ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Jonas Åkerlund : aux origines du chaos


La trajectoire de Jonas Åkerlund ne ressemble à aucune autre : batteur de Bathory dans les années 80, il abandonne vite son instrument pour se consacrer à la réalisation de clips musicaux. Travaillant d’abord pour des musiciens suédois, il collabore rapidement avec des musiciens internationaux, et réalise de nombreuses vidéos désormais mythiques, du fameux clip de « Ray Of Light » de Madonna à l’inénarrable « Pussy » de Rammstein en passant par « Telephone » de Beyoncé et Lady Gaga, « Fuel For Hatred » de Satyricon ou « Canned Heat » de Jamiroquai. Depuis Spun en 2002, le réalisateur s’est attaqué aux longs métrages : mentionnons Polar, réalisé pour Netflix il y a peu, et surtout Lords Of Chaos, que l’on peut voir en ce moment en salles à Paris et partout en VOD. Si ce titre vous semble familier, c’est bien normal : il s’agit de celui du célèbre livre de Michael Moynihan et Didrik Søderlind, Vulgate qui retrace l’histoire houleuse de la scène black metal norvégienne du début des années 90, entre meurtres, suicide et églises en flamme. À rebours du livre qui se plaît à retrouver en Varg, Dead et consorts un feu sacré quasi mythologique, Åkerlund les décrit plus prosaïquement comme une bande d’adolescents aux prises avec des événements qui les dépassent très vite.

C’est à l’occasion de la sortie de ce film que nous avons pu échanger avec lui sur ce projet qui, comme il nous l’explique, lui tenait particulièrement à cœur, de ses prémices de longue haleine au travail sur la musique, et de sa vision de la scène norvégienne à un certain clip de Metallica. Impossible de ne pas en profiter pour évoquer sa carrière de réalisateur de clips : de Candlemass à Madonna, il n’y a pas à dire, le Suédois a fait du chemin…

Lire l’interview…



Interview   

Monte Pittman entre les lignes


Pour ceux qui en douteraient encore, Monte Pittman, guitariste de Madonna, après son passage chez Prong et diverses collaborations, est bien décidé à développer sa carrière solo et ne fait même que commencer. Il se sera fait remarqué par son sens du riff avec The Power Of Three (2014) et Inverted Grasp Of Balance (2016), et revient calé comme un métronome deux ans après son dernier opus avec non pas un mais deux nouveaux albums ! Between The Space est destiné aux fans de heavy metal, centré sur l’efficacité, dans l’optique des concerts. Better Or Worse plaira plutôt aux amateurs d’acoustique, notamment ceux qui avaient pu le découvrir sur son premier album The Deepest Dark.

Deux albums antagonistes, voire symétriques, que l’on peut toutefois relier par une thématique générale, récurrente dans l’œuvre de Monte Pittman, celle des opposés justement. Ainsi dans l’entretien qui suit, le guitariste nous dévoile les dessous de la décision de sortir deux albums simultanément et de de leur conception, mais aussi des idées qui émaillent ces deux opus.

Lire l’interview…



Interview   

Monte Pittman remet l’envers à l’endroit


Monte Pittman 2016Il y a deux ans on flashait sur cet illustre inconnu du nom de Monte Pittman et son album The Power Of Three, avec son orgie de riffs et bonnes idées. « Illustre inconnu » ? Pas tant que ça quand on sait que le guitariste a fait un passage chez Prong et qu’il est depuis quinze ans le guitariste de Madonna. On ne va pas vous refaire sa biographie, et on vous renvoie à notre dernière interview – où il explique notamment comment Madonna s’est retrouvée à jouer du Pantera lors d’une de ses concerts – pour faire du rattrapage sur le bonhomme (la partie 1 et la partie 2).

