ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

The 69 Eyes : les vampires ne vieillissent pas


The 69 Eyes a trente ans, ça se fête non ? Eh bien, pour Jyrki 69, chanteur du groupe, les anniversaires, ce n’est pas forcément sa tasse de thé. Lui se voit comme un éternel ado jouant dans un groupe de garage, alors trente ans, ce n’est pour lui rien d’autre qu’un chiffre abstrait. Mais, compte tenu du culte de l’anniversaire qui sévit actuellement dans l’industrie, il a tout de même fini par céder. Mais plutôt que de regarder dans le rétroviseur, sa manière de célébrer, c’est avant tout de sortir un nouvel album : on invite quelques amis à pousser la chansonnette, on rajoute quelques ballons sur la pochette, un petit documentaire pour accompagner et le tour est joué.

Pour autant, ce West End – dont le titre renvoie surtout à la fin de l’Occident sous un prisme gothique – ne trompe pas quant à l’expérience de The 69 Eyes. Il faut dire que si l’on connaît ceux que l’on surnomme les Helsinki Vampires avant tout comme un groupe de rock gothique, leur fibre artistique s’est construite avec le temps de manière singulière, avec un amalgame d’ingrédients et quelques plaisanteries devenues tout à fait sérieuses. Alors si l’on parle évidemment de West End ci-après avec Jyrki 69, nous avons également saisi l’opportunité de revenir sur la construction du style The 69 Eyes et sur sa longévité.

Lire l’interview…



Interview   

The 69 Eyes : Monstres & Cie


Jyrki 69 - The 69 EyesLes temps ont changé dans l’industrie musicale, ce n’est un secret pour personne. Et un groupe comme The 69 Eyes le sait plus que quiconque en constatant et en subissant directement les effets. « Je n’ai aucune idée de qui achète des CDs, […] la maison de disque n’empêche pas de créer le CD comme il doit l’être, mais […] parmi nos fans, je ne sais pas du tout qui l’achètera, » se questionne le chanteur Jyrki 69, avouant par ailleurs que le groupe est revenu « à cette même position où nous étions il y a seize ans » et que « le fun, évidemment, c’est maintenant terminé. »

Ce qui ne leur a pour autant pas ôté le goût de la musique et la création, au contraire. S’adaptant au contexte, ils en ont profité pour justement tenter de renouer avec le jeune The 69 Eyes des albums Blessed Be (2000) et Paris Kills (2002), de retrouver ces moments magiques auprès du producteur Johnny Lee Michael qui ont façonné le son du groupe tel qu’on le connaît aujourd’hui, sans avoir à subir de pression.

Jyrki 69 a pris son temps pour nous parler de ces retrouvailles, le contexte dans lequel elles se sont faites, avec quelques rappels historiques, et l’album qui en a résulté, baptisé Universal Monsters. Et très vite l’album devient prétexte à maintes autres sujets comme le vieux cinéma d’horreur et ses monstres auxquels le groupe finlandais s’identifie, son amour pour la France, sa fascination pour la ville de Jérusalem et ce que ça signifie, réellement, que d’être un rebelle.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3