ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Jimi Hendrix : une réincarnation en images… le son en moins


Le projet de biopic (film biographique) sur Jimi Hendrix ne date pas d’hier : après une tentative avortée en 2011 pour des causes de droits d’auteur des héritiers du gaucher fou, c’est en 2012 que le projet a vraiment pu voir le jour suite à un revirement de la société Experience Hendrix, permettant au réalisateur John Ridley de mettre en scène la vie du guitariste dans All Is By My Side, avec pour acteur principal André « 3000 » Benjamin, le chanteur d’Outkast, dont la ressemblance avec le maître sur les premières images tournées dévoilées ces derniers jours est éloquente, surtout compte tenu de l’âge avancé de l’acteur (37 ans) pour jouer un Hendrix dans sa vingtaine bien tassée, puisque le film se concentrera sur la période 1966/1967, à l’époque de l’enregistrement de l’album Are You Experienced?,jusqu’à l’explosion de l’artiste sur le devant de la scène au festival de Monterey, où se fit remarquer en brûlant sa guitare sur les planches.

Un premier extrait mis en ligne montre des échanges entre la rock star et sa grande amie Linda Keith, jouée par Imogen Poots, à la veille de Monterey, un second dépeint le moment où le futur manager du guitariste Chas Chandler tente de le convaincre d’aller chercher la gloire à Londres et où Hendrix a ses mots : « Ce n’est pas pour devenir une star. Je veux que ma musique entre dans l’âme des gens. Pour moi, c’est de la couleur. Je veux que les gens sentent la musique comme je la vois. » Le tout est filmé par John Ridley, oscarisé cette année pour le scénario de 12 Years A Slave, un vrai tremplin pour le natif de Milwaukee avant cette sortie très attendue.

A découvrir dans la suite…



Nouvelles Du Front   

Jimi Hendrix, né un certain 27 novembre 1942


Aujourd’hui, cela fait déjà bien un bail que Jimi Hendrix a été mort plus longtemps qu’il n’a vécu. Et c’est tout aussi déraisonnable de se demander maintenant qu’il y a dix ans ce qu’il serait devenu s’il n’avait pas disparu à 27 ans. Étant donné la vitesse à laquelle il a quitté ce monde, comment penser qu’il aurait pu atteindre les 60 ou 70 ans ? Car, oui, en ce jour du 27 novembre 2012, on peut célébrer les 70 ans de la naissance de ce guitar-hero dont l’ombre flotte encore comme une brume violette au-dessus des générations successives d’apprentis gratteux. Mais doit-on fantasmer ce qu’il serait devenu ? Sa carrière aurait-elle été aussi intéressante sur quatre décennies qu’elle l’a été en une poignée d’années ? Sans cette aura d’étoile filante, ne serait-il pas tombé progressivement dans l’oubli, devenant un vieux blues-man jouant sur le perron de sa maison de Seattle, qui aurait donné, dans les années 80, quelques conseils pour pincer les cordes à un p’tit gars d’Aberdeen qui, comme lui avant, aurait visé le nirvana…

Donc, trêve d’imagination, voyons comment se retranscrit cet « événement », cet anniversaire, dans la réalité et faisons le point sur la façon dont vivent aujourd’hui le Voodoo Child et son héritage.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Jimi Hendrix : l’expérience sur grand écran


Il y a un et demi de ça, il avait fallu renoncé à voir Jimi Hendrix connaître une nouvelle existence sur grand écran. La société Experience Hendrix, l’affaire familiale chargée de gérer l’héritage du Voodoo Child, ayant alors refusé d’accorder ce droit au réalisateur Paul Greengrass, craignait que cela nuise aux ventes du catalogue musical du musicien. On avait donc mis de côté tout espoir de voir émerger un biopic du guitariste… jusqu’à un récent communiqué de l’Irish Film & Television Network.

Peut-être plus détendus aujourd’hui qu’il y a dix-huit mois, Experience Hendrix a dû lâcher un peu la bride à l’idée d’un film sur l’histoire du guitar-hero (ou alors on ne les a pas encore prévenus) car le tournage de « All Is By My Side », racontant le séjour d’Hendrix en Angleterre entre 1966 et 1967, devrait démarrer dans trois semaines à Dublin et durer six semaines, avec, dans le rôle de la star, le musicien Andre 3000 (photo ci-contre) du duo hip-hop Outkast.

