ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Dream Theater réduit les distances


Dans le milieu de la musique, et du metal en particulier, il est clair que l’on vit une époque allant toujours plus vite, où la compétition fait rage entre des groupes de plus en plus nombreux, et qui impose aux artistes de tourner de plus en plus, et donc de passer de moins en moins de temps en studio à créer des disques. On peut comprendre comment, dans une telle spirale infernale, on peut en venir à s’y perdre et surtout à perdre de vue les raisons initiales qui ont motivé à être un artiste ou un groupe de musique. Il faut donc un certain recul, une prise de conscience, afin de se recentrer sur le sens de la camaraderie et l’essence même d’un groupe, soit « un petit club de gars ou de filles », pour reprendre les mots du guitariste John Petrucci.

Car telle a été la démarche de Dream Theater pour son quatorzième album, conçu à la vieille école, en groupe, isolé à la campagne, en mangeant et buvant des coups. Une conception aux antipodes de celle, méticuleuse et fastidieuse, de l’imposant The Astonishing, qui s’était essentiellement partagée entre deux membres. A vrai dire, Distance Over Time fait tout l’inverse de son prédécesseur, opérant une sorte de retour à ses fondements, un metal progressif heavy et accrocheur, rapprochant passé et présent, anciens et nouveaux fans, les membres du groupe eux-mêmes, l’humain et la technologie… James LaBrie et John Petrucci nous racontent.

Lire l’interview…



Interviews   

Dream Theater: the new era starts now


In the following interview, the least you can say is that James Labrie is full of praise for his new drummer: “incredible”, “full of unbelievable amounts of energy and excitement”, “a phenomenal drummer”, “extremely musical”, “very talented”, “very intuitive”, “very spontaneous”, “very instinctual”, and so on. If those highly enthusiastic comments are to be believed, his arrival within the band has put new life into Dream Theater. And in the end, those same comments sort of highlight what remains unsaid, or rather what is implied, about the band’s former leader, Mike Portnoy.

But this interview also revealed the extent of the pressure the band found itself under because of the line-up change. The vocalist mentions that the band had to prove themselves all over again during the tour promoting A Dramatic Turn Of Events, and suggests that they were particularly attentive to their fans. In point of fact, during the whole conversation, Labrie kept referring to the fans to justify Dream Theater’s desire to prove that nothing has changed, and that their new, self-titled album gathers all the elements that are to be expected from the band.

Read the interview….



Interview   

Dream Theater : le nouveau chapitre s’ouvre aujourd’hui


Le moins que l’on puisse dire c’est que, dans l’interview qui suit, James Labrie ne tarit pas d’éloge à l’égard de son nouveau batteur : « incroyable », « rempli d’une quantité incroyable d’énergie et d’excitation », « un batteur phénoménal », « extrêmement musical », « très talentueux », « très intuitif », « très spontané », « très instinctif », etc. A vrai dire, à en croire ses paroles à l’enthousiasme sans équivoque, Dream Theater, avec l’arrivée de ce dernier, s’est trouvé une seconde jeunesse, un nouveau souffle. Des paroles qui, en définitive, font peser un poids lourd sur ce qui n’est pas dit, ou plutôt ce qui est sous-entendu, par rapport à leur ancien leader Mike Portnoy.

Mais ce que révèle aussi cet entretien, c’est la pression qu’a fait peser le changement de line-up sur les épaules du groupe. C’est ainsi que le chanteur nous parle du fait qu’ils ont dû faire leurs preuves pendant la tournée promo d’A Dramatic Turn Of Events, mais laisse aussi penser qu’ils ont été particulièrement à l’écoute des fans. En effet, tout au long de la discussion Labrie se réfère à eux pour justifier une volonté de prouver, avec leur nouvel album éponyme, que Dream Theater n’avait en rien changé et de rassembler tous les éléments qu’ils attendent de la part du groupe.

