ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Forgotten Tomb : le misanthrope


Difficile de parler de DSBM (depressive suicidal black metal) sans parler de Forgotten Tomb qui a défini les contours du style avec ses trois premiers albums. Pourtant la bande à Ferdinando Marchisio alias Herr Morbid est loin de se résumer à cela : même si sa marque de fabrique reste palpable, chaque nouvelle trilogie d’albums est l’occasion de redéfinir le son du groupe. C’est précisément ce qui le rend, au choix, irritant ou excitant. Mais pour Forgotten Tomb, le renouvellement artistique est presque une question de vie ou de mort.

Nihilistic Estrangement, nouvel et dixième album des Italiens, ouvre justement une nouvelle trilogie après la fin douloureuse – au sens propre – du cycle précédent. Une trilogie qui sera vraisemblablement marquée par ce que Herr Morbid qualifie de « black rock », du fait des étonnantes teintes hard rock et blues intégrées à son black metal. Nihilistic Estrangement étant un des albums de metal extrême marquants de cette année, et Herr Morbid étant un personnage intrigant à plus d’un titre, nous avions une batterie de questions à lui poser.

Toujours un peu réticent à l’idée de faire des interviews par e-mail, cela a été finalement une très bonne surprise : jamais un artiste n’aura rédigé des réponses aussi étayées et approfondies. D’autant plus surprenant qu’il nous raconte que « s’asseoir devant un ordinateur l’ennuie à mort ». Preuve de son engagement total envers son art, mais aussi que certaines choses lui pèsent sur le cœur : il suffit de lire ses déclarations au vitriol sur l’humanité et sur la scène metal contemporaine. Herr Morbid n’a jamais caché sa misanthropie et qu’il se coupait mentalement du monde (d’où le titre de l’album), et il nous explique pourquoi.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3