Lire la suite…



Girls Girls Girls   

Elle aurait tant aimé être la fille d’Hendrix


Katy Perry – oui, la greluche pop – a déclaré dans une émission sur la chaîne CBS : « Ma mère est sortie avec Jimi Hendrix. J’aurais tant aimé être sa fille. » Oui, je sais, on n’en a absolument rien à foutre ! Ceci n’est qu’un prétexte pour balancer une photo de la demoiselle à moitié nue dans nos colonnes. Vous pouvez même y aller de vos commentaires salaces, je nous vous demande absolument pas de la respecter celle-là. La soi-disant « Journée Internationale de la Femme », c’était hier, vous pouvez y aller de bon cœur.

Mais on peut quand même en parler un peu si ça vous dit. Tout d’abord, on peut discuter du fait que la mère de la miss soit « sortie » avec Jimi Hendrix. Étant donné les quantités industrielles de groupies que la légende consommait, c’est peut-être beaucoup dire qu’elle est « sortie » avec lui. Deuxième point : si Katy Perry avait été la fille du Voodoo Child, en prenant en compte la date de la mort de celui-ci, elle aurait au minimum quarante ans. Et ça, ce n’est pas sûr que ça nous aurait permis de nous rincer la pupille ce matin.

Allez, vous pouvez reprendre une activité normale. On essaiera dans le prochaine article de vous parler de grindeux poilus sentant la sueur et le Jack Daniel’s ; nous savons que c’est beaucoup plus votre truc à vous.

Animalement vôtre.



Potin   

C’est sans doute plus simple de trouver une bonne reprise


Il y avait bien longtemps que nous ne nous étions amusé au jeu des listes sur Radio Metal (si on excepte nos tops et flops de 2010 ou notre liste au Père Noël). Il y a une paire de mois, nous avions laborieusement arpenté la Toile pour accoucher dans la douleur d’un Worst Of des reprises qui pullulent sur les sites de vidéos en streaming comme l’acné sur la tronche du collégien découvrant les joies de la puberté.

C’est donc usés par le visionnage des pires hommages qu’on puisse rendre à un artiste que nous étions revenus avec seulement sept cas abominables. Le site Gibson.com, moins original, a préféré arpenter le versant plus brillant de la médaille. Trop facile. Il n’est pas si difficile de composer un Top 10 des meilleures reprises. Cela créera, au final, un peu de polémique mais au moins la recherche ne blessera pas aussi profondément votre amour pour les originaux que le travail que nous, nous avons fourni.

Mais comme chez Gibson, on ne travaille pas forcément comme des manches, ils ont doublé l’exercice avec la condition que les dix reprises en questions surpassent l’original. Et sans forcément remettre leurs choix en question, cela mérite quand même souvent discussion.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Le Club des 27 fait son cinéma


Connaissez-vous Anthony Mackie ? Qui ? Le type sur la photo, juste à côté ! Il est le nouvel espoir du cinéma américain, catégorie afro-américain. Pas forcément dans le genre black cool et rigolard comme Eddy Murphy (quand il était encore drôle) ou Will Smith dans les années 90. Non, ces dernières années il a surtout été remarqué dans quelques pépites du cinoche d’Outre-Atlantique comme Million Dollar Baby (Clint Eastwood, 2004) ou l’Oscar du meilleur film de 2010 : Démineur de Kathryn Bigelow.

Et si nous devions parler musique avec Anthony, nous devrions d’abord parler rap puisqu’il joua en 2002 dans 8 Miles avec Eminem puis, en 2009, il interpréta l’une des icônes du rap US, Tupac Shakur, dans le drame Notorious relatant l’assassinat du Gros de la East Coast. Mais nous pourrions aussi parler avec lui d’un rôle qu’il n’interprétera pas de si tôt : le Voodoo Child, Jimi Hendrix.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Toujours de nouvelles expériences


Je sais bien ce que j’ai dit il y a deux mois, jour pour jour : le coffret Westcoast Seattle Boy – The Jimi Hendrix Anthology nous offre un nouvel exemple de « on vous sort de l’inédit tous les six mois jusqu’à ce que vous ayez compris qu’on vous prend pour des vaches à lait, voire pour des cons ». Mais cet article ne s’est jamais retrouvé dans la rubrique qui correspond à cette idée, la raison principale étant le respect qu’inspire l’œuvre hendrixienne et le fait qu’on ne se plaindra pas trop de pouvoir verser de nouveaux millésimes de ce nectar musical dans nos oreilles. Et nous sommes nombreux à nous demander – en vain – ce qu’aurait pu nous offrir encore Jimi s’il n’avait pas disparu si tôt, en ce maudit 18 septembre 1970.

