ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Helloween : Le choc des citrouilles, partie 3


Inespéré. Qui aurait imaginé il y a quelques années les chanteurs Michael Kiske et Andi Deris partager la scène, une chanson, un album, un groupe, Helloween ? Qui aurait imaginé aussi les deux Michael – Kiske et Weikath – qui se sont tant haïs finir par se rabibocher ? Pourtant, les voilà tous réunis avec le guitariste-chanteur-fondateur Kai Hansen, également de retour, lui qui a signé certains des plus grands tubes du groupe et du metal par la même occasion, et le jovial bassiste Markus Grosskopf, sans oublier le guitariste Sascha Gerstner et le batteur Daniel Löbe qui ont contribué à leur manière à faire perdurer la légende des citrouilles.

Une convergence des époques qui se matérialise aujourd’hui dans un nouvel album en forme de synthèse et de nouveau départ, simplement baptisé Helloween. Pour marquer le coup, ce n’est pas une, ni deux, mais trois interviews que nous proposons dans le magazine Radio Metal n° 4 ainsi que dans nos colonnes numériques. Michael Weikath, Michael Kiske et Andi Deris nous ont raconté cette aventure inédite ayant mené à la conception de cet album qui, espérons, ne sera pas le dernier. Les trois musiciens remontent également avec nous le fil de l’histoire pour mieux comprendre les épreuves par lesquelles ils sont passés et ce qu’est Helloween en 2021.

Note : Version sans coupes de l’interview parue initialement dans le magazine Radio Metal n°4.

Lire l’interview…



Interview   

Helloween : Le choc des citrouilles, partie 2


Inespéré. Qui aurait imaginé il y a quelques années les chanteurs Michael Kiske et Andi Deris partager la scène, une chanson, un album, un groupe, Helloween ? Qui aurait imaginé aussi les deux Michael – Kiske et Weikath – qui se sont tant haïs finir par se rabibocher ? Pourtant, les voilà tous réunis avec le guitariste-chanteur-fondateur Kai Hansen, également de retour, lui qui a signé certains des plus grands tubes du groupe et du metal par la même occasion, et le jovial bassiste Markus Grosskopf, sans oublier le guitariste Sascha Gerstner et le batteur Daniel Löbe qui ont contribué à leur manière à faire perdurer la légende des citrouilles.

Une convergence des époques qui se matérialise aujourd’hui dans un nouvel album en forme de synthèse et de nouveau départ, simplement baptisé Helloween. Pour marquer le coup, ce n’est pas une, ni deux, mais trois interviews que nous proposons dans le magazine Radio Metal n° 4 ainsi que dans nos colonnes numériques. Michael Weikath, Michael Kiske et Andi Deris nous ont raconté cette aventure inédite ayant mené à la conception de cet album qui, espérons, ne sera pas le dernier. Les trois musiciens remontent également avec nous le fil de l’histoire pour mieux comprendre les épreuves par lesquelles ils sont passés et ce qu’est Helloween en 2021.

Note : Version sans coupes de l’interview parue initialement dans le magazine Radio Metal n°4 encore disponible aux points de distribution et en commande dans notre shop.

Lire l’interview…



Interview   

Helloween : Le choc des citrouilles, partie 1


Inespéré. Qui aurait imaginé il y a quelques années les chanteurs Michael Kiske et Andi Deris partager la scène, une chanson, un album, un groupe, Helloween ? Qui aurait imaginé aussi les deux Michael – Kiske et Weikath – qui se sont tant haïs finir par se rabibocher ? Pourtant, les voilà tous réunis avec le guitariste-chanteur-fondateur Kai Hansen, également de retour, lui qui a signé certains des plus grands tubes du groupe et du metal par la même occasion, et le jovial bassiste Markus Grosskopf, sans oublier le guitariste Sascha Gerstner et le batteur Daniel Löbe qui ont contribué à leur manière à faire perdurer la légende des citrouilles.

Une convergence des époques qui se matérialise aujourd’hui dans un nouvel album en forme de synthèse et de nouveau départ, simplement baptisé Helloween. Pour marquer le coup, ce n’est pas une, ni deux, mais trois interviews que nous proposons dans le magazine Radio Metal n° 4 ainsi que dans nos colonnes numériques. Michael Weikath, Michael Kiske et Andi Deris nous ont raconté cette aventure inédite ayant mené à la conception de cet album qui, espérons, ne sera pas le dernier. Les trois musiciens remontent également avec nous le fil de l’histoire pour mieux comprendre les épreuves par lesquelles ils sont passés et ce qu’est Helloween en 2021.

Lire l’interview…



Conférence De Presse   

Helloween : les clés du nouvel album


Ce qu’Helloween a accompli avec la tournée Pumpkins United et qu’il poursuit désormais sous la forme d’un album n’a aucun équivalent. En 2016, après quinze années d’un line-up stable, les citrouilles ont décidé qu’il était temps de faire la paix avec son histoire et de convier Kai Hansen et Michael Kiske à la fête, respectivement vingt-sept et vingt-trois ans après leurs départs. Un line-up entériné après près de trois ans de tournée pour faire de Helloween une entité à sept têtes représentant les trois époques de son histoire.