James Labrie nous dit tout ci-après…



Metalanalyse   

Alors, Dream Theater sans Mike Portnoy, ça donne quoi ?


A Dramatic Turn Of Events, le nouvel album de Dream Theater, fait office, aux yeux de nombreux fans, de thermomètre artistique du groupe vis-à-vis de Mike Portnoy. S’il est mauvais, c’est que c’était Mike qui portait le groupe. S’il est bon, c’est qu’il était un problème et que son départ est positif. Mais les choses peuvent-elles être résumées avec un raisonnement aussi simple ? Mike Portnoy a quitté le groupe car il souhaitait que Dream Theater fasse une pause, requête qui fut unanimement refusée. Si le batteur était resté, qui sait ce que cette pause, rupture par ailleurs désirée depuis longtemps par de nombreux fans, bouleversant le rythme métronomique de cette carrière, aurait pu apporter artistiquement au groupe ?

Quoi qu’il en soit, depuis ce départ du principal communiquant du groupe, Dream Theater cherche à véhiculer, auprès des fans et de la presse, l’image d’un groupe soudé et parfaitement égalitaire. Et cela se traduit visiblement en studio. L’album a été écrit collectivement, à l’exception du nouveau batteur fraîchement arrivé, Mike Mangini. Les récentes déclarations de Jordan Rudess témoignant de son enthousiasme vis-à-vis du processus collaboratif de ce nouveau line-up permettant à chacun de s’exprimer ont soulevé la question du rôle autoritaire qu’avait Mike Portnoy au sein de la formation.

Lire la suite…



Éditorial   

C’est pas metal


Dans cet énième épisode de la série « pourquoi les métalleux nous exaspèrent » (et je vous rassure, vous n’êtes pas les seuls à vous demander : « mais pourquoi ils bossent dans le metal ces mecs ? »), nous allons traiter de cette réplique reine, humiliante et décrédibilisante, voire fatale car souvent synonyme de radiation à vie du cercle des metalheads.

Tout métalleux qui se respecte a une opinion – très souvent indiscutable – sur ce qui est ou n’est pas metal. Afin de mieux cerner les limites admises de ce cercle, afin de ne pas se laisser aller à d’insupportables débordements (comme boire du lait à la fraise, mais on y reviendra), il convient donc de rassembler de la manière la plus exhaustive possible chaque petite pierre apportée à l’édifice. Si l’on suit l’adage qui dit que « ce qui n’est pas interdit est autorisé », alors c’est en listant ce qui n’est pas metal que l’on pourra déterminer ce qui l’est. Le présent travail est le résultat d’un travail de veille de plusieurs mois dérivé de celui, similaire, effectué de manière hebdomadaire sur le No Comment.

C’est par là que ça se passe…



CR De Festival   

Sonisphere 2011 : compte-rendu de la journée du vendredi 8 juillet


La première édition du Sonisphere français vient de se tenir à Amnéville les 8 et 9 juillet. Un véritable événement car pour la première fois de l’Histoire le Big 4 représenté par Metallica, Megadeth, Slayer et Anthrax se produisait en France. Mais durant deux jours ce sont bel et bien vingt artistes (Slipknot, Airbourne, Dream Theater, Gojira, Mastodon, Papa Roach, Loudblast et beaucoup d’autres) qui ont arpenté les planches des scènes Saturn et Apollo. Après des reportages aux Greenfield, Hellfest et Main Square, voici le quatrième volet de nos aventures estivales avec la première journée du Sonisphere qui a eu lieu le vendredi 8 juillet. NB : le live report de la journée de samedi est également disponible.

Arrivés sur les lieux aux alentours de midi, nous visitons le site peu avant l’ouverture du site aux festivaliers. Tandis que l’organisation s’active pour finaliser les derniers préparatifs, nous profitons du calme avant la tempête et découvrons les scènes, montées sur un terrain en béton légèrement en pente.

