ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Pain Of Salvation : un nouveau jour se lève


Daniel Gildenlöw frontman et tête pensante de Pain Of Salvation nous aura fait une belle frayeur lorsqu’on apprenait début 2014 qu’il avait, tout comme le regretté Jeff Hanneman (Slayer) quelques années plus tôt, contracté une fasciite nécrosante, alias bactérie « mangeuse de chair ». Mais la bonne humeur du musicien (qui allait jusqu’à raconter sur Instagram les péripéties hospitalières d’une guitare, baptisée Mr. M) se voulait rassurante.

Ce dont on se rend compte aujourd’hui, c’est à quel point la première journée d’hospitalisation, en particulier, a pu être terrifiante pour le chanteur, dont les perspectives de vie ont changé et se sont assombries en seulement quelques heures, comme il nous le détaille en première partie de l’entretien qui suit, où il nous livre son vécu de ce périple. Car oui, In The Passing Light Of Day, le nouvel album du combo, est un concept qui se concentre sur cette première journée et les réflexions et cheminements psychologiques qui ont pu le traverser. Un album mais aussi des propos, comme souvent avec Gildenlöw, éclairés, qui livrent de vraies leçons de vie.

Mais au delà de la trame conceptuelle, c’est sur la direction musicale elle-même, voyant le grand retour des sonorités metal, que nous l’avons questionné, ainsi que son rapport aux autres membres du groupe, présents et passés, dans ces incessants changements qu’a connu la formation ces dernières années. Des propos, encore une fois, éclairants sur le mode de fonctionnement de Pain Of Salvation et sa dynamique créative.

Lire l’interview…



Interviews   

Pain Of Salvation: looking back on the departures


These past few months have been pretty eventful for Pain Of Salvation! Right in the middle of the band’s promotion for Road Salt 2, two longstanding musicians decided one after the other to leave the ship. First it was Johan Hallgren, not only a gifted guitarist but also a talented vocalist and a strong element on stage, due to his dazzling charisma and rare energy. He was followed by keyboard player Fredrik Hermansson, more discreet but known for the delicacy and sensitivity of his playing skills. Needless to say, after these two announcements, Pain Of Salvation looked a little the worse for wear. All the more so since the band had yet to find a permanent bassist after Kristoffer Gildenlöw, Daniel’s brother, left, six years ago.

Even if the band took the time to communicate about these departures – claiming family reasons for Hallgren’s –, even if had talked about this with drummer Léo Margarit, several questions remained, especially regarding Hermansson desertion. We took advantage of the band’s stay in Paris on November 16th to ask a few questions to the captain, Daniel Gildenlöw. Particularly tired that night, he was nevertheless talkative and went very deep in his answer.

Since the interview, new musicians have been hired, at least for the shows: Daniel Karlsson, the original bassist, who, as Daniel explained, had already replaced Hermansson behind the keyboards for a few shows before going back to the bass, then to the keyboards when Hermansson left for good (phew!), Gustaf Hielm, Meshuggah’s former bassit, and one Ragnar Zolberg on guitar.

Read the interview…



Interview   

Pain Of Salvation : retour sur les départs


Ces derniers mois ont été sacrément mouvementés chez Pain Of Salvation ! En pleine sortie de Road Salt 2, tour à tour ce sont deux musiciens de longue date qui ont décidé de quitter le navire. Tout d’abord Johan Hallgren, non seulement guitariste talentueux mais également un vocaliste doué, qui était aussi un élément fort sur scène grâce à un charisme éblouissant et une énergie rare. A suivi ensuite le claviériste Fredrik Hermansson, plus discret mais connu pour la finesse et la sensibilité de son jeu toujours juste. Autant dire que suite à ces annonces, Pain Of Salvation donnait la sensation d’être défiguré. D’autant plus que le groupe n’avait toujours pas trouvé de bassiste permanent depuis le départ du frère de Daniel, Kristoffer Gildenlöw, il y a six ans.

Même si le combo a pris le temps de communiquer sur ces départs – expliquant celui de Hallgren par des raisons familiales -, que nous en avions en partie discuté avec le batteur Léo Margarit, il n’en restait pas moins des interrogations et notamment des points d’ombre quant au départ de Hermansson. Nous avons donc profité de la venue du groupe le 16 novembre dernier à Paris pour poser quelques questions au maître à bord, Daniel Gildenlöw. Particulièrement fatigué ce soir-là, il n’en a pas moins été loquace et très profond dans ses réponses.

Depuis l’entretien, des musiciens ont été recrutés, tout du moins pour les concerts : Daniel Karlsson, bassiste d’origine qui, comme nous l’avait déjà expliqué Daniel, avait remplacé Hermansson au clavier le temps de quelques dates avant de prendre la basse et finalement reprendre le clavier suite au départ de ce dernier (ouf !), Gustaf Hielm, ancien bassiste de Meshuggah, et un certain Ragnar Zolberg à la guitare.

Lire l’entretien…



Interviews   

Pain Of Salvation: Léo Margarit, the other French touch in Sweden


After Daniel Guildenlöw, the mastermind behind Pain Of Salvation, three months ago, it was drummer Léo Margarit’s turn to answer our questions in Anarchy-X on October 25th.

Léo joined the Swedish band in 2007 following the departure of Johan Langell. Given the vibe and playing of the later, we could expect his replacement to be difficult; however it is now obvious that Léo has managed to find his place within the band and regarding the fans. Nothing that surprising after all, given his talent first as a drummer but also as a vocalist, a determining criteria for Pain Of Salvation since the vocal harmonies have an important place in the band’s music.

