plus – ou fait mine de ne plus écouter – ce sont les attentes du public. Les râleurs somment le groupe d’oublier les expérimentations dubstep et de revenir avec un album foncièrement metal ? Alors Korn leur offre « Never Never », l’une des chansons les plus pop de sa carrière. « J’aime aller à l’encontre de ce qui est attendu, j’aime faire ce que tu n’es pas supposé faire », nous explique le chanteur Jonathan Davis dans l’entretien qui suit.

Mais la tâche à laquelle s’est surtout attelé le groupe, c’est, d’une part, tester le retour de Head, s’assurer que cela avait des chances de fonctionner, et, d’autre part, aller de l’avant avec leur nouvel album. Le résultat est The Paradigm Shift, ni une redite de The Path Of Totality, ni un reniement, il est avant tout un album contrasté où Korn met plus que jamais à profit son savoir-faire acquis avec les années.

On en parle ci-après avec Jonathan Davis, toujours agréable, toujours bon client, même lorsqu’il s’agit d’aborder des sujet un peu plus personnels.

Lire l’interview…



Conférence De Presse   

Korn et ses retrouvailles


Korn a un passé un peu houleux avec le Hellfest, simplement à cause de l’annulation du groupe, due aux intempéries, lors de l’édition 2007 du, alors jeune, festival. L’événement avait suscité l’indignation de la communauté et même de l’organisation du festival. Il a fallu six ans pour que Korn soit reprogrammé à l’affiche ; ce n’est pas faute, de la part du groupe, d’avoir essayé d’y remettre les pieds. Ben Barbaud lui-même s’est dit qu’il fallait tourner la page et a reconnu les dysfonctionnements dont souffrait le festival à l’époque. En conférence de presse, Korn revient sur les événements de l’époque : « Nous sommes venus, le générateur a pris feu, la scène tombait en lambeau et nous n’avons pas eu le temps de nettoyer le bordel. Mais Slayer a pu le faire et a joué. Nous n’avons pas pu car les conditions de sécurité n’étaient pas bonnes pour que quiconque puisse jouer. Slayer l’a fait parce que… ce sont des durs. »

En tout cas cette édition 2013 devait marquer la réconciliation entre le groupe et le festival et définitivement enterrer cet épisode. Même si le temps capricieux du weekend aura pu donner de quoi imaginer une redite aux plus alarmistes, c’est au final un grand show de Korn, à l’image de celui du Sonisphere deux semaines plus tôt, avec une setlist de choix dont les festivaliers du Hellfest ont profité. Et il aurait été bien dommage de passer à côté !

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Korn en studio avec Head : la nouvelle expérience ?


Korn en studio. Comment ça Korn en studio ?! Il était prévu que Korn entre en studio cette année ? Bon, soit, Korn est en studio. Faut-il se réjouir ? Cela fait dix ans, soit depuis l’affaissement de la vague néo, que l’arrivée d’un nouvel opus de ce combo est de moins en moins un événement en soi. Encore plus depuis l’étrange Untitled dont on ne sait jamais trop s’il faut le mépriser ou gentiment l’ignorer avant d’y retourner pour se rappeler pourquoi on ne l’aime pas ou voir si on comprend enfin ce qu’il pourrait avoir d’intéressant (bin, y’a Terry Bozzio, c’est pas intéressant ça ?) ; et The Path Of Totality dont l’arête dubstep reste encore deux ans après en travers du tympan d’une part (conséquente ou non, mais bruyante, oui) du peuple Metal. Et pourtant…

Pourtant événement il y a : Korn est en studio avec Head ! On savait que le groupe s’était réconcilié avec son ex et allait tourner avec le guitariste. Mais qu’ils aillent jusqu’à concrétiser cette union sur disque, cela était de l’ordre du possible sans être officiel. Dans l’article-annonce du démarrage de cet enregistrement publié chez Rolling Stone, Brian « Head » Welch explique d’ailleurs : « Nous savions que ce serait l’éclate de jouer ensemble, car on s’aime tous, mais nous voulions être sûrs que ça sonne juste avant de se lancer sur tout un album ensemble. » Et après avoir travaillé, répété ensemble pour leur future tournée, il semble évident que l’alchimie est de retour.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Après le salut de Head, la rédemption de Korn ?