A défaut de savoir à quoi aurait ressemblé l’œuvre d’Hendrix au-delà de la fatidique année 1970, nous pouvons toujours découvrir un peu plus ce qu’a été son œuvre avant que la dernière corde se casse. Ainsi demain vous pourrez vous précipiter chez votre disquaire pour vous procurer cette fameuse crampe hendrixienne dont je vous parlais : quatre CD, cinquante huit titres dont certains sont parfaitement inédits et un DVD du documentaire « Jimi Hendrix Voodoo Child ». En attendant, suite à une interview donnée par Janie Hendrix, la soeur cadette de Jimi, au site du Macomb Daily, c’est l’occasion de se pencher sur la façon dont est géré l’héritage du pape de la six-cordes électrique.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Vous reprendrez bien un peu d’Hendrix ?


C’est l’heure du grand buffet froid ! On a l’habitude et pourquoi devrais-je me plaindre ? Les grandes maisons de disques et autres majors ont toujours bien bouffé sur le cadavre de grands (et moins grands) artistes disparus. C’est de la révolte lyophilisée-rajoutez 20 cl d’eau chaude-laissez agir trois minutes-consommez que je vais vous servir si je continue sur cette voie. Mais c’est la seule réaction qui me vient quand j’apprends la sortie prochaine d’une nouvelle anthologie ultime de l’œuvre de Jimi Hendrix, prévue pour le 15 novembre et intitulée « West Coast Seattle Boy – The Jimi Hendrix Anthology ».

Moi, le premier, j’aurais sauté de joie : quatre CD, un DVD, rien que des inédits ; tout ce qu’il faut pour choper sa crampe hendrixienne. J’aurais sauté de joie si j’avais la mémoire courte : est-ce qu’on ne nous a pas fait le coup il y a quelques mois avec Valleys Of Neptune ? Un album rempli de versions inédites de certains de ses plus fameux morceaux et UN inédit, le Valleys Of Neptune en question qu’on nous a fait voir comme l’événement rock ‘n roll de l’année, la découverte inespérée.

Alors ce n’était qu’un hors-d’oeuvre ? L’apéro gentiment vendu à quelques centaines de milliers d’exemplaires avant ce plat de résistance, la fameuse anthologie ultime ? Alors, peut-être bien que je vais m’écrouler par terre, submergé par le plaisir dès les premières notes qui jailliront de ces galettes toutes neuves mais je me demande quand même avec quelle sauce on prévoit de nous napper pour le dessert. Et pour me défouler, après tant de révolte, je vais péter une Stratocaster !



Nouvelles Du Front   

Santana nous emmène au Paradis


Moi, Santana, je m’en souviens surtout à Woodstock. Oui, celui de 1969. Quoi ? J’ai pas l’air si vieux ? Je ne fais pas mon âge, c’est tout. Et la musique de Santana non plus ne fait pas son âge. Surtout celle qu’il interprète dans son prochain album : Guitar Heaven : The Greatest Guitar Classics Of All Time. Alors, bon, vous excuserez Carlos Santana de ne pas être très créatif puisque c’est un album de reprises. C’est pas pire que les albums de Noël de Scott Weiland ou de Rob Halford.

Mais bon, voilà, en trois mots : quelles pu***ns de reprises ! D’abord comprenez le concept derrière cet album : via cette galette, Carlos Santana a pour but de rendre hommage aux meilleures notes qu’une guitare ait pu voir glisser sur son manche. Fans de Led Zeppelin, de Cream, des Doors, d’AC/DC, de Jimi Hendrix, bref, fans de l’émission « Are You Experienced ? » et donc fans de ma gueule (mode « chevilles hypertrophiées » enclenché), vous pouvez déjà entendre onze des douze morceaux de cet album en streaming sur amazon.com. Et vous ne pourrez que bénir tonton Carlos…

Lire l’article…



  • Arrow
    Arrow
    Arch Enemy @ Lyon
    Slider
  • 1/3