Toujours est-il que le successeur de The Power Of Three était attendu de pied ferme, et le voilà aujourd’hui dans les bacs, intitulé Inverted Grasp Of Balance. Un album qui s’inscrit dans la continuité, à savoir heavy et gorgé de guitares affûtées, inspiré autant du death metal que du rock ou du grunge, mais avec cette fois-ci deux poids lourds à la batterie et à la basse, respectivement, Richard Christy (Charred Walls Of The Damned, ex-Death, ex-Iced Earth) et Billy Sheehan (Mr. Big, The Winery Dogs).

Nous décortiquons donc avec lui, dans l’entretien qui suit, ce quatrième opus, mais en profitons également pour revenir sur cet épisode émouvant lorsque lui et Madonna se sont retrouvés le 10 décembre 2015 à organiser un mini-concert surprise sur la Place de la République à Paris, en hommage aux victimes de l’attaque du Bataclan.

Lire l’interview…



Interviews   

Monte Pittman, part 2: the man who put Pantera in Madonna’s hands


Some of you may have already watched, probably incredulously, the infamous video of a Madonna concert in which the planetary pop star plays Pantera’s “A New Level” on guitar. This episode only proves one more time that Madonna is not your average popstar, and that she still is a rock girl. The man behind this curiosity: Monte Pittman, her guitar teacher, later becoming his live guitar player for more than a decade.

We dissected with him his excellent new solo record The Power Of Three in the first part of this interview published a couple of days ago – we suggest you to read it, if you haven’t already. Today, in this second and last part, the guitar player speaks about Madonna and the musical relationship they have together, and, most specifically, how an old guitarist-to-guitarist trick from Dimebag Darrell ended up in Madonna playing a Pantera riff. At the end of the interview, he also talks about Adam Lambert, the [participant] that got hard rock and metal to be heard on American Idol, and about Prong, the band of his friend Tommy Victor in which he played for a while.

Read the interview…



Interview   

Monte Pittman, partie 2 : l’homme qui a mis Pantera dans les mains de Madonna


Peut-être que certains d’entre vous on déjà vu, sans doute incrédules, cette fameuse vidéo filmée à un concert de Madonna où la pop star interplanétaire se fendait d’un « A New Level » de Pantera, qu’elle jouait elle-même à la guitare. Un épisode qui ne fait que confirmer que la madone est tout sauf une artiste pop comme les autres et qu’elle reste une nana finalement très rock’n’roll. Derrière cette curiosité, un homme : Monte Pittman, son professeur de guitare, devenu par la suite son guitariste depuis plus d’une dizaine d’années.

Nous avions décortiqué avec lui son excellent nouvel album solo The Power Of Three dans une première partie d’entretien publiée il y a quelques jours que nous vous invitons vivement à aller lire par ici si ce n’est pas déjà fait. Aujourd’hui, dans la seconde et dernière partie, le guitariste nous parle de Madonna et explicite la relation musicale qu’il entretient avec elle, notamment comment un lointain conseil de Dimebag Darrell, de guitariste à guitariste, a fini par mettre un riff de Pantera dans les mains de la pop star. En fin d’interview, il est également question d’Adam Lambert, le participant qui a amené le hard rock et le metal à s’incruster dans l’émission de télé-crochet American Idol, et de Prong, le groupe de son ami Tommy Victor, dans lequel il a officié fut un temps.

Lire l’interview…



Nouvelles Du Front   

Kiss a-t-il apporté quelque chose à la musique ?


Voilà treize années que Kiss est éligible pour faire partie des artistes récompensés par le Rock And Roll Hall Of Fame. Et voilà treize années que Kiss n’est pas nommé alors que leurs confrères d’Aerosmith, d’AC/DC, les Ramones, les Sex Pistols (même s’ils ne s’en sont pas vantés), Alice Cooper l’ont été. Rien d’étonnant à la présence de ces derniers, contrairement à celle de Madonna ou d’Abba.