Lire la suite…



Interviews   

Dream Theater, The Spirit Carries On – Episode 2 : Mike Mangini


Two different men, two different opinions, two different vibes. The departure of Mike Portnoy from Dream Theater is a turning point. Whether it is one musically, we’ll find out in a few months. But given Mike’s prominence in the band – it’s no wonder Dream Theater was regarded as “Portnoy’s band” – there were many consequences and issues raised by this departure. We tried to take the pulse of the band. Firstly with one who was already in it and decided to go on, John Petrucci, guitarist and founding member. Then, with the one with whom the show will go on: the lucky Mike Mangini.

The documentary covering the auditions of various drummers made us sit up and take notice, showing Mike Mangini in a very positive light, as a capable drummer and an extremely pleasant and likeable person. Such a portrayal will not be contradicted by this sincere interview: Mike is warm, forthcoming, talkative and open-handed regarding personal anecdotes. We were talking to a light-hearted man, relieved after difficult times and eternally grateful towards Dream Theater.

Though entirely aware of his worth and level, the man remains extremely humble, still too much in awe to assert himself within the band beyond his position as a drummer. As if he hadn’t yet fully realized what was happening to him, Mike Mangini remains extremely cautious when talking about long term issues, though he is adamant about one thing: Mike Portnoy will not come back.

Click here to read the interview…



Interviews   

Dream Theater, The Spirit Carries On – Episode 1 : John Petrucci


Two different men, two different opinions, two different vibes. The departure of Mike Portnoy from Dream Theater is a turning point. Whether it is one musically, we’ll find out in a few months. But given Mike’s prominence in the band – it’s no wonder Dream Theater was regarded as “Portnoy’s band” – there were many consequences and issues raised by this departure. We tried to take the pulse of the band. Firstly with one who was already in it and decided to go on, John Petrucci, guitarist and founding member. Then, with the one with whom the show will go on: the lucky Mike Mangini.

John Petrucci is a naturally quiet person, sometimes even phlegmatic. As a consequence, he’s always talking calmly, giving carefully calculated answers and continually seeing things in a positive way. And of course, being a prominent public figure, he’s careful about what he says. You’ll even notice how the subject of the communication with Mike Portnoy regarding his departure from the band has been impossible to mention. Petrucci even stating that he hasn’t paid attention to the latter’s statements and accusations in the press.

Apart from that, rest assured, he’s all but insincere and – for those of you who were expecting a boring and depth-lacking interview – interesting in his point of view regarding the band, the auditions for the new drummer, but also regarding other more general issues such as instrumental practice and the notion of musicality.

Clearly, interviews aren’t where he’s the most comfortable. There’s no surprise in the fact that Mike Portnoy, being very comfortable as a spokes-person, had been the face of the band for years. The redistribution of the roles within the band in that regard is one of the consequences of his departure: « Other people just need to step up and do more interviews, talk more and do more photoshoots. ». Among the fans, many believed that Mike Portnoy’s control over the band weighed down on his band mates. John Petrucci points that out as a misconception.

Finally, took advantage of this interview to try to learn more about the musical direction taken on the next record, A Dramatic Turn Of Events, scheduled to be released on September 13th 2011. A title that, according to the guitarist and unlike one may suppose, is not a reference to the band parting ways with Mike Portnoy.

Click here to read the interview…



Interview   

Dream Theater, The Spirit Carries On – Episode 2 : Mike Mangini


Deux hommes, deux positions, deux ambiances. Le départ de Mike Portnoy de Dream Theater est un tournant. Qu’il soit musical ou non, ça, nous le verrons dans quelques mois. Mais compte tenu de l’importance que Mike revêtait dans le groupe – ce n’est pas pour rien si Dream Theater était vu comme « le groupe de Portnoy » – les problématiques et les conséquences de ce départ sont nombreuses. Nous avons voulu prendre la température. Tout d’abord chez l’un de ceux qui était déjà là et qui a décidé de continuer, à savoir John Petrucci, guitariste et membre fondateur. Puis chez celui avec qui l’aventure va continuer : l’heureux nouveau élu Mike Mangini.

