ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

News Express   

MUDWEISER : le nouvel album So Said The Snake en écoute intégrale


MUDWEISER (projet stoner de Reuno de LOFOFORA) a sorti son nouvel album, intitulé So Said The Snake, le 23 février via Head Records. En savoir plus…



News Express   

MUDWEISER dévoile la nouvelle chanson « Black Magic Priestess »


MUDWEISER (avec Reuno de LOFOFORA) sortira son troisième album, intitulé So Said The Snake, le 23 février chez Head Records. En savoir plus…



Interview   

Reuno (Lofofora) à l’épreuve de nos questions


Lofofora, c’est déjà plus de vingt ans d’existence, de lutte, de colère mais aussi d’amour (si, si !). Amour pour ce public toujours au rendez-vous quel que soit le jour, quelle que soit l’heure pour leur offrir jusqu’à leur dernière goutte de sueur. Amour aussi pour les copains ; présents ou disparus, ils auront toujours une place pour eux sur scène, sur disque et dans leur cœur.

Mais Lofo n’a pas beaucoup de temps pour l’amour ou pour commémorer le passé (« La belle époque c’est demain », nous dit Reuno), car tant qu’ils auront la rage et des motifs de gueuler, ces gars-là auront de l’avenir et continueront de bétonner l’Hexagone sous des couches de rock dur.

Et la huitième couche vient d’être posée : L’Épreuve du Contraire, tout nouvel album studio qui vient de s’ajouter à la discographie du groupe parmi ses meilleurs opus, et au lendemain de la sortie duquel Reuno a accepté de se soumettre à l’épreuve de nos questions en direct dans l’émission Anarchy X. Et dans un dialogue décontracté, on n’est jamais très loin d’accoucher d’un philosophe. Si l’homme est en quête de sagesse, l’artiste doit peut-être souffrir et se battre ou s’identifier à ces taulards que le chanteur a côtoyé, nous raconte-t-il, chez qui il a trouvé des exemples de sages et auquel il rend hommage sur ce nouvel album. Il nous en parle ci-dessous ainsi que de ses autres groupes : Mudweiser et le Bal des Enragés, parmi d’autres sujets comme leur passage au Hellfest, la place de la création musicale dans les médias, les concerts-anniversaires et, avec quelques sanglots dans la voix, de Schultz (Parabellum) qui venait de nous quitter quelques jours plus tôt.

Lire l’interview…



Live Report   

7 Weeks : le stoner s’élève sur scène


Quiconque a assisté en festival ou lors d’autres évènements à une prestation de stoner a pu voir sur les côtés de la scène d’autres groupes de stoner en train de profiter du concert, de soutenir leurs potes. C’est ainsi que nous avons pu, par exemple, voir les membres de Kylesa en train d’apprécier le set de Kyuss ou les membres de Corrosion Of Conformity en train de headbanguer sur du Down, où Down s’exciter pendant la prestation des Melvins au Hellfest 2011.

La scène stoner se caractérise par un son authentique et par une forte solidarité entre les groupes. Pas de concurrence entre eux, juste une passion commune pour la vibration, le gros son et le partage avec le public. Le stoner est d’ailleurs l’un des styles de metal qui met le moins en avant la technicité instrumentale et qui se concentre sur l’essentiel : l’impact du riff.

Et cette solidarité, nous avons eu l’occasion de la voir aussi sur la scène française. Le 8 mars dernier, le Ninkasi Café proposait une date coup de cœur gratuite, le Stoner Rise, avec à l’affiche Loading Data, Mudweiser et 7 Weeks. Un mini festival itinérant sans tête d’affiche, puisque l’ordre des groupes changeait selon les villes, afin que chacun puisse se faire plaisir.

Lire la suite..



Galerie Photos   

Mudweiser @ Ninkasi Café, Lyon, France – 08/03/2013




Blow Up Your Video   

Les desperados font parler la poudre et le metal


Il y a quelques années, voyant le boom de la scène stoner (et en France, c’est peu dire que ça se voit avec certains talents qu’on y trouve) au cours de cette première décennie du siècle, je me demandais d’où cela pouvait venir. Pourquoi ce genre plutôt que le death ou l’indus ? Et puis, avec un groupe comme Mudweiser, j’ai mis la main sur une clé de compréhension : le cowboy. Car comment un mec comme Reuno, le chanteur de Lofofora, pas vraiment avare de critiques sur les puissants qui gouvernent ce monde – et c’est peu dire que l’Amérique est une puissance – peut-il revêtir sur scène un costume de cowboy, l’archétype du Ricain ?

Un paradoxe ? Pourquoi pas. L’image de l’Amérique est elle-même paradoxale, au moins depuis une dizaine d’années elle aussi (même si ces années peuvent paraître symptomatiques de toute son histoire), repoussant autant qu’elle fascine : elle a notre compassion quand elle perd deux tours et trois mille âmes mais on la hue quand elle part en guerre pour des raisons bancales ; puis on la félicite pour avoir élu son premier président noir, et puis Wall Street est pointé du doigt comme la cause de la crise mondiale. Mais le cowboy n’est pas là comme symbole de l’Amérique. Ce qui fascine chez celui-ci – même si on ne trouve pas non plus cette figure, en l’état, partout dans la scène stoner – c’est le « lone rider » (le cavalier solitaire) qu’il soit à cheval, en voiture ou en camion, bouffant de la poussière, du sable ou de l’asphalte sous un soleil de plomb, cet espèce d’antihéros asocial et bagarreur, qui plaît aux femmes mais ne tolère aucune attache. Presque une métaphore du rockeur, sur la route, autant craint qu’adoré. Le rockeur/metalleux a-t-il besoin de retrouver le cowboy qui est en lui ?

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Greta Van Fleet + Vola @ Paris
    Slider
  • 1/3