Voici un condensé de la réaction de Paul Stanley (guitare/chant) auprès de Rolling Stone (propos rapportés par le site Blabbermouth) : « C’est devenu une blague. Nous y pensions et avons conclu la chose suivante : ‘Nous allons les racheter et virer tout le monde’. […] [Madonna et Blondie] sont des artistes tout à fait légitimes sur la scène disco/dance. Ces artistes n’appartiennent pas au Rock And Roll. […] Ils ont atteint un stade où ils cherchent désespérément quelqu’un qu’ils considèrent comme ayant de la valeur. Avec tout le respect, quand on nomme Patti Smith, on n’est plus très loin de Pete Seeger ».

L’absence de récompense pour Kiss de la part d’une institution qui semble récompenser les artistes rock les plus marquants est à première vue surprenante. Musicalement, le terme « Rock N’ Roll » est ici pris au sens large, mais malgré tout, la présence d’artistes tels qu’Abba ou Madonna semble peu défendable.

Nous avons cherché à en savoir plus…



Blow Up Your Video    Radio Gaga   

De Lady Bathory à Erzebeth Gaga


A Radio Metal, on a peur de rien. A Radio Metal, on est des fous dans nos têtes ! A Radio Metal, on vous parle de tout ; et tant pis si parfois un blackeux aigri nous attend à la sortie du studio avec sa morgenstern sanglante, prêt à frapper et à exposer nos cervelles au grand jour car nous l’esquiverons toujours et continuerons à combattre par le verbe l’esprit de clivage que certaines personnes dans le metal entretiennent, élevant des murs entre les genres, voire entre les sous-genres du metal-même.

C’est d’autant plus vrai aujourd’hui parce que nous avons réussi à trouver le chaînon manquant. Et le blackeux énervé qui trépigne derrière la porte pourra aussi y trouver sa dose. Petite devinette : qu’est-ce qui a le poil long couleur corbeau, le teint pâle, est le plus souvent vêtu de noir et représente le trait d’union entre l’un des groupes fondateurs du black metal – à savoir Bathory – et la tête de file de la pop actuelle la plus créative, j’ai nommé Lady Gaga ?

Ne réfléchissez pas plus longtemps, nous faisons aussi ça pour vous.

La réponse…



Nouvelles Du Front   

L’ARGENT N’A PAS D’ODEUR


Faire du fric c’est pas bien. Tout le monde le sait que c’est pas bien et les artistes ‘ eux aussi ‘ l’ont compris depuis longtemps. Madonna, Steve Harris (Iron Maiden), Lady Gaga ou bien Lars Ulrich (Metallica) : des artistes qui ont simplement quelque chose à faire partager et pas des business(wo)men du tout. Nan, ça c’est ce que font croire (très rarement) les médias. Des trucs comme Radio Metal où les mecs font style « on est des justiciers, on se bat pour la vérité » et toutes ces conneries de gars complètement imbus d’eux mêmes.

Les Sex Pistols se sont associés avec le parfumeur Etat Libre D’Orange (vous noterez la mention géographique à la fin du présent article en guise de clin d’oeil…) pour sortir un parfum au doux nom du groupe. L’énergie punk, le discours anarcho et la Révolution avec un grand R (comme Retournement de veste ou désir de Rétribution) : en voilà des principes beaux, vrais et authentiques. Les pistolets du Sex s’intéressent avec l’âge aux effluves corporels de leur public habitué à tremper la chemise dans les fosses punk du monde. Franchement ici on apprécie ce don de soi, cette capacité à mesurer parfaitement les besoins de ses interlocuteurs, ce désir resté intact de faire bouger les choses.

En Afrique ils n’ont pas un rond et ils portent des T’Shirts Coca-Cola. En Europe les groupes qui symbolisent la Révolution musicale vendent leur parfum. L’être humain restera, décidément, ontologiquement



  • Arrow
    Arrow
    Arch Enemy + ACOD @ Cenon
    Slider
  • 1/3