ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Le Blog Du Doc   

10 chansons qui me donnent de l’énergie



Je n’ai jamais compris pourquoi beaucoup de metalleux avaient un rapport souvent exclusif au style. A les entendre, le metal serait au-dessus des autres genres musicaux puisque, c’est bien connu, les autres styles musicaux « c’est de la m*rde » ! Le rap fait partie des cibles préférées question critique puis viennent juste derrière la variété, la pop, « tout ce qui passe à la radio ou à la TV »… bref tout ce qui n’est pas metal. Pourtant, évidemment, il y a du bon partout et c’est pour cette raison que j’ai aujourd’hui décidé de vous imposer 10 chansons (choisies au hasard dans mes goûts évidemment très discutables…) qui me donnent la pêche

Donc si tu n’aimes QUE le metal tu sais ce que tu ne dois pas faire.

Le faire quand même car tu es un fou dans ta tête…



Le Blog Du Doc   

Le grand Tout


Beaucoup de gens ne connaissent pas le metal et se privent d’une richesse musicale indéniable. Parmi nous, les fans du genre, certains ont naturellement des envies de prosélytismes (je fais partie de cette catégorie…), notamment auprès de ceux qui se disent hermétiques au style. Ceci alors que d’autres inconditionnels pensent avant tout que c’est à chacun de faire l’effort individuel de s’intéresser au metal. Un avis (lui aussi) évidemment respectable. La Vérité sur ce sujet se situant probablement dans le dosage de ces deux visions a priori (?) contradictoires…

Ce qui est sûr en tout cas, c’est que le metal est pour moi bien plus qu’un simple genre musical car il a contribué à bâtir ma personnalité. A ce titre, il m’est donc difficile de le regarder avec une vraie distance et un profond détachement. Il y a des êtres et des choses qui nous donnent des clés pour comprendre le monde et le metal fait partie des clés qui me sont chères car il a contribué à forger mon identité. Ainsi mon amour pour le metal dépasse complètement le cadre musical parce que des périodes entières de ma vie sont intrinsèquement liées à ma musique préférée !

Lire la suite…



Le Blog Du Doc   

Le metal est une question de ressenti individuel


« Metal » est un terme qui qualifie un genre musical. Or qualifier quelque chose, c’est tenter de facto de le caractériser, de lui apposer une étiquette, de le catégoriser. Bien évidemment, cette tentative de qualification est elle-même liée à une interprétation collective et/ou personnelle d’un phénomène. En tant que représentation mentale, la volonté de qualification – en l’occurrence de l’objet « metal » – paraît donc logiquement être le fruit du culturel et non de l’inné (ndlr : soyez rassurés, cet article n’est pas un cours magistral donc essayez de rester concentrés bande de mauvais élèves !).

Les mécanismes du langage permettent de jouer sur les concepts, les mots et sur le sens qu’on veut bien prêter à ces derniers. C’est d’ailleurs ce paramètre qui donne principalement son cachet à une langue, qui en fait sa richesse. Ainsi, quand on y réfléchit, « Metal » est par exemple un terme qui ne veut objectivement pas dire grand-chose notamment parce que le ressenti par rapport au style (ce qu’il est pour nous, ce qu’il incarne, pourquoi il nous touche, comment il nous fait vibrer, ce qu’il nous apporte…) est quelque chose qui relève du ressort individuel. En d’autres termes, si pour la majorité des gens le mot « Metal » est un terme de cinq lettres qui représente, en gros, « une musique qui met en avant de grosses guitares » … pour moi il s’agit juste d’un terme de cinq lettres et rien de plus.

Comprendre pourquoi la photo de Zazie se trouve actuellement en page d’accueil du site de Radio Metal…



Nouvelles Du Front   

En cas de victoire, François Hollande pensera-t-il au metal ?


Pendant que le président-candidat Nicolas Sarkozy drague l’électorat du FN dans sa globalité pour récolter le maximum de voix, son adversaire tente lui de séduire l’électorat jeune à travers le prisme musical. Rue89 nous informe en effet que le candidat socialiste François Hollande (photo ci-dessus via Rue89) pense que le hip-hop devrait être enseigné à l’Ecole au même titre que la musique classique.