We had Léo on the phone. This was the opportunity to sum things up with him and talk about the two albums he has done with the band. Two very particular albums in the band history since they let aside the metal component for a more seventies feel. We’ve also tried to find out more about the recent departure of Johan HHallgren, guitarist and vocalist for whom it will, without a doubt, be tough to find a replacement.

Worth noting, Léo has also worked with the band Zubrowska and has took part in Within Temptation’s guitarist Ruud Jolie’s new project called For All We Know, which was released last april, among others.

Read The Interview…



Interview   

Pain Of Salvation : Léo Margarit, la touche française chez les Suédois


Après Daniel Guildenlöw, le maître à penser de Pain Of Salvation, il y a trois mois c’était au tour du batteur Léo Margarit de répondre à nos questions dans Anarchy-x le 25 octobre dernier.

Léo a intégré le groupe suédois en 2007 suite au départ de Johan Langell. Un remplacement que l’on n’imagine pas forcément évident étant donné l’aura et le jeu de ce dernier très appréciés par les fans. Mais force est de constater que Léo a parfaitement su trouver sa place au sein du groupe et parmi les fans. Rien d’étonnant vu son talent, non seulement en tant que batteur mais également vocaliste, un critère déterminant pour Pain Of Salvation dont la musique fait la part belle aux harmonies vocales les plus riches.

Léo avait donc été notre invité au téléphone. L’occasion de faire le point avec lui et d’évoquer les deux albums qu’il a faits au sein de la formation. Deux albums qui plus est très particuliers dans son histoire, puisque mettant de côté la composante metal au profit d’une sensibilité toute seventies. Nous avons essayé également d’en savoir davantage sur le tout récent départ de Johan Hallgren, guitariste et vocaliste qui sera, à n’en pas douter, difficile à remplacer.

A noter que Léo a également travaillé, entre autres, avec le groupe Zubrowska et a participé au nouveau projet du guitariste de Within Temptation Ruud Joli, intitulé For All We Know, paru en avril dernier.

Lire l’interview…



Interviews    News From The Front   

Tore Ostby (Ark, Conception) and Leo Margarit (Pain Of Salvation) are in a rehearsal room…


Ark, anyone who knew about this band just had a shiver running down one’s spine simply thinking about those three letters. Born from the ashes of Conception – another shiver-inspiring band – Ark was formed by Norwegian guitarist Tore Ostby and American drummer John Macaluso who were joined by then unknown vocalist Jorn Lande, who learned the craft working with various smaller bands such as Vagabond, The Snakes (with ex-Whitesnakes Bernie Marsden and Micky Moody) or Mundanus Imperium. Two albums were made, a great self-titled debut album, but more noticeably Burn The Sun, probably one of the greatest albums of the 2000s.

Classified as progressive metal for the virtuosity of its musicians, Burn The Sun remains a catchy, concise and incredibly rich album. To the listener, you often recognize the greatest albums when technique is forgotten in the face of sheer musical genius. Burn The Sun is full of choruses, melodies and riffs that stick to your mind, as well as remarkable ideas: the sound of a coin falling and spiraling used as a fill in the middle of « Heal The Waters », the part where the fretless bass, drums and vocals tangle-up and merge in « Torn », the Björk-inspired vocal lines on « Absolute Zero », and of course, the amazing « Just A Little » where Tore Ostby shows his latin influences as he did in Conception. Burn The Sun is a monument which has, in addition to all that, revealed an extraordinary vocalist, recognized as one of today’s greatest singers. An album which, by the way, features a rarely matched vocal performance by Jorn (let’s mention The Devil’s Hall Of Fame by Beyond Twilight as an example).

Read more…



Interview    Nouvelles Du Front   

Tore Ostby (Ark, Conception) et Léo Margarit (Pain Of Salvation) sont dans une salle de répétition…


Ark, tous ceux qui ont connu ce groupe ont un vif frisson qui parcourt leur épine dorsale rien qu’à l’évocation de ces trois lettres. Issu des cendres de Conception – un autre nom qui fait frémir les connaisseurs – Ark a été créé à l’initiative du guitariste norvégien Tore Ostby et du batteur américain John Macaluso qui se sont adjoints les services d’un chanteur, alors peu connu, dénommé Jorn Lande qui a fait ses armes dans divers petits groupes : Vagabond, The Snakes (avec les ex-Whitesnakes Bernie Marsden et Micky Moody) ou Mundanus Imperium. Deux albums sont sortis, un premier éponyme de qualité et surtout Burn The Sun, assurément l’un des grands albums que l’on peut attribuer aux années 2000.

Catégorisé sous l’étendard du metal progressif pour la virtuosité de ses musiciens, Burn The Sun n’en est pas moins un album accrocheur, concis et à la fois d’une richesse inouïe. Bien souvent, à l’écoute, c’est quand la technique se fait oublier face au génie de composition qu’on reconnaît les grands albums. Burn The Sun regorge de refrains, de mélodies et de riffs des plus mémorables ainsi que d’idées parfaitement remarquables : ce bruit de pièce qui tombe et vrille en guise de break au milieu de « Heal The Waters », cette partie où basse fretless, batterie et voix s’entremêlent et se confondent sur « Torn », ces lignes vocales empruntées à Björk sur « Absolute Zero » et bien entendu ce génialissime « Just A Little » où Tore Ostby ressort ses influences hispaniques comme il l’avait déjà fait à l’époque de Conception. Burn The Sun est un monument qui, en sus, a révélé un chanteur hors du commun reconnu comme l’un des plus grands de la génération actuelle. Un album qui, d’ailleurs, représente une performance vocale que Jorn n’égalera qu’à de trop rares occasions (citons à cet égard The Devil’s Hall Of Fame de Beyond Twilight).

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3