ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Grey Daze : le passé et l’au-delà


L’histoire de Chester Bennington est loin d’avoir commencé avec Linkin Park. A vrai dire, sans son premier groupe Grey Daze, il n’y aurait pas eu de Linkin Park tel que nous l’avons connu pendant vingt ans. Et si l’histoire de Grey Daze a longtemps été reléguée aux oubliettes par l’industrie, Chester et son compère Sean Dowdell – batteur du groupe et partenaire de business de Chester –, eux, ne l’avaient pas oublié. C’est en 2016 qu’ils se sont mis en tête de raviver Grey Daze et en 2017 qu’ils ont commencé à plancher sur le projet d’un nouvel album. On connaît la triste suite : Chester se donnait la mort quelques mois plus tard, à la surprise de ses proches, dont Sean.

Grâce à la persévérance d’un Sean voulant honorer son ami et sentant ce dernier le pousser depuis l’au-delà, avec l’aide d’une myriade d’invités, dont Jaime, l’un des enfants de Chester, l’album Amends voit le jour cette année. Un album où d’anciens morceaux ont été totalement réécrits autour de lignes de chant (parfois inédites) enregistrées par Chester il y a plus de vingt ans, avec pour objectif de les moderniser. Mais c’est également l’occasion de replonger dans le passé et de redécouvrir ces premiers albums oubliés qui ne manquent pas de charme. Nous en discutons ci-après avec Sean Dowdell qui nous raconte l’histoire de Grey Daze et de ce nouvel album, et nous parle, non sans émotion, du Chester qu’il a connu.

Lire l’interview…



Interview   

Life Of Agony panse les plaies


Depuis l’incontournable et incroyablement pessimiste River Runs Red, Life Of Agony a parcouru un sacré bout de chemin et revient de loin. Entre crises d’identité, dépressions, séparations, frictions, à bien y regarder, c’est presque un miracle que Life Of Agony soit toujours parmi nous aujourd’hui. En réalité, toutes les expériences négatives qu’ont pu vivre les membres du groupe et qui auraient pu avoir raison de celui-ci semblent, en réalité, avoir été son carburant. La musique de Life Of Agony sert autant de journal intime que de thérapie pour panser les plaies. En vingt-six ans, on ne peut que constater le bien qu’elle a fait à la fois aux fans et aux membres du groupe eux-mêmes, dont le cœur semble enfin avoir trouvé un brin de lumière et d’espoir.

Fort d’une nouvelle membre, la batteuse Veronica Bellino, et d’une alchimie renforcée, Life Of Agony nous revient avec un projet audacieux, celui de donner une suite à River Runs Red et son concept, dont le final était pourtant marqué par le suicide sanglant du protagoniste. Ainsi, The Sound Of Scars se retrouve avec un pied dans le passé, un pied dans l’avenir, thématiquement comme musicalement. Nous nous sommes entretenus avec celui qui fut le cerveau créatif de River Runs Red, le bassiste Alan Robert, pour qu’il nous parle de cette suite et de l’état d’esprit de Life Of Agony plus de deux décennies plus tard.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3