Au cours de l’émission « Ça fait débat » qui a été diffusée sur l’antenne de Générations dimanche dernier, François Hollande a ainsi expliqué que la culture urbaine hip-hop devait être « reconnue » et « valorisée », y compris auprès des enfants. « Dans l’éducation, quand on apprend les premières émotions musicales, c’est bien [qu’à côté de] la culture classique, la musique des grandes œuvres, on ait aussi la musique hip-hop » a déclaré le candidat (extrait audio entre 20,20 et 22,02) tout en précisant que la culture urbaine « n’était pas assez visible dans les médias du service public ».

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Nergal (Behemoth) ne comprend pas…


Déjà connu pour son aversion non dissimulée pour la religion, Adam « Nergal » Darski, chanteur et leader de Behemoth, a de nouveau fait partager son point de vue sur la question religieuse. Mais cette fois concernant l’incompatibilité supposée entre metal et christianisme. En effet, lors d’une interview accordée à LA Weekly, Nergal a déclaré ceci : « Chacun a ses raisons pour se sentir concerné par la musique metal. Pour moi, c’était l’esprit de rébellion, l’attitude et la philosophie de vie de cette musique. Et être chrétien dans ce genre semble être à l’inverse de cela ».

Si l’opinion de Nergal peut se comprendre lorsque l’on connaît son parcours et les nombreux incidents auxquels il a dû faire face en Pologne, ou plus récemment suite à l’annulation d’un show de Behemoth en Ohio (Etats-Unis), le fait est qu’on ne voit pas trop comment un style de musique pourrait être incompatible avec quelques opinions (politiques, religieuses…) que ce soit ! La preuve réside d’ailleurs dans le fait que la musique metal est écoutée et pratiquée par beaucoup de gens différents (des jeunes, des moins jeunes…) ayant évidemment des opinions et croyances extrêmement hétérogènes (des personnes qui votent à droite, à gauche…).

Lire la suite…



Ce qu'ils en pensent    Interview   

Entretien avec Corbier : on n’a pas trouvé plus décalé


Nous avons rencontré François Corbier à l’occasion de sa venue à Lyon pour plusieurs concerts. Et on ne peut pas dire que le personnage ne soit pas tel que l’on peut se l’imaginer, à savoir drôle, bon enfant, insolent, pitre. Par exemple, lors du déjeuner qui s’est tenu quelques minutes avant cette interview dans un restaurant situé à proximité des studios, François Corbier n’hésitera pas à accoster nos voisins de table à propos de leur tenue vestimentaire ou à demander un fruit en guise de dessert. « Un fruit…? » demandera le serveur interloqué. « Oui oui, un fruit… » insistera Corbier. Le serveur : « Très bien donc vous voulez la carte des desserts ? ». Réponse : « Non non je veux un fruit. Vous savez ce qui pousse dans les arbres ?! ». Sa première phrase en entrant dans nos studios étant également « Si on ne me sert pas un café, je me casse ! » (à noter qu’il n’a finalement réclamé qu’un verre d’eau au cours de l’interview).

Ajoutons à cette liste l’adjectif « déroutant », tant sa répartie peut être déstabilisante, son discours désarmant et ses vannes inattendues. Qui plus est, il est peut-être la personne la plus hermétique à notre style musical à laquelle nous ayons eu personnellement affaire directement en cinq ans d’activité. Ses propos à ce sujet pourront paraître extrêmement vexants et manquant d’ouverture d’esprit. Néanmoins, et Corbier insistera là-dessus à plusieurs reprises, il ne s’agit que de son ressenti par rapport à ses propres affinités musicales. Ressenti qui n’a, par ailleurs, pour fondement qu’un a priori qui ne lui donne pas envie de se forcer pour aller plus loin. Bref, ce n’est pas son truc.

Il n’aurait donc à part ça pas grand chose à dire sur cette musique, mais en revanche son observation sur les raisons de l’affection que lui porte pourtant le public metal du fait de son statut « de mec bizarre dans cette émission » (vous voyez de quelle émission il parle, n’est-ce pas ?) ou sur la place que peut ou ne peut pas avoir ce style dans la culture française.

Nous n’avons pas parlé que de metal avec Corbier. Aujourd’hui chansonnier, il ne joue pas la carte de la nostalgie, par conséquent son passé au Club Dorothée ne lui semble pas être un sujet intéressant à aborder : « La nostalgie, c’est très agréable mais ça ne fait pas un public de chansonnier ». Néanmoins, ce passé ne peut être complètement occulté, puisque pour de nombreuses raisons évoquées dans cette longue interview, il lui nuit.

