ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Doro vit deux fois plus fort


Le moins que l’on puisse dire est que Doro a été secouée par le décès de Lemmy ; elle qui avait déjà cinq ans plus tôt enterré un autre de ses meilleurs amis, Ronnie James Dio. Mais plutôt que de se morfondre, Doro agit comme une battante, avec l’amitié et l’amour comme moteurs. Deux valeurs – la combativité et l’union – qui forment les axes centraux de ses deux nouveaux albums : Forever Warriors et Forever United. Car oui, l’électrochoc de la disparition de Lemmy aura été le catalyseur pour une première chanson, à la fois hommage au rockeur et célébration de la vie, jusqu’à arriver à pas moins de vingt-cinq chansons, soit une véritable effusion créative.

C’est une Doro montée sur pile électrique, pleine de vie, à l’enthousiasme communicatif, souvent touchante et sacrément bavarde que nous avons rencontré à l’occasion de la sortie de ce double album. Elle nous raconte toute sa genèse, avec sa pléthore d’invités, dont un duo avec Johan Hegg qui reprend du service après le dernier album d’Amon Amarth, avant de rendre un bel hommage à Lemmy en partageant quantité d’anecdotes qui ne manquent pas de faire sourire et d’émouvoir. L’occasion également d’en apprendre un peu sur la spiritualité d’une des grandes dames du metal, via une expérience stupéfiante sur la réincarnation qu’elle nous raconte.

Lire l’interview…



Interview   

Amon Amarth : un scénario bien ficelé


Amon Amarth 2016

Tel un Drakkar éventrant les eaux glaciales de la mer Baltique, rien n’arrête Amon Amarth dans son avancée. Sorte de pendant death metal d’AC/DC pour beaucoup, les Suédois sont d’une constance désarmante, loin de se laisser déstabiliser par le départ du batteur Fredrik Andersson qui avait pourtant officié pas moins de dix-sept ans dans le groupe. Un appel à un ami et le tour est joué pour au moins pouvoir partir s’isoler dans les montagnes, élaborer un dixième album et finalement l’enregistrer sans encombre, encore un fois sous la houlette d’Andy Sneap. Pas d’histoire de Dieux cette fois-ci mais un récit narré tout au long de l’album sur un homme qui s’enrôle chez des mercenaires vikings, sur fond d’histoire d’amour tragique. Nous avons rencontré le chanteur Johan Hegg et le guitariste Johan Söderberg pour nous parler de tout ça.

L’album ayant été conçu comme un BO de film, l’occasion était trop belle pour ne pas en plus évoquer l’expérience de Hegg dans Northmen: A Viking Saga, film de 2014 du réalisateur suisse Claudio Fäh, dans le rôle de Valli, et de revenir sur le succès que semble rencontrer aujourd’hui la mythologie nordique et les Vikings (le personnage de Marvel Thor, la série télé Vikings, etc.). Et pour finir, la clef du succès d’Amon Amarth qui se trouve très certainement – eux en sont en tout cas persuadés – dans leur cohérence.

Lire l’interview…



Interviews   

AMON AMARTH: A LITTLE CHAT WITH AN OLD FRIEND


Interviewing Johan Hegg, Amon Amarth’s frontman, is a little like chatting with an old friend. After a solid handshake that threatens to break a few of your servant’s metacarpi and a comment on the weather (“The temperatures are positive here, it’s a nice change compared to the -25°C we have in Sweden at the moment!”), the man settles with formidable ease in a small room at the Swedish Institute, in Paris, to answer our questions with disarming kindness and good humor. And when he points out that he remembers yours truly, whom he’s only briefly met the month before during a signing session on a luxury cruise boat, 6,000 miles from the coast of France, I can’t help thinking that I’m dealing with the sweetest metalhead on the planet.

This interview took place only a few minutes after an exclusive listening session of Amon Amarth’s new album, Surtur Rising. Johan tells us all about the history of this new baby, the metal cruise of the century, the band’s success in the US, and the sad fate of his famous drinking horn.

Click here to read the interview…



Interview   

AMON AMARTH : PETITE CONVERSATION ENTRE AMIS


Interviewer Johan Hegg, le frontman d’Amon Amarth, c’est un peu comme discuter avec un vieux copain. Après une franche poignée de main à vous broyer les métacarpes et quelques remarques sur la pluie et le beau temps (« Ici, les températures sont positives, ça nous change des -25 °C qu’on a en ce moment en Suède ! »), l’homme s’installe en toute décontraction dans une petite salle de l’Institut suédois de Paris et se prête au jeu des questions avec une gentillesse et une bonne humeur désarmantes. Et quand il fait remarquer qu’il se souvient de votre servante, aperçue le temps d’une séance de dédicaces et d’une photo sur un paquebot de luxe à 8000 km des côtes françaises un mois plus tôt, on se dit qu’on a affaire au métalleux le plus attachant de la planète.

Interrogé quelques minutes après une écoute exclusive du nouvel album d’Amon Amarth, Surtur Rising, Johan revient avec nous sur la genèse de ce nouveau bébé, la croisière métallique du siècle, le succès du groupe aux États-Unis et le triste destin de sa célèbre corne à boire.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Mainstage 1 @ Hellfest - jour 3
    Slider
  • 1/3