ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Airbourne : une fratrie d’enfer


Airbourne 2016Airbourne fait partie de ces groupes qui ont trouvé leur son et sont bien décidés à ne pas en changer, quoi qu’il advienne. Et si certains trouvent qu’ils ressemblent un peu trop à leurs « grand frères » d’AC/DC, ils s’en fichent, au contraire même : « C’est mieux que d’entendre : ‘Tu sonnes comme de la merde !’ [rires] J’adore AC/DC, mec : c’est comme si une personne comparait ta caisse à la Ford Mustang du rock’n’roll ! Ça veut dire qu’on a un bon moteur, un bon châssis, un bon rythme et une bonne vitesse : c’est la meilleure comparaison qui soit ! » nous racontait le chanteur-guitariste Joel O’Keeffe il y a trois ans.

Néanmoins, il est indéniable que le groupe a mûri, comme en témoigne ce quatrième album, Breakin’ Outta Hell, enregistré dans leur Australie natale, et a pu le constater le producteur Bob Marlette lui-même, auprès de qui ils sont retournés, près de dix ans après leur premier opus Runnin’ Wild. Les compositions proposent de ce fait quelques « nouveautés », avec une chanson comme « Rivalry », par exemple. De même qu’un dernier titre qui s’impose comme l’hymne des fans de rock, en rendant hommage à Lemmy. Celui qui les a tant aidé à leurs débuts, qui apparaît dans leur premier clip de « Runnin’ Wild » et les a emmenés en tournée, leur a également légué son style de vie rock’n’roll. Fidèle à la devise de croquer la vie à pleines dents, Airbourne n’est certainement pas prêt à éteindre les amplis de sitôt.

Nous avons rencontré les frères O’Keeffe, pendant que l’aîné tripatouillait une Gibson SG empruntée au showroom de la marque, pour discuter de ce nouvel opus. L’occasion également de parler de leur relation en tant que frangins, tailler le bout de gras au sujet d’AC/DC, justement, échanger sur leur approche des concerts, etc.

Lire l’interview…



Interviews   

Sebastian Bach keeps up his hectic pace


Sebastian Bach keeps releasing albums, and we, the public, always delight in his modern hard sleaze. When you think about it, it’s a bit like doing an interview with the former Skid Row frontman: you know he’s going to be passionate, generous, sometimes a bit over the top, but that’s precisely what defines him. But to be honest, in the following interview, Sebastian Bach seems to want to keep sensational statements to a minimum. He even takes care to not babble too much about people, whether it is his former guitarist, Nick Sterling (whom he fired), or Mötley Crüe (whom he says he auditioned for, which caused one hell of a media stir at the end of the past year). The same goes for social networks, where every single one of his statements, even those made as a joke, ends up as « the biggest headline in every website and every rock thing in the planet ».

Let’s be clear, though: the man still has the gift of the gab, and he never hesitates to talk about the music he passionately loves, to have a good laugh, or to express things some might consider cynical. For instance, according to him, there’s no need to get along with the musicians you play with on a personal level – and to prove his point, he even quotes a certain Rammstein song…

Read the interview…



Interview   

Sebastian Bach maintient son rythme d’enfer


Sebastian Bach enchaîne les albums et nous, on prend toujours plaisir à découvrir ses nouvelles fournées de hard sleaze et moderne. Finalement, c’est un peu comme les interviews de l’ex-Skid Row : on sait que ce sera passionné et généreux, peut-être parfois même un peu exagéré, mais c’est ce tempérament qui fait sa force. Quoi que Sebastian Bach semble vouloir se calmer sur les déclarations choc, comme dans l’interview qui suit où il prend soin d’éviter d’en dire trop sur autrui – que ce soit son ancien guitariste Nick Sterling qu’il a mit à la porte ou Mötley Crüe pour lequel il avait déclaré avoir auditionné, provoquant une polémique médiatique en fin d’année dernière – ou sur les réseaux sociaux où, dès qu’il déclare quelque chose, même sur le ton de l’humour, « on en fait les gros titres dans toutes les publications rock du monde. »

Ce qui ne l’empêche pas d’avoir toujours autant de bagou, surtout lorsqu’il s’agit de parler de sa musique qu’il aime passionnément, de rigoler franchement ou d’exposer des réalités que certains jugeront peut-être cyniques, comme lorsqu’il explique que, selon lui comme dans la plupart des groupes de rock, il n’a pas besoin de s’entendre humainement avec les musiciens avec lesquels il joue, citant de manière très pertinente, et hilarante, une certaine chanson de Rammstein…

Lire l’interview…



Potin   

Mettre de côté son bonheur pour créer


Certains producteurs ou réalisateurs se sont illustrés pour avoir particulièrement malmené leurs artistes afin d’en tirer le meilleur. L’anecdote la plus connue est celle de Stanley Kubrick harcelant Jack Nicholson, lui faisant volontairement tourner une scène plus d’une quarantaine de fois pour que l’acteur soit tellement hors de lui qu’il ait l’air fou à l’écran. Le résultat, incontestablement génial, on le connaît.

Aujourd’hui, c’est Richard Patrick, leader de Filter, qui remercie son producteur Bob Marlette de l’avoir poussé à bout.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3