Lire et écouter cette interview…



Le Blog Du Doc   

Avoir 18 ans et vouloir vivre de la musique


Il y a quelques jours j’ai reçu au studio une jolie lettre d’un jeune homme de 18 ans qui me confiait qu’il était en train d’arrêter ses études de Science Politique et de Géographie « dans l’objectif de vivre un jour de (sa) passion, la musique ». Dans cette optique, il souhaiterait « trouver un emploi afin de réunir les moyens financiers nécessaires au financement d’une formation dans ce domaine ». Et c’est avec cet objectif qu’il me contacte.

Notre jeune homme souhaite donc vivre de sa passion et je ne peux que l’encourager. Parce que, dans la vie, je pense que c’est bien d’avoir des objectifs, des défis, de l’ambition et des rêves pour se dépasser soi-même. Car c’est en se dépassant soi-même qu’on parvient à réaliser « ces grandes choses » que beaucoup trop de personnes ne font qu’imaginer toute leur vie alors que dans le monde professionnel c’est le cœur qui devrait avant tout parler… au moment d’effectuer ses choix.

Lire la suite…



Éditorial   

C’est pas metal


Dans cet énième épisode de la série « pourquoi les métalleux nous exaspèrent » (et je vous rassure, vous n’êtes pas les seuls à vous demander : « mais pourquoi ils bossent dans le metal ces mecs ? »), nous allons traiter de cette réplique reine, humiliante et décrédibilisante, voire fatale car souvent synonyme de radiation à vie du cercle des metalheads.

Tout métalleux qui se respecte a une opinion – très souvent indiscutable – sur ce qui est ou n’est pas metal. Afin de mieux cerner les limites admises de ce cercle, afin de ne pas se laisser aller à d’insupportables débordements (comme boire du lait à la fraise, mais on y reviendra), il convient donc de rassembler de la manière la plus exhaustive possible chaque petite pierre apportée à l’édifice. Si l’on suit l’adage qui dit que « ce qui n’est pas interdit est autorisé », alors c’est en listant ce qui n’est pas metal que l’on pourra déterminer ce qui l’est. Le présent travail est le résultat d’un travail de veille de plusieurs mois dérivé de celui, similaire, effectué de manière hebdomadaire sur le No Comment.

C’est par là que ça se passe…



Radio Metal   

Les chats, c’est metal


Voilà bien deux semaines que nous n’avions pas cherché à délimiter le domaine de ce qui est metal. Passons à l’étape ménagerie. Et limitons-nous d’abord aux animaux dont la science a prouvé l’existence. Donc pas de dragons, de phénix, encore moins de mumakil ou de bestioles pleines de dents, couvertes d’écailles dures comme l’acier et aux membres surnuméraires et griffus.

Soyons naturels mais évitons aussi l’exotisme. Il n’est d’ailleurs pas bien nécessaire de s’enfoncer dans quelque jungle puisque l’animal metal par excellence est très probablement déjà dans nos chaumières et leurs alentours : le felis silvestris catus ou chat domestique. Enfin, domestique, c’est vite dit. Et c’est probablement déjà pour ça que le chat et le métalleux vont si bien ensemble. L’un comme l’autre ont besoin du contact avec l’homme mais n’en dépendent pas toujours et ont conservé au milieu de la société un goût pour l’indépendance, la solitude et une part de sauvagerie.

Lire la suite…



Ta Page Nocturne   

Tolkien, c’est metal


Même si cette affirmation vous parait a posteriori d’une évidence irréfutable, la chose était a priori vraie dès les années 50, époque où John Ronald Reuel Tolkien (ça fait parfois du bien de se remémorer ce que signifient les initiales J.R.R.) donnait naissance au Seigneur des Anneaux.

La fantasy en général est une influence majeure pour la scène metal. Ses thèmes, son iconographie, son bestiaire sont une source d’inspiration dans laquelle puise toujours une bonne partie des groupes de metal, quel que soit le genre pour définir son identité ou pour ses textes et sa musique. Une petite panne d’inspiration ? Parlons d’une grande bataille entre un chevalier errant et un dragon et disons qu’il s’agit d’une métaphore du peuple luttant contre l’oppression. L’oppression de qui ? Peu importe. D’ailleurs les dragons, ça marche toujours dans le metal. C’est aussi pour ça que certains groupes se basent uniquement là-dessus.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    The Night Flight Orchestra @ Lyon
    Slider
  • 1/3