ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

The Great Old Ones : le cauchemar de Paris


Lorsque l’on s’intéresse à la scène metal française, difficile désormais de passer à côté de The Great Old Ones. Rapidement, le groupe est devenu un incontournable du black metal français. Et après deux albums qui auront mis d’accord la critique et le public, pour démarrer l’année en beauté, les Bordelais ont sorti EOD : A Tale Of Dark Legacy. Nouveau label, nouvelle renommée et nouvelle tournée permettant enfin de les voir dans un set complet. Un nouveau chapitre pour le groupe qui veut nous faire plonger dans l’univers horrifique de l’auteur américain du XXème siècle H.P. Lovecraft. Et pour contenter les nombreux fans, une tournée a été lancée, qui passe bien sûr par Paris, en ce jeudi 2 mars.

Et en ouverture du groupe, ce sont d’autres talentueux français, et anciens collègues du temps où ils étaient signés chez Les Acteurs de l’Ombre Productions, que nous avons la joie de pouvoir apprécier sur scène : Déluge.

Lire la suite…



Interview   

The Great Old Ones : dans l’ombre de Lovecraft


La littérature n’a pas fini d’inspirer nos artistes metal, comme a, par exemple, pu le faire très largement J.R.R. Tolkien mais aussi H.P. Lovecraft avec ses nouvelles effroyables, dont l’influence est venue se glisser autant chez les mastodontes de Metallica que dans le death metal expérimental et terrifiant de Portal. Chez nous, en France, il y a un groupe pour qui Lovecraft est devenu comme un membre à part entière : The Great Old Ones.

Les bordelais sortent tout juste leur troisième album, EOD: A Tale Of Dark Legacy, l’acronyme signifiant Esoteric Order Of Dagon, un ordre occulte apparaissant dans la nouvelle Le Cauchemar D’Innsmouth sur laquelle se base l’album. Mais pas question cette fois de rééditer l’expérience de Tekeli-Li (2014), qui avait pour ambition de mettre en musique Les Montagnes Hallucinées, c’est une suite à l’histoire originelle de Lovecraft que propose désormais The Great Old Ones via son black metal chiadé et imagé.

Nous nous sommes entretenus avec Benjamin Guerry, chanteur-guitariste mais aussi l’homme derrière la musique, les textes et le concept de The Great Old Ones, pour échanger longuement sur sa passion pour l’écrivain d’horreur fantasque et sa vision de son univers, et donc sur ce nouvel et passionnant opus.

Lire l’interview…



Blow Up Your Video   

Absu : des tentacules, une asiatique… vous pensez voir le truc venir ?


Le groupe de black metal texan (non, ce n’est pas un nouveau genre de black) Absu vient de sortir un clip pour le titre ‘Hall Of The Masters’ diffusé en juillet dernier via le programme estival annuel du site AdultSwim.com, Adult Swim Singles Program. Et ce clip est l’exemple même du problème qu’on rencontre généralement avec des clips de cette qualité : on a bien un truc à dire sur le sujet, mais ça peut être traité en deux phrases, un coup de coude complice, quelques gesticulations hystériques et donc pas de quoi vous faire un exposé du pourquoi qu’il est bien le bidule.

Et puis que dire dès lors qu’on sait que la thématique est (encore) lovecraftienne puisque cette vidéo est placée dès les premières secondes sous la tutelle d’Abdul Al-Hazred, le fameux arabe fou inventé par l’écrivain de Providence, qui, au VIIIe siècle, aurait écrit le célèbre ouvrage mystique : le Necronomicon. Des machins lovecraftiens, c’est tout ce qu’on trouve dans le metal quand on veut parler de gros trucs démoniaques alors qu’on a épuisé ses points de satanisme, et par conséquent on ne va pas vous rabâcher les bases du mythe de Cthulhu… Par contre, ça gâche un peu le plaisir car, en enlevant cet élément, et avec cette jolie asiatique au milieu et des tentacules géants qui arrivent subrepticement derrière elle, on aurait facilement pu trouver un dénouement beaucoup plus… charmant.

