ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Potin   

Les chats, c’est metal… et c’est l’avenir !



Les chats sont le ciment d’internet. Sans eux, notre civilisation telle que nous la connaissons aujourd’hui ne pourrait plus tenir. C’est d’ailleurs ce qui a dû causer la chute de l’antique empire égyptien, un peuple qui écrivait sur des murs (tout comme aujourd’hui, si vous voyez ce qu’on veut dire) et qui adorait les chats : ils ont dû se tourner vers autre chose et patatra !

Il y a un mois nous avions justement publié la vidéo ci-dessus sur notre mur Facebook en faisant la remarque qu’on n’employait pas assez de chats pour les albums de metal. Eh bien, de toute évidence, on a été entendu !

Lire la suite…



Vide(o)rdure   

Shining : le trou de baignoire


Niklas Kvarforth, leader des Suédois de Shining, nu dans une baignoire, on ne sait pas trop si ça en ferait fantasmer beaucoup, mais dans le contexte de la nouvelle vidéo mise en ligne par le groupe, on se demande quand même si la libido de certain(e)s resterait intacte en voyant ça. Car Niklas Kvarforth, nu dans une baignoire, le visage peint, se versant du sang sur le corps, un couteau à la main, pratiquant un cunnilingus à une vulve en céramique, on pourra comprendre que ça vous fasse rétracter les noyaux… Même sans l’image, rien qu’avec le son, la petite musique de fond et les bruits produits par le chanteur, on peut trouver ça glauque.

Les mecs sortiront leur nouvel album, Redefining Darkness, le 29 octobre prochain et ça a tout l’air d’être leur méthode de teasing : malsaine, extrême comme il se doit pour un groupe extrême, peut-être un peu gore pour le gore, donc une sorte de violence visuelle gratuite, mais on ne pourra pas dire que ces gars ne sont pas des extrémistes, au sens artistique. Et c’est même avec une sorte d’ironie qu’ils concluent sur le message : « Le 29 octobre, tout un chacun apprendra le vrai sens d’un groupe qui se vend. […] Shining détruit vos vies depuis 1996. » Et on ne saurait dire le contraire : se mettre à poil pour vendre son album, c’est bien une pratique de vendu. Jugez vous-mêmes.

Voir la vidéo.



Blow Up Your Video   

Pas de censure pour les durs, si ça ne vous dérange pas


Les Suédois de Shining nous avait prévenu que pour leur tout premier clip en quinze ans d’histoire ce ne serait « pas la chose la plus extrême que vous verrez, mais définitivement l’une des plus dérangeantes ».

Ils n’avaient pas menti. Cette vidéo pour le titre d’ouverture de leur nouvel album (toujours en écoute sur Radio Metal et qui sort cette semaine) « Förtvivlan, Min Arvedel » a été réalisé par Martin Strandberg et le chanteur du groupe Niklas Kvarforth mais aurait tout aussi bien pu être l’œuvre du cinéaste Darren Aronofski.

Le talent n’est peut-être pas comparable à celui du réalisateur de Requiem For A Dream mais il fait sans doute à peu près aussi mal que le film de 2000 ; le genre de chose qu’on ne se passe pas une deuxième fois par plaisir. Ce clip parle de douleur, de souffrances qu’on s’inflige par divers moyens, peut-être pour en occulter une autre, peut-être par folie, peut-être par dépendance à cette souffrance. Et comme toute douleur, elle nous fascine, nous hypnotise ; quand elle est là, on ne sent plus qu’elle, il n’y a plus qu’elle, plus rien d’autre n’existe.

Lire la suite…



Music Premieres   

Preview : listen to the new Shining album in its entirety


The least we can say is that Shining’s new album was eagerly expected! First, because it follows an impressive series of excellent records. We can’t help wondering if Kvarforth and his team will be indefinitely able to find enough resources in their depressive souls to deliver, album after album, the same quality than with V: Halmstad again and again. And second, because VII: Född Förlarare (that’s the new album’s name) was announced only a few months after VI: Klagopsalmer was released, but revealed almost two years later.

When listening to this latest misdeed, something becomes clear: Shining’s nickname, “the Opeth of black metal”, is well-deserved. On the menu: relatively long riffs dripping with malaise, melancholy and anger, and dark, efficient riffs interspersed with delicate atmospheric/acoustic parts, piano and flute sprinkles, some clean vocals and forthright solos. Whether or not you like the controversial personality of their leader, Shining once again managed to create a real work of art.

The music and lyrics were all written by Niklas Kvarforth and Rickard Bengtsson was chosen again to produce the album. A music video will also be posted online next Wednesday. « (it) might not be the most extreme thing you will ever see, but it will definitely be one of the most uncomfortable. » This is what we are told by the band. To keep you updated, we remind you that Fredric Gråby left the band Shining last month.

In Swedish, Född Förlorare means “born to lose”. So is this album doomed to failure, like its title seems to indicate, or is it a complete success, the like of which the band has been accumulating for several years?

That’s up to you to judge; you can listen to the entire album here exclusively.

Read more…



Avant-Première   

Avant-première : écoutez en intégralité le nouvel album de Shining


On peut dire que le nouvel album de Shining était attendu ! Tout d’abord parce qu’il fait suite à une série impressionnante d’excellents disques. On se demande si Kvarforth et sa bande auront indéfiniment les ressources aux tréfonds de leurs âmes dépressives pour nous sortir encore et encore des albums de la qualité d’un V: Halmstad. Mais aussi parce que VII: Född Förlorare (c’est son petit nom) avait été annoncé seulement quelques mois après la sortie de VI: Klagopsalmer, alors que finalement il ne sort dans les faits que près de deux ans plus tard.

Une chose est sûre à l’écoute de ce dernier méfait est que Shining n’a pas volé son appellation d’Opeth du black metal. Au menu, de relativement longs titres suintant le mal-être, la mélancolie mais aussi la colère. Des riffs noirs qui ne manquent pas d’efficacité entrecoupés de délicates parties atmosphériques/acoustiques, saupoudrées de piano et de flutes, où le chant clair prend parfois place et n’oublions pas quelques soli bien sentis. Que l’on adhère ou pas à la personnalité controversée de son leader, le tableau exposé par Shining semble une nouvelle fois réalisé d’une main de maître.

Toutes les musiques et paroles ont été écrites par Niklas Kvarforth et c’est une nouvelle fois Rickard Bengtsson qui a été désigné pour produire l’album. Un premier clip sera par ailleurs mis en ligne mercredi prochain. « Pas la chose la plus extrême que vous verrez, mais définitivement l’une des plus dérangeantes » nous informe le groupe. Pour être tout à fait complet, nous vous rappelons que le guitariste Fredric Gråby a quitté Shining le mois dernier.

Född Förlorare signifie « né perdant » en suédois. Alors, cet album, est-il voué à l’échec comme son titre semble l’indiquer ou au contraire est-il une réussite comme le groupe les enchaîne depuis quelques années ?

A vous de juger, l’album au complet est en écoute, en exclusivité, ci-dessous.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3