ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Don Felder et l’autel du rock n’ roll


Chez les musiciens, en matière de CV, on peut difficilement faire mieux que celui de Don Felder. Parmi les artistes avec qui il a collaboré, on trouve pèle-mêle : les Bee Gees, Barbra Streisand, Diana Ross, Elton John ou encore Michael Jackson. D’ailleurs, vous croyiez que l’album le plus vendu – au moins en Amérique – était le mythique Thriller de Michael Jackson ? Raté. En 2018, Their Greatest Hits (1971–1975) des Eagles supplante ce dernier avec 38 millions d’exemplaires vendus rien qu’aux USA (d’apres un nouveau comptage de la RIAA). Et qui retrouve-t-on dans ce best of et qui a notamment participé à l’écriture d’« Hotel California », l’un des plus grands tubes de tous les temps ? Don Felder.

Alors quand le chanteur-guitariste sort un nouvel album solo, on ne s’étonnera pas que tout un cortège de superstars du rock vienne lui prêter main-forte, entre les musiciens de Toto, Slash, Joe Satriani, Sammy Hagar, Chad Smith, Richie Sambora, Orianthi, Alex Lifeson, Peter Frampton… Et ça tombe bien, avec le bien nommé American Rock’N’Roll, Don Felder rend un vibrant hommage… au rock n’ roll américain. Nous avons profité de son passage à Paris pour qu’il nous en touche deux mots, ou même un peu plus.

Lire l’interview…



Droit De Réponse    Éditorial   

Steve Lukather (Toto) répond aux critiques et explique ses propos


On s’étonnera toujours que certains propos puissent générer des déferlantes de haine. On aime bien relayer nos interviews sur Facebook en mettant en avant une ou plusieurs brèves citations. Dans ce monde de l’immédiat qu’est internet, où les images comptent plus que les mots et où on prend, semble-t-il, de moins en moins le temps de lire, c’est le moyen qui nous paraît le plus approprié pour attiser la curiosité des gens qui nous suivent sur ce réseau social et les pousser à lire les (parfois longues) interviews que nous proposons régulièrement sur le site de Radio Metal, et ce même si l’artiste en question n’est pas forcément ce vers quoi ils iraient naturellement.

Pousser à s’interroger aussi, surtout lorsque les mots viennent d’une éminence comme le guitariste Steve Lukather (oui, celui-la même qui a écrit et joué sur des chansons entrées dans l’histoire du rock et de la culture populaire, avec Toto mais aussi sur l’album Thriller d’un certain Michael Jackson… Et collaboré avec tant d’autres artistes de Joe Cocker à Miles Davis, en passant par Roger Waters ou le batteur bien connu des metalleux Mike Terrana) dont nous mettions en avant la citation suivante, au franc-parler certain : « Chaque trou du cul qui a un ordinateur croit pouvoir faire un album ! Tu ne peux pas faire The Wall sur un putain d’ordinateur portable, frangin ! Désolé ! » Des mots qui, en les comprenant bien, ne sont évidemment pas une bête critique des technologies mais promeuvent une certaine manière de faire les albums, celle qui nous a donné parmi les plus grands chefs d’œuvre du rock de ces quarante dernières années, et qui a tendance, non pas forcément à se perdre – car nous voyons encore des artistes miser là-dessus – mais à être négligé dans la culture populaire d’aujourd’hui, là où les chefs-d’œuvre précités faisaient la culture populaire d’il y a quelques décennies.

Lire la suite…



Interview   

Toto : c’est reparti comme en 14 !


Lorsqu’en 2008 le guitariste Steve Lukather a posté un communiqué pour confirmer son départ de Toto et, par conséquent, la fin du groupe, il était catégorique et il ne semblait y avoir aucun espoir de revoir un jour le groupe monter sur les planches. En vérité, comme il nous l’explique longuement dans l’entretien qui suit, le guitariste était à bout et ne voyait plus de raison de poursuivre dans un groupe qui n’était plus vraiment lui-même. En un sens, sa réaction était rassurante et révélait l’intégrité du musicien.

Depuis, ce qui pendant un temps paraissait improbable s’est finalement produit : Toto, le groupe de potes de lycée, est remonté sur les planches, d’abord pour aider un autre pote de lycée dans le besoin, puis pour fêter 35 ans de musique, et s’apprête maintenant a publier un nouvel album intitulé XIV. Et il le fait pour de bonnes raisons, même si on apprendra qu’il y a eu, tout de même, un petit coup de pouce d’une procédure judiciaire…

Car voilà ce qui soude avant tout Toto et le fait avancer : les vieilles et sincères amitiés. A ce titre, on ne peut pas dire que le guitariste au franc-parler soit tendre – même si la plupart du temps il prend soin d’éviter de le citer – avec son ancien chanteur Bobby Kimball qu’il ne tient visiblement pas dans son cœur. Et d’un autre côté, on le sent particulièrement dévasté lorsqu’il nous avoue sans détour qu’il n’y a plus aucun espoir pour le bassiste Mike Porcaro, atteint d’une maladie grave, et « qu’il n’y en a plus pour très longtemps. »

Nous revenons donc avec Steve Lukather sur tout ceci, le retour, l’album, l’avenir de ce groupe de musiciens de talents et même bien plus encore, avec convivialité et sans langue de bois.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3