C’est sous cette forme et dans cette idée qu’a été conçu l’album Helloween : que ce soit les échos aux Keepers Of The Seven Keys d’« Out For The Glory », le Helloween plus moderne de « Cyanide », le mélange des époques de « Robot King », les futurs tubes live que sont amenés à devenir le très mélodique « Best Time », le plus rock n’ roll « Mass Pollution » ou le heavy « Indestructible », sans parler du monument « Skyfall » qui, du haut de ses douze minutes, fait honneur à la tradition des longues chansons à tiroirs du groupe.

A l’occasion de deux sessions de conférence de presse d’une heure trente chacune, les sept membres de Helloween (Michael Weikath, Markus Grosskopf, Andi Deris et Sascha Gerstner le premier jour, Kai Hansen, Michael Kiske et Daniel Löble le second jour) se sont prêtés au jeu de la discussion pour présenter l’opus et nous raconter sa conception, et plus encore. Vous retrouverez ci-après le compte rendu de ces trois heures d’échanges, sélectionnés et arrangés par nos soins, et découpés par thématiques.

Lire l’interview…



Interview   

Pumpkins United : Happy, Happy Michael Kiske


S’il y a bien eu un groupe qui a connu des tensions et autres remous dans son parcours, c’est bien Helloween, notamment avec les départs de deux figures emblématiques de la grande époque : le guitariste Kai Hansen en 1989 et le chanteur Michael Kiske en 1993. Et dans le cas de ce dernier, comme c’est malheureusement parfois (souvent ?) le cas, cela a été particulièrement moche et douloureux. On se souvient encore, les années qui ont suivi, des déclarations du chanteur sur son aversion pour tout ce qui touchait au heavy metal – on comprendra bien plus tard que c’était surtout le traumatisme lié à son départ et aux tensions qui l’ont poussé à rejeter en bloc tout ce qui pouvait les lui rappeler. Depuis, Kiske a remis un pied dans le heavy metal grâce à un fan – un certain Tobias Sammet et son metal opera Avantasia – pour finalement se retrouver aux côtés de son ancien copain Kai Hansen dans Unisonic.

Près de 25 ans plus tard, tout ce cheminement, à la fois personnel et professionnel, l’a amené au pardon et à boucler la boucle en participant, avec Hansen, à Pumpkins United, tournée de reformation aux côtés de leurs anciens compères Michael Weikath et Markus Grosskopf. Mais attention, ceci n’est pas une reformation comme les autres puisque tous les membres du dernier line-up sont également conviés à la fête, résultat : personne n’est lésé ! Pumpkins United se veut éminemment positif, en phase avec l’esprit bon enfant qu’a toujours véhiculé le groupe dans sa musique. Comme quoi les « happy end » sont possibles, et ça fait du bien. Michael Kiske nous en parle ci-après.

Lire l’interview…



News Express   

Le nouvel album de KISKE/SOMERVILLE sortira en avril


Frontiers Music Srl va sortir le nouvel album du projet KISKE/SOMERVILLE, City Of Heroes, le 17 avril prochain. KISKE/SOMERVILLE est la rencontre musicale entre les chanteurs Michael Kiske (HELLOWEEN, UNISONIC, PLACE VENDOME) et Amanda Somerville (TRILLIUM, AVANTASIA) accompagnés par Magnus Karlsson (guitare/claviers), Mat Sinner (basse) et Veronika Lukesova (batterie). L’album sera disponible en format CD, en édition deluxe avec un DVD et en double vinyle. Obtenir plus d’informations…



Interviews   

Some bands have stars, Unisonic have a team



With their latest album, Light Of Dawn, Unisonic have proven that music is a bit like soccer, and that what matters most is teamwork. When a crucial member of the team has to remain on the substitutes’ bench, he has to be able to trust his colleagues to do the job and score without him. That’s precisely what Unisonic did when their star guitarist Kai Hansen became unavailable. Bassist and producer Dennis Ward got his hands dirty, and the end result is an album that not only meets expectations, but also appears coherent with what the band offered on their self-titled album. Michael Kiske himself was surprised “that Dennis, in a very fresh way, wrote songs like “Your Time Has Come”. That’s a classic Helloween song. » Teamwork is what’s driving Unisonic – a band the former pumpkin-man considers to be “very different from everything else”, with “real chemistry”, and which he compares to what he experienced with Helloween in the first few years.

The singer hasn’t shown such enthusiasm in the past twenty years, especially for a band where he embraces metal fully. For metal is a genre with which he’s had a complicated love/hate relationship in the past, and in the following interview, he explains the complex nuances that underline it. Dennis Ward, who’s the real revelation of this album despite being a veteran, was also part of the interview. The two men talked about this new album, the way they dealt with Hansen’s absence from the writing process, their vision of what a producer should be, and much more. A very generous conversation, which reveals the camaraderie between two musicians on the same wavelength.

