ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

L’art total de Valnoir


En plus de quinze ans de carrière et après avoir avoir travaillé avec près de deux cents groupes, Metastazis, le studio de graphisme fondé par Valnoir, est parvenu à forger le style de toute une frange de la scène black metal contemporaine. En effet, si son champ d’exercice est plus vaste, s’étendant d’Alcest à Orphaned Land en passant par Der Blutharsch And The Infinite Church Of The Leading Hand et même As I Lay Dying (!), c’est surtout dans son style de prédilection, le black metal, donc, qu’il s’est illustré. De quoi faire un état des lieux, et nourrir un premier bilan avec une monographie qui sort ces jours-ci chez Timeless, Fire Work With Me. 276 pages, près de 2,5 kilos : il n’en fallait pas moins pour retracer une carrière protéiforme.

Tiraillé entre nostalgie et ambition, art contemporain et black metal, Valnoir fait de ses contradictions un terrain fertile, et feu de tout bois : ne rechignant ni devant une certaine impureté – fluides corporels, esthétiques controversées – ni devant les terrae incognitae – sérigraphie expérimentale, diplomatie nord-coréenne –, l’esthétique qu’il a définie au cours des ans et des projets est riche, élégante et radicale (il suffit de feuilleter Fire Work With Me pour comprendre qu’il n’y a aucune incompatibilité entre ces deux derniers termes).

Nous avons profité de la sortie de cet ouvrage copieux qui laisse autant de place à son activité de graphiste qu’à son travail avec l’artiste norvégien Morten Traavik (dont inénarrable concert de Laibach qu’il a contribué à organiser en Corée du Nord !) pour discuter de tout cela avec lui.

Lire l’interview…



Nouvelles Du Front   

Encore une pochette de Seth Siro Anton…


Moonspell sortira son prochain album intitulé Alpha Noir le 27 avril chez Napalm Records et le groupe a révélé l’artwork de sa pochette qui a été réalisé par… Seth Siro Anton de Septic Flesh. En fait, même sans qu’on nous le dise, on aurait compris tout de suite. Ça saute aux yeux que c’est de lui : ces chairs grisâtres (soit comme un signe de (dé)coloration post-mortem, soit comme la couleur fadasse du monde alentour qui déteindrait sur les personnages, ou comme les chairs brûlées, à l’épiderme de cendres, par un holocauste nucléaire…), le dessin des plaies, et même cette zone plus clair au centre, laissant un liseré noir à la limite du champ de vision, tout y est pour que le style de l’artiste soit reconnaissable au premier coup d’œil.

Nous ne faisons pas la critique du style de Seth Siro Anton, non – d’autant que son art est plus varié que ça. Ce qui nous intéresse, voire nous dépite beaucoup plus, c’est de voir tous ces groupes se diriger vers lui, bien en rang, les uns après les autres, faisant la queue pour obtenir le droit de mettre une de ses œuvres sur la pochette de leur album. On caricature un peu mais quand on voit le défilé de pochettes signées par le Grec, déjà depuis quelques années mais de plus en plus fréquemment depuis au moins un ans, nos pupilles commencent tout de même à crier halte.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3