Voir le clip.



Blow Up Your Video   

Job For A Cowboy : au nom du père, du fils et du gore


En voyant les premières images du nouveau clip de Job For A Cowboy pour le titre « Tarnished Gluttony » (issu de l’album Demonocracy sorti en avril dernier) on craint une chose : pas un nouveau machin avec des zombies ! Ça peut être sympa mais à la longue on ne veut pas atteindre le point où on fera une indigestion de chairs putrides. Oui, c’est ce qu’on craint en voyant cette image d’un homme portant son enfant sur son épaule, comme cherchant à s’éloigner d’un monde contaminé, son fils étant trop épuisé pour marcher, ou probablement déjà atteint par le mal qui rôde.

Ce n’était pas impossible car, après une petite recherche sur le nom du réalisateur, Michael Panduro, on découvre qu’il est, avec son associé Casper Haugegaard (à la production pour ce clip), à l’origine d’un film de morts-vivants danois, Opstandelsen (« La résurrection » en français), c’est dire si c’est quelque chose qu’ils connaissent. Mais niet ! Alléluia ! A aucun moment, ça ne tourne de la sorte et on apprécie d’autant plus. Ce clip, d’abord dévoilé sur le site Bloody Disgusting, est présenté en quelques phrases par Jonny Davey, frontman du groupe, dont nous ne dévoilerons pas tout le suc tout de suite pour ne pas vous gâcher la découverte de toutes les articulations de cette vidéo de 9 minutes. Mais, au moins, prévenons que si vous n’êtes pas familiers des mythes lovecraftiens, vous ne comprendrez rien à la découverte du père dans un tronc d’arbre mort, ni à toute la scène finale. Prévenons aussi que si vous avez une sensibilité à fleur de peau, ne regardez pas (le meilleur moyen pour vous inciter à le faire) ce qui se passe à partir du moment où cette petite tête blonde toussote.

Voir le clip.



Nouvelles Du Front   

L’art du pied de micro


Il y a les froufrous de Steven Tyler d’Aerosmith (qui danse même avec), le rose fluo de Dee Snider (Twisted Sister), le modèle « chaîne d’amarrage » de Dagoba et – parce qu’on ne va pas y passer la journée à vouloir être vraiment exhaustif – le roi des rois des pieds de micro : le modèle « forgé » par l’artiste suisse H.R. Giger pour Jonathan Davis de Korn.

Mais voilà, le roi est mort, vive le roi ! Septic Flesh fera prochainement un petit tour de France (vous pouvez trouver toutes les dates dans la rubrique Agenda Concerts) et peut-être que nous pourrons ainsi mieux admirer sur la scène, au fronton du temple du death metal grec, cette véritable sculpture (que vous pouvez voir ci-contre) tentaculaire et que le groupe a révélé à son public ce week-end.

Lire la suite…



Ta Page Nocturne   

Tolkien, c’est metal


Même si cette affirmation vous parait a posteriori d’une évidence irréfutable, la chose était a priori vraie dès les années 50, époque où John Ronald Reuel Tolkien (ça fait parfois du bien de se remémorer ce que signifient les initiales J.R.R.) donnait naissance au Seigneur des Anneaux.

La fantasy en général est une influence majeure pour la scène metal. Ses thèmes, son iconographie, son bestiaire sont une source d’inspiration dans laquelle puise toujours une bonne partie des groupes de metal, quel que soit le genre pour définir son identité ou pour ses textes et sa musique. Une petite panne d’inspiration ? Parlons d’une grande bataille entre un chevalier errant et un dragon et disons qu’il s’agit d’une métaphore du peuple luttant contre l’oppression. L’oppression de qui ? Peu importe. D’ailleurs les dragons, ça marche toujours dans le metal. C’est aussi pour ça que certains groupes se basent uniquement là-dessus.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Children Of Bodom @ Angoulême
    Slider
  • 1/3