Le reportage relatant les auditions de différents batteurs nous avait mis la puce à l’oreille, dressant un tableau flatteur de Mike Mangini, un batteur capable et un personnage extrêmement sympathique et frais. Cet entretien sincère ne fera que le confirmer : Mike est chaleureux, avenant, bavard et généreux en anecdotes. Nous avions au bout du fil un homme enfin heureux, soulagé d’une période difficile et éternellement reconnaissant envers Dream Theater.

L’homme a beau avoir parfaitement conscience de sa valeur et de son niveau, il n’en reste pas moins extrêmement humble. Pour l’instant encore trop admiratif pour s’imposer au sein du groupe au-delà du poste de batteur. Comme s’il ne réalisait pas encore pleinement, Mike Mangini reste extrêmement prudent dès qu’il s’agit de parler de long terme, bien qu’il soit catégorique sur une chose : Mike Portnoy ne reviendra pas.

Cliquez ici pour lire cet entretien…



Interview   

Dream Theater, The Spirit Carries On – Episode 1 : John Petrucci


Deux hommes, deux positions, deux ambiances. Le départ de Mike Portnoy de Dream Theater est un tournant. Qu’il soit musical ou non, ça, nous le verrons dans quelques mois. Mais compte tenu de l’importance que Mike revêtait dans le groupe – ce n’est pas pour rien si Dream Theater était vu comme « le groupe de Portnoy » – les problématiques et les conséquences de ce départ sont nombreuses. Nous avons voulu prendre la température. Tout d’abord chez l’un de ceux qui était déjà là et qui a décidé de continuer, à savoir John Petrucci, guitariste et membre fondateur. Puis chez celui avec qui l’aventure va continuer : l’heureux nouveau élu Mike Mangini.

John Petrucci est quelqu’un de naturellement serein, voire par moments flegmatique. En conséquence, il s’exprime toujours très posément, donne des réponses mesurées et a un œil constamment positif sur les choses. Et bien entendu, son statut médiatique n’aidant pas, il fait attention à ce qu’il dit. Vous verrez d’ailleurs qu’il a été impossible d’aborder la sujet de la communication avec Mike Portnoy à propos de son départ du groupe. Petrucci déclarant même n’avoir même pas suivi les déclarations et les accusations de ce dernier dans la presse.

Du reste, rassurez-vous, il n’en reste pas moins sincère et – pour ceux qui voyaient déjà venir une interview lisse et ennuyeuse – intéressant dans son regard sur le groupe, sur les auditions pour un nouveau batteur, mais aussi sur d’autres thématiques plus générales telles que la pratique de l’instrument et la notion de musicalité.

Les interviews, ce n’est visiblement pas là où il est le plus à l’aise. Pas étonnant, donc, que Mike Portnoy, lui très à l’aise en tant que communiquant, ait été le représentant médiatique du groupe pendant des années. Parmi les conséquences de son départ en septembre 2010, il y a notamment une redistribution des rôles à ce niveau-là : « Maintenant, les autres membres vont simplement devoir s’affirmer, donner plus d’interviews, parler davantage et faire plus de séances photos ». Parmi les fans, nombreux étaient ceux qui pensaient que la mainmise de Mike Portnoy était pesante sur les autres membres du groupe. La réponse de John Petrucci, vous le verrez, dénonce cette croyance comme une idée reçue.

Nous avons également profité de cet entretien pour essayer d’en savoir plus sur l’orientation musicale du nouvel opus à paraître le 13 septembre 2011, A Dramatic Turn Of Events. Un titre d’album qui, d’après le guitariste et contrairement à ce que l’on pourrait supposer, ne se réfère pas à la séparation avec Mike Portnoy.

Cliquez ici pour lire cet entretien…



  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3