Cette semaine sort le premier album de Brian « Head » Welch avec sa formation Love And Death, son second album depuis son départ de Korn en 2005, après un album solo intitulé Save Me From Myself, sorti en 2008. Si cela avait été sa seule actualité, peut-être serait-elle passée plus ou moins inaperçue, étant donné le relatif manque d’intérêt du public pour les pérégrinations solo du guitariste, bien qu’il propose une sorte de version édulcorée, radio-friendly de Korn.

Néanmoins, depuis la première annonce de son retour dans Korn cet été pour les deux dates allemandes du Rock Am Ring et du Rock Im Park, et de la prolongation de ce retour pour l’intégralité de la tournée européenne, révélé par Jonathan Davis sur le site officiel du groupe il y a moins d’une semaine, Head revient au centre de toutes les attentions. Autant parce que son départ correspond au début de la période creuse de Korn que parce que beaucoup voient dans Head le véritable artisan musical de la réussite du groupe à la fin des années 90.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Korn et Head : l’espoir d’une réunion permanente


C’est le temps des papillotes, de celles avec des citations à l’intérieur qui nous changent pendant un mois des blagues Carambar. Pas de chance, cependant, dans celle que je viens de tirer, je n’ai pas de citation évoquant la nostalgie, comme celle que ressent peut-être Korn en ce moment, alors que le groupe doit se préparer dans les prochains mois à réinvestir la salle de répét’ avec leur vieux copain Brian « Head » Welch pour leurs concerts-réunion exceptionnels au Rock Am Ring et au Rock Im Park, en juin 2013, en Allemagne. Et, par conséquent, il se peut que ça cogite dans leurs têtes.

Ça doit même bouillonner pas mal dans la calebasse depuis quelques mois pour que cette idée de faire des concerts complets ensemble soit apparue. Au moins depuis que Head est monté avec eux sur scène, en mai dernier, au Carolina Rebellion Festival, pour jouer « Blind » avec eux, pourrait-on deviner. En tout cas, cela a eu le temps de faire son chemin et même un peu plus car, après ces deux concerts programmés, il y a de l’espoir pour qu’il fasse à nouveau un bon bout de route ensemble.

Lire la suite…



On Nous Prend Pour Des Cons   

Lemmy, tout schuss


La branche métallique d’AOL, j’ai nommé le site Noisecreep, a publié il y a une poignée de jours une interview du « Clint Eastwood du metal » comme la journaliste l’a désigné, c’est-à-dire nul autre que ce bon vieux Lemmy Kilmister. Une analogie flatteuse et cela n’a pas échappé au Gallois.

Une analogie aussi heureuse qui nous permet de voir ainsi réunis en une seule image deux individus aussi respectables, sinon parfaitement admirables et partageant réellement une flopée de points communs. Outre le galure et les santiags, l’un et l’autre sont toujours là après avoir traversé les générations. Ils ont toujours fait preuve d’une grande intégrité dans leurs œuvres, œuvres qui nous ont rarement déçus. Certes, Clint est beaucoup plus porté sur le jazz que sur le rock qui tâche mais ça n’enlève rien à cette image de dur à cuire qu’il se traîne depuis les films de Sergio Leone jusqu’à ses derniers films en passant par cet enfoiré de Dirty Harry, tout comme Lemmy qui… Non, pas besoin de vous faire un dessin.

Je vais donc garder en tête cette idée, ce qui me permettra de croire que, comme le grand Eastwood, le grand Kilmister (quoique plus petit de dix centimètres que le précédent) continuera à bosser pour son « art » dans quinze ans encore. Mais ce n’est pas tout !

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Mass Hysteria @ Transbordeur
    Slider
  • 1/3