ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

The Dead Daisies : nouveau départ


Un an que The Dead Daisies attend patiemment que son nouvel album Holy Ground sorte, essayant de s’occuper et d’occuper ses fans par le biais des réseaux sociaux, et ce sera chose faite dans quelques jours. Pas sûr que le quatuor pourra reprendre la route aussi vite qu’il l’aurait espéré pour défendre l’opus, mais au moins la musique sera lâchée dans la nature, à disposition de qui voudra s’en délecter. Car force est de constater que l’arrivée de Glenn Hughes au chant et à la basse (cf. interview avec David Lowy) a donné un bon coup de fouet à The Dead Daisies. Pas que John Corabi et Marco Mendoza aient démérité, très loin de là, mais l’ex-Deep Purple apporte un vent de fraîcheur et de renouveau au groupe, à la fois par sa culture musicale british, sa voix ayant marqué l’histoire du rock et sa basse qui n’aura jamais été aussi généreuse.

Le guitariste Doug Aldrich, qui après seulement cinq ans au sein du groupe fait paradoxalement déjà partie des meubles, nous en parle, non sans admiration pour son nouveau frontman qui a, lui aussi, dans un temps lointain, côtoyé un certain David Coverdale dans un groupe réputé pour ses turnovers de musiciens – comme quoi le monde est petit. Il nous parle également de la marque qu’a laissée sur lui Eddie Van Halen, qui nous a quittés décidément trop tôt, et de son expérience lorsqu’il a auditionné pour Kiss alors qu’il n’avait encore aucune expérience.

Lire l’interview…



Interview   

The Dead Daisies : le collectif avant tout


The Dead Daisies n’avait jamais été aussi stable que ces cinq dernières années. Certes le groupe a quand même régulièrement connu des changements de line-up (l’arrivée de Doug Aldrich puis celle de Deen Castronovo), mais au moins le visage de The Dead Daisies est resté le même trois albums durant, incarné par l’ex-Mötley Crüe John Corabi. Et avec le showman Marco Mendoza à la basse, nul doute que les deux musiciens ont largement contribué au galon pris par The Dead Daisies. On en avait presque oublié le postulat de départ sur lequel The Dead Daisies a été fondé : c’est un collectif de vétérans avant d’être un groupe, et donc l’idée des rotations de musiciens est incrustée dans son ADN.

John Corabi et Marco Mendoza s’en sont donc allés voguer vers leur destinée solo l’été dernier. Peut-être les retrouverons-nous un jour dans The Dead Daisies, en attendant la bande à David Lowy – guitariste, fondateur et leader du combo – démontre une nouvelle fois sa capacité à rebondir en allant chercher le grand Glenn Hughes et faire d’une pierre deux coups. Avec un album finalisé, enregistré en partie à Saint-Rémy-de-Provence, dans le sud de la France, The Dead Daisies est depuis le début de l’année dans l’attente du moment propice pour lâcher son nouveau méfait. On a tout de même pu déjà savourer deux morceaux : « Righteous Days » et « Unspoken ».

En attendant de pouvoir s’en mettre davantage sous la dent, nous avons passé un coup de fil à David Lowy pour parler changement de line-up, revenir sur les fondements de The Dead Daisies et tout ce qu’ils impliquent, et glaner quelques infos sur la conception de l’album Holy Ground. L’occasion également d’en savoir un peu plus sur ce guitariste australien, détenteur d’une licence de pilote de ligne…

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3