ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Conception : histoire d’une renaissance


Que la nouvelle fut bonne lorsqu’on on a appris en mai dernier que, vingt ans après leur séparation, Conception se reformait. Petit historique : ayant sévi de 1989 à 1998, Conception a sorti quatre albums de metal progressif racé – pour ceux qui ne connaissent pas, jetez donc une oreille sur le sophistiqué In Your Multitude ou le plus catchy Flow –, avant de stopper net sa carrière. Ses membres ont alors pris chacun des chemins divergents : Roy Khan a connu le succès en devenant le chanteur emblématique de Kamelot pendant treize ans, le guitariste Tore Østby a poursuivi son exploration du metal progressif avec Ark le temps de deux albums, dont l’incontournable Burn The Sun, le bassiste Ingar Amlien est parti vers des horizons de metal extrême en devenant le leader de Crest Of Darkness, et le batteur Arve Heimdal a plus ou moins raccroché les baguettes.

C’est donc fort de toutes ces expériences professionnelles, mais aussi d’expériences personnelles parfois douloureuses, que le quatuor nous revient aujourd’hui avec My Dark Symphony. Un EP conçu en autoproduction, sans l’aide du moindre label, mais avec l’aide des fans via une campagne de financement participatif. Le résultat dévoile un Conception nouveau, toujours aussi raffiné mais ayant gagné de nouvelles dimensions. Nous avons pu joindre Roy Khan et Tore Østby afin d’en discuter et de tout savoir sur ce retour auquel on n’osait plus croire.

Nous en avons également profité pour revenir avec Roy sur son départ de Kamelot et demander à Tore s’il pourrait également relancer Ark, mais autant tout de suite ne pas nourrir de faux espoirs : il n’y a aucune chance.

Lire l’interview…



News Express   

Le chanteur Roy Khan (ex-KAMELOT) dévoile la nouvelle chanson « For All »


Le chanteur Roy Khan (ex-KAMELOT) dévoile la nouvelle chanson « For All ». En savoir plus…



Interviews   

Kamelot: mastering the change


If there’s one thing in particular that comes out of this interview with Thomas Youngblood, Kamelot’s guitar player and mastermind, it’s their complete control of the boat despite the chaos. In 2010, the band has indeed lost its emblematic singer, composer, and other half of the duet of composers, Roy Khan, just before starting touring in the U.S. But still, what Youngblood is telling us is that he managed to keep in mind a clear view of the direction in which the band was meant to go and the choices he had to do. One of these choice is a singer, Tommy Karevik, whose style undeniably works well together with Kamelot’s aesthetic, even if Youngblood doesn’t say that his voice’s similarity with Kahn’s – whether it be in terms of tone or in terms of melodic approach – has been a key element in the decision. Another one is the growing importance of keyboarder Oliver Palotai who’s now taking Kahn’s place in the composer duet, a relevant choice hearing a result that’s extremely coherent with the rest of the band’s discography. It’s also the choice to refocus its music on melody that payed.

So there: even if the guitar player admits the difficulties they had to face – whether it be Roy Khan’s departure that left them in a very difficult situation or before, the morose recording of the record Poetry For The Poisoned – the band admirably bounced back. We can hear that in the album Silverthorn, a record that reached a consensus in both the band’s die-hard and casual fans.

At the end of the interview, Youngblood also evokes his ambitious solo project that, if he manages to take it to an end the way he wants to, may be able to compete with metal operas like Avantasia and Ayreon.

Read the interview…



Interview   

Kamelot : la maîtrise du changement


S’il y a une chose en particulier qui ressort de cet entretien avec Thomas Youngblood, la tête pensante et guitariste de Kamelot, c’est la maîtrise totale du navire malgré les tumultes. Le groupe a effet perdu en 2010 son chanteur emblématique et le compositeur avec lequel Youngblood formait un tandem, Roy Khan, alors qu’il s’apprêtait à partir en tournée aux Etats-Unis. Et pourtant, ce que nous dit Youngblood, est qu’il est parvenu a garder une vision claire de la direction que le groupe devait prendre et des choix qu’il devait faire. Et ces choix c’est un chanteur, Tommy Karevik, qui s’accorde indéniablement à l’esthétique Kamelot, même si Youngblood n’avoue pas que la similitude vocale avec Kahn – que ce soit en terme de timbre que d’approche mélodique – était un élément important dans la décision. C’est aussi la prise d’importance du claviériste Oliver Palotai qui prend la place de Khan dans le tandem de compositeurs, un choix pertinent au vu du résultat qui jouit d’une véritable cohérence dans la discographie du groupe. C’est aussi le choix de recentrer sa musique sur davantage de mélodie qui a assurément payé.

Alors voilà : même si le guitariste admet les difficultés – que ce soit le départ de Roy Khan qui les a mis dans une position difficile pendant un temps ou, encore avant ça, l’enregistrement morose de l’album Poetry For The Poisonned – le groupe a su admirablement rebondir comme le prouve aujourd’hui l’album Silverthorn. Un disque qui a su mettre tout le monde d’accord, que ce soit parmi les fans ou les occasionnels du groupe.

A noter qu’à la fin de l’entretien, Youngblood évoque également son ambitieux projet solo qui, s’il arrive à le concrétiser comme il l’entend, risque fort de concurrencer les opéras metal que sont Avantasia et Ayreon.

Lire l’entretien…



  • Arrow
    Arrow
    The Night Flight Orchestra @ Lyon
    Slider
  • 1/3