Read the interview…



Interview   

Certains groupes ont des vedettes, Unisonic a une équipe


Avec leur nouvel album Light Of Dawn, les Allemands d’Unisonic ont prouvé que, finalement, la musique c’est un peu comme le football, c’est surtout une histoire d’équipe. Et lorsque qu’un joueur/musicien, pourtant jugé crucial, est forcé de rester sur le banc de touche, il faut qu’il puisse avoir confiance en toute sérénité en ses collègues pour abattre le travail sans lui et marquer des points. C’est précisément ce qu’a fait Unisonic malgré l’indisponibilité de son guitariste vedette Kai Hansen. Dennis Ward, bassiste et producteur, s’est remonté les manches, a mis les mains dans le cambouis et en a ressorti un album non seulement à la hauteur des attentes mais également cohérent avec ce que le groupe avait déjà proposé via son album éponyme. Plus encore, Michael Kiske lui-même reconnaît et s’étonne « que Dennis écrive une chanson comme ‘Your Time Has Come' » qui « est un titre classique à la Helloween. » L’esprit d’équipe, voilà ce qui anime Unisonic, un groupe que l’ex-citrouille considère comme étant « très différent de tout le reste », avec une « vraie alchimie » et qu’il compare à ce qu’il a vécu avec « Helloween dans les premières années. »

A-t-on souvenir d’avoir entendu le chanteur aussi enthousiaste ces vingt dernières années ? Qui plus est au sein d’un groupe dans lequel il embrasse pleinement le metal ? Le metal, genre avec lequel il a eu une relation pour le moins compliquée par le passé. Et l’interview qui suit est l’occasion pour lui de mettre les points sur les i et expliquer les nuances de cette relation amour/haine. Dennis Ward, véritable vétéran mais aussi, malgré tout, la vraie révélation de cet album, étant également de la partie, les deux musiciens nous parlent de ce nouvel opus, de la manière dont ils ont géré l’absence de Hansen dans le processus de composition, de leur vision de ce que doit être un producteur, etc. Un entretien généreux qui montre avant tout la camaraderie entre deux collègues sur la même longueur d’onde.

Lire l’interview…



Interviews   

Gamma Ray: a fireproof Heavy Metal empire


What album could possibly be more metal than one directly nurtured into the flames of Hell? With all due respect to Satan worshippers – sincere or fake – this is exactly what German heavy/speed band Gamma Ray managed to do last year with their album “Empire Of The Undead” set for a 28 March release. “Dear Kai, please call back immediately, the studio is burning and this is no fucking joke!”, this is the text message lead singer Kai Hansen received in his hotel room in South America, while the majority of their album had just been recorded at Hammer Studios in Hamburg. Besides its quality of which they can be proud, this is an album that will certainly remain a vivid memory for all band members.

In the following interview, Kai Hansen himself tells us all about the conception of Empire Of the Undead, the fire in the studios and how they managed to save their music. This was also the occasion for us to get more information concerning the departure of drummer Dan Zimmerman, along with some news from Unisonic – his second band with Michael Kiske, past bandmate from Helloween – which is currently working on its second album. We also used this opportunity to ask him about some plagiarism accusations flowing over the internet concerning a few Gamma Ray songs.

Read the interview



Interview   

Gamma Ray : l’empire heavy metal à l’épreuve des flammes


Quel album de musique peut-être plus metal que celui qui sort directement des flammes de l’enfer ? N’en déplaise aux adorateurs de Satan, avérés ou simulés, c’est bel et bien le groupe de heavy/speed allemand Gamma Ray qui a accouché l’année dernière d’un tel opus, dénommé Empire Of The Undead et prévu pour le 28 mars prochain. « Cher Kai, s’il te plait rappelle-moi immédiatement, le studio est en train de brûler et ce n’est pas une putain de blague ! », voilà le message que le leader Kai Hansen a reçu depuis sa chambre d’hôtel en Amérique du Sud, alors que la majorité de l’album venait d’être mis en boite aux Hammer Studios de Hambourg. Au-delà de son contenu dont il peut être fier, voilà un album qui risque particulièrement de rester dans la mémoire du groupe.

Et c’est Kai Hansen lui-même qui nous explique dans l’entretien qui suit la conception d’Empire Of The Undead, l’incendie des studios et comment la musique a pu y survivre. L’occasion également de revenir sur le départ du batteur Dan Zimmerman, recevoir des nouvelles d’Unisonic – son second groupe en compagnie de son ancien compère dans Helloween Michael Kiske – qui prépare son second album et le titiller sur les accusations de plagiat qui circulent sur internet au sujet de certaines chansons de Gamma Ray.

Lire notre entretien.



  • Arrow
    Arrow
    Arch Enemy @ Lyon
    Slider
  • 1/3