ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

CR De Festival   

Mainsquare : La Citadelle du nord en folie


Depuis 2004, chaque été, la citadelle d’Arras est le lieu de réunion pour de nombreuses personnes, car ce lieu unique accueille le Mainsquare Festival. Évènement musical incontournable de l’hexagone, permettant de brasser large musicalement aussi bien dans la scène rock qu’électro. Un festival qui a déjà accueilli des noms bien connus tels que Placebo, Muse, Radiohead, System Of A Down, Kanye West, Coldplay, Linkin Park, Metallica, Prince, Indochine, Green Day ou encore Iron Maiden.

La réputation du festival n’est évidemment plus à faire et accueille chaque premier week-end de Juillet plus de 120 000 festivaliers. Cette année la programmation aura de quoi ramener du monde car la plupart des gros noms remplissent aisément les plus grosses salles parisiennes à leur venue : Nekfeu, Orelsan, Justice, Queens Of The Stone Age, Depeche Mode, Jamiroquai, IAM, tant de noms qu’on a déjà vus dans des arènes ou des stades affichants complets.

Lire la suite…



Live Report   

Justice : La liberté du dancefloor


En 2007 un album vient secouer notre conception de la musique électronique et du rock. À l’origine de cela ? Deux Français, Gaspard Augé et Xavier de Rosnay, membres de Justice. Au fil des années, impossible de passer à côté de ce phénomène planétaire remplissant les salles du monde. À la sortie en 2016 de leur troisième disque intitulé Woman, on pouvait s’attendre à quelques dates. Mais c’est finalement une tournée mondiale qu’entame le duo. Évidemment, notre chère France n’est pas délaissée et le 14 octobre dernier, l’AccorHotels Arena de Paris affiche complet. Car pendant que Wardruna charme une Cigale sold-out et qu’Eisbrecher partage son metal indus au Trabendo, le concert de Justice est un événement rare auquel on se devait de se rendre.

Pour inciter le public à se trémousser, quatre compositeurs de musique électronique viendront mixer tour à tour devant l’audience pour un set total d’une heure.

Lire la suite…



Le Blog Du Doc   

Le metal est une question de ressenti individuel


« Metal » est un terme qui qualifie un genre musical. Or qualifier quelque chose, c’est tenter de facto de le caractériser, de lui apposer une étiquette, de le catégoriser. Bien évidemment, cette tentative de qualification est elle-même liée à une interprétation collective et/ou personnelle d’un phénomène. En tant que représentation mentale, la volonté de qualification – en l’occurrence de l’objet « metal » – paraît donc logiquement être le fruit du culturel et non de l’inné (ndlr : soyez rassurés, cet article n’est pas un cours magistral donc essayez de rester concentrés bande de mauvais élèves !).

Les mécanismes du langage permettent de jouer sur les concepts, les mots et sur le sens qu’on veut bien prêter à ces derniers. C’est d’ailleurs ce paramètre qui donne principalement son cachet à une langue, qui en fait sa richesse. Ainsi, quand on y réfléchit, « Metal » est par exemple un terme qui ne veut objectivement pas dire grand-chose notamment parce que le ressenti par rapport au style (ce qu’il est pour nous, ce qu’il incarne, pourquoi il nous touche, comment il nous fait vibrer, ce qu’il nous apporte…) est quelque chose qui relève du ressort individuel. En d’autres termes, si pour la majorité des gens le mot « Metal » est un terme de cinq lettres qui représente, en gros, « une musique qui met en avant de grosses guitares » … pour moi il s’agit juste d’un terme de cinq lettres et rien de plus.

Comprendre pourquoi la photo de Zazie se trouve actuellement en page d’accueil du site de Radio Metal…



Live Report   

Que justice soit rendue !


Dans le métro de la ligne B de Lyon en ce soir de vendredi 25 mai, des jeunes investissent les lieux en troupes, visiblement emplis de bonne humeur. En même temps, on les comprend, il fait chaud, il fait beau et démarre à peine un superbe weekend de trois jours. Il y a de quoi se laisser aller insouciant à la joie de vivre. Arrivé à l’arrêt Debourg, certains sortent, alors que d’autres frappent à la vitre du métro s’écriant : « C’est là ! Descendez tous ! ». Descend alors une foule de jeunes entre 20 et 30 ans sous un certain climat d’excitation, bouchonnant la sortie de la station. Votre serviteur se retrouve alors embarqué dans la nuée et découvre que celle-ci prend la même direction, c’est-à-dire, celle de la Halle Tony Garnier où se produit le duo électronique Justice. Ça promet.

Que vient faire Justice dans les colonnes de Radio Metal ? Vous posez encore la question ? Le talent n’a pas de frontière musicale et vous savez que nous aimons de temps à autres aller en dehors de celles qui sont les nôtres pour voir ce qui s’y trame. Et dans le cas de Justice, autant vous dire qu’il y a de la matière. Et pour ceux qui ont besoin de justifications plus pragmatiques et substantielles pour que nous osions les embarquer là où ils ne pensaient pas se retrouver en venant dans nos colonnes, sachez que ce duo francophone qui a aujourd’hui acquis une belle notoriété internationale n’a jamais caché son admiration pour les musiques rock et metal. Pour preuve les remix du « Just One Fix » de Ministry ou du « Master Of Puppets » de Metallica en clôture de show qui donnait un coup de fouet lors de leurs prestations au cours de leur précédente tournée. Il suffit aussi de voir les nombreux clins d’œil aux AC/DC, The Who ou encore Queen que l’on peut discerner dans leur dernier et excellent album Audio, Video, Disco. Ha, et puis, j’oubliais presque, sachez que Justice, le nom, vient de …And Justice For All, l’album de Metallica qui a visiblement marqué ces deux garçons.

Alors prêts, le temps d’un live report, à faire honneur au melting-pot électro de Gaspard Augé et Xavier de Rosnay ?

C’est par ici !



Galerie Photos   

Justice @ Halle Tony Garnier, Lyon, France – 25/05/2012




Le Blog Du Doc   

La vraie Justice est dans le cœur de chacun


L’affaire Charlie Hebdo, les coulisses du monde du metal et bien d’autres sujets : j’ai beaucoup de choses à dire en ce moment. Mais le blog d’aujourd’hui va être consacré au livre No Comment et à la réaction de quelques internautes qui se posent la question de savoir « si on a le droit de faire ça ». Certains perdant même leur temps à sortir des extraits du code de la propriété intellectuelle pour donner du poids à leur propos : un signe de plus que, décidément, beaucoup aimeraient qu’on se casse la gueule.

Mais là n’est pas le problème.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3