ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Conférence De Presse   

La grande soeur tordue montre qu’elle a toujours le goût du défi


Twisted Sister a beau avoir décidé de diminuer la fréquence de ses apparitions live pour leur faire prendre de la valeur, le public du Hellfest a lui eu la chance de profiter de la bande à Dee Snider deux fois en seulement trois ans d’intervalles. Et, soucieux de varier les plaisirs, le frontman Dee Snider, qui compose lui-même les setlists, explique : « Je fais un suivi de tous les shows que nous faisons. Ainsi, je peux regarder en arrière, voir quelles chansons nous avons joué au Hellfest il y a deux ans et faire en sorte que nous jouions des chansons que nous n’avons pas joué la fois dernière. » Pour autant, lorsqu’il leur est demandé pourquoi ils n’intègrent pas de chansons plus obscures de leur répertoire, les musiciens contournent le sujet par l’humour : « Ça signifierait que nous devrions faire des répétitions ! », « nous sommes payés pour nous montrer, mais nous ne sommes pas payés pour répéter ! », « ça rendrait Daniel, notre tour-manager trop heureux ! » et le guitariste Jay Jay French, de son côté, lance : « Je me suis arrêté à sept accords enfoiré, tu as compris ? »

Le vendredi 21 juin, Twisted Sister est en conférence de presse au Hellfest et Dee Snider, en débarquant avec ses quatre collègues, avec fierté, met un point d’honneur à rappeler que le groupe est là sous sa formation originelle : « Nous sommes le Twisted Sister original, avec tous les membres d’origine : Mark ‘The Animal’ Mendoza, A. J. Pero, Eddie ‘Fingers’ Ojeda, Jay Jay French and I’m Dee Snider. Je suis très excité parce que le Whitesnake d’origine… Oh non, ils ne le sont pas. (rires). »

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Twisted Sister : les nouvelles chansons se chantent sous la douche, pas en studio


Vingt-cinq ans, un quart de siècle, c’est long ? Sans doute quand on attend depuis tout ce temps le prochain album d’un groupe qu’on aime, qu’on a aimé, dont on connait les paroles par cœur, paroles qu’on a scandées comme l’hymne officiel de sa propre révolte. Il y a vingt-cinq, en 1987, est sorti le dernier album de Twisted Sister ayant offert à son public des compositions neuves et originales (on ne compte pas l’album de Noël sorti en 2006 qui n’est jamais composé que d’adaptations de classiques et qu’on ne peut pas vraiment sortir à toutes les périodes de l’année). Vingt-cinq ans depuis Love Is For Suckers et ceux qui auraient découvert le groupe plus tard n’ont jamais connu le plaisir d’attendre un nouvel album, de se le procurer le jour de sa sortie et ne le connaîtront sans doute jamais.

Aujourd’hui, Twisted Sister n’est plus qu’un groupe de concerts, vivant sur son bagage de hits et s’en porte très bien. Le guitariste Jay Jay French ne se gênait pas pour dire l’an dernier qu’il ne faisait qu’appliquer une bonne vieille règle commercial : « Nous continuons de jouer à travers le monde tant qu’il y a de la demande. » Ce qui ne faisait déjà que confirmer ce qu’il disait l’année précédente, appliquant la méthode à outrance : « moins je joue et plus j’y gagne ». De plus, French n’annonçait pas un riche avenir pour Twisted Sister : « Je ne vois pas arriver de nouvelles chansons. La fin du groupe pourrait très bien être à la fin de l’année. Cette reformation ne peut pas durer éternellement. » Un an après, le groupe n’a toujours pas annoncé que la fin était pour tout de suite mais aujourd’hui, même le chanteur Dee Snider affirme qu’il n’est pas question de nouvel album.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Tournée ménage avec Twisted Sister


Décidément, les évènements confirment la tendance dont on parlait récemment : les concerts sont désormais au c?ur du business ou plutôt le business est au c?ur du concert. De plus en plus de groupes commencent à sérieusement réfléchir sur leur stratégie pour optimiser la rentabilité de leurs prestations. En ligne de mire aujourd’hui, pour illustrer cette tendance nous avons Twisted Sister. A ma connaissance les s?urs tordues n’ont pas (encore) cédé à la mode en interprétant leur classique Stay Hungry dans son intégralité, par contre le guitariste Jay Jay French a récemment affirmé à Noisecreep[/urlb] qu’ils ne feront plus de tournée, pour des raisons de stratégie économique.

Voici l’extrait :

« Je sais ce que les autres groupes établis font, je connais leur style de vie. Je ne peux pas fonctionner ainsi. Je ne crois pas que ce soit viable pour eux. Je crois qu’ils tournent parce qu’ils n’ont vraiment pas d’autres options sur cette planète. Et en étant constamment sur la route, ils se dévaluent eux-mêmes, car ils sont là en permanence. Nous travaillons sur un modèle de business totalement différent. Si je ne joue pas, devine quoi ? Ma valeur augmente, n’est-ce pas ? Donc, moins je joue, plus je prends de la valeur. Je fonctionne donc de manière totalement opposée. Je vous parie que je me ferai plus d’argent en jouant 12 concerts que la plupart des autres groupes n’en font en jouant 50 concerts. »



  • Arrow
    Arrow
    Helloween @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3