ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Lost Society ne doit rien à personne


Avec No Absolution, Lost Society avait déjà démontré son audace et sa capacité de transformation en dépit des risques vis-à-vis de son public historique, mais quand en plus le ciel nous tombe sur la tête et qu’on est convaincu que l’œuvre sur laquelle on est en train de travailler sera la dernière, il est clair qu’on n’a plus d’état d’âme. Telles sont les circonstances dans lesquelles If The Sky Came Down a été conçu, suite à des événements « tragiques » – même si on n’en connaîtra pas vraiment la nature – ayant touché le chanteur-guitariste-compositeur Samy Elbanna. L’album poursuit la métamorphose de Lost Society, qui est passé d’un crossover thrash à un metal moderne, aussi catchy que musclé, aux influences multiples mais souvent très typées années 2000. A l’image d’un Bring Me The Horizon qu’il admire, Lost Society ne se refuse plus rien, que ce soit des éléments électroniques ou une dimension orchestrale. Comme Samy le dit lui-même : quitte à tenter quelque chose, autant y aller à fond.

Le pouvoir thérapeutique de la musique ayant désormais fait effet – couplé tout de même à une vraie thérapie –, Samy a retrouvé du poil de la bête. C’est confortablement assis dans son tour bus, le groupe venant tout juste de décoller pour sa nouvelle tournée européenne, que le frontman a répondu à nos questions et nous a raconté la genèse d’un album aussi personnel que voué à devenir fédérateur.

Lire l’interview…



Chronique   

Lost Society – If The Sky Came Down


Lost Society ne peut plus totalement se reposer sur les lauriers de ses trois premiers albums et le public ne peut plus vraiment considérer les Finlandais comme des « jeunes prodiges ». En effet, Lost Society officie depuis douze ans maintenant et s’est démarqué comme l’une des formations les plus importantes pour le « thrash-revival » de ces dernières années, s’il y en a vraiment eu un. No Absolution (2020) démontrait la volonté du groupe de « gonfler » son identité sonore et d’embrasser des penchants moins extrêmes, quitte à ce que les éternels puristes les qualifient de « vendus ». Une pandémie et le départ du batteur Ossi Paananen plus tard, remplacé par Taz Fagerström, Lost Society ne se pose plus aucune question. Ménager les fans de la première heure est hors de question, les Finlandais composent de la musique qui reflète leur état d’esprit et ce qu’ils écoutent eux-mêmes en créant. If The Sky Came Down symbolise pour le groupe ce besoin de ne pas se voir accoler la même étiquette et surtout, cette capacité à faire ce qu’il veut sans se soucier du reste. L’ère Fast Loud Death (2013)-Braindead (2016) paraît désormais bien loin.

Lire la suite…



News Express   

LOST SOCIETY dévoile le clip de la nouvelle chanson « What Have I Done »


Le groupe de thrash metal moderne finlandais LOST SOCIETY sortira son nouvel album, intitulé If The Sky Came Down, le 30 septembre 2022 via Nuclear Blast. En savoir plus …



News Express   

LOST SOCIETY dévoile le clip de la nouvelle chanson « Stitches »


Le groupe de thrash metal moderne finlandais LOST SOCIETY sortira son nouvel album, intitulé If The Sky Came Down, le 30 septembre 2022 via Nuclear Blast. En savoir plus …



News Express   

LOST SOCIETY : les détails du nouvel album If The Sky Came Down ; clip vidéo de la chanson « 112 »


Le groupe de thrash metal moderne finlandais LOST SOCIETY sortira son nouvel album, intitulé If The Sky Came Down, le 30 septembre 2022 via Nuclear Blast. En savoir plus …



News Express   

Le batteur Ossi Paananen quitte LOST SOCIETY, nom de son successeur annoncé


LOST SOCIETY a annoncé sur sa page Facebook le départ de son batteur Ossi Paananen, présent depuis la création du groupe. Le nom du remplaçant a été communiqué dans la foulée et il s’agit de Tapani « Taz » Fagerström. Voir la publication…



Interview   

Lost Society : pas d’absolution, pas d’excuse


Changement de direction pour Lost Society. Certes, on ne pourra pas dire qu’ils n’avaient pas préparé le terrain avec Braindead en disséminant quelques indices sur ce que pourraient nous réserver à l’avenir les quatre jeunes thrasheurs de Jyväskylä (Finlande). Toutefois, ça n’empêchera pas le nouvel album No Absolution de surprendre, déconcerter, voire crisper certains fans. Forcément, devant la modernité du propos, la place plus importante laissée à la mélodie, les riffs plus lents et groovy, les questions fusent : Lost Society, à la solde des tendances ? Lost Society, vendu ?

Mais Lost Society est-il si changé que ça ? Samy Elbanna, le frontman du groupe, d’abord, vous jurera que ce « quatrième album, c’est le cœur et l’âme de Lost Society ». Surtout, si la musique elle-même est bel est bien différente du thrash crossover des débuts qui a tant séduit par sa folie, l’esprit effronté, lui, ne les a pas quittés. Y a-t-il plus effronté et rebelle qu’un groupe qui s’écoute lui-même avant d’écouter ses fans ? Le vendu n’est-il pas celui qui refuse de changer et de suivre ses envies par peur d’être abandonné de son public ? Plus que jamais, avec No Absolution – rien que le titre paraît presque dire « on ne s’excusera pas » –, Lost Society fait ce qu’il veut et assume les risques, quitte même à se séparer d’une grosse machine telle que le label Nuclear Blast.

Nous avons longuement discuté avec Samy Elbanna pour comprendre cette évolution – qui n’est pas sans rappeler celles de certains mastodontes du thrash dans les années 90 – et la démarche sous-jacente, évoquant pêle-mêle son chant, les influences élargies du groupe, la collaboration avec le co-compositeur et producteur Joonas Parkkonen, celle avec Apocalyptica sur un morceau particulièrement éloigné de leur répertoire passé, etc.

Lire l’interview…



Chronique   

Lost Society – No Absolution


Des jeunes, la tête sur les épaules. Lost Society sait parfaitement où il va et ce qu’il doit faire pour respecter son éthique de travail. La tournée de Braindead (2016) a duré plus de trois ans, preuve du succès conséquent de l’opus des Finlandais. Ces derniers laissaient entrevoir des possibles évolutions stylistiques, capables de se détacher d’un thrash crossover sans concession présent sur Fast Loud Death (2013) et Terror Hungry (2014). No Absolution prend alors l’allure d’un virage imposant, presque crucial. Le quatrième effort de Lost Society, premier sans son label Nuclear Blast, va sans doute scinder ses fidèles en deux camps : ceux qui regrettent l’intransigeance des premières compositions et ceux qui embrassent pleinement le nouveau songwriting du groupe. Lost Society fait face à l’éternel débat du « groupe vendu » car plus accessible. Il faut donner du temps à No Absolution avant de prendre parti.

Lire la suite…



News Express   

LOST SOCIETY dévoile la nouvelle chanson « Artificial »


LOST SOCIETY sortira son nouvel album, intitulé No Absolution, le 21 février 2020. En savoir plus …



Galerie Photos   

Panic ! Fest @ Saint-Félix, France, 22/07/2017




  • Arrow
    Arrow
    Nick Cave And The Bad Seeds @ Sain-Cloud
    Slider
  • 1/3