ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

My Own Private Alaska : la sensibilité et l’engagement


« Donne-moi juste une seule bonne raison de vivre… je t’en donnerai trois pour mourir » écrivait le groupe Life Of Agony dans ‘My Eyes’, un morceau extrait de l’incontournable album-concept qu’est River Runs Red. Un disque plein de brutalité musicale et de finesse dans le message où l’une des thématiques centrales est le suicide.

Savoir écrire sur la mort, le désespoir et la souffrance n’est d’ailleurs pas une chose aisée. En effet, il faut être capable de savoir de quoi on parle et seuls des génies doués d’une imagination sans bornes peuvent parvenir à envisager les émotions réelles qu’une personne en perdition peut ressentir. Et encore, le peuvent-ils vraiment ? Car mis à part l’expérience des situations, concernant les autres aussi bien que soi-même, comment un être humain peut-il tenir un discours juste sur la tristesse, la mélancolie ou la peur sans n’avoir jamais ressenti au plus profond de son être ces mêmes sentiments ?

Des artistes comme Life Of Agony, Type O Negative, Sentenced et bien d’autres parviennent à toucher nos âmes parce que leurs musiques et leurs sensibilités artistiques, en l’occurrence souvent sombres, sont le reflet de ce qui peut se passer dans nos têtes et dans nos cœurs. Dans l’océan musical, ces groupes sont (à l’instar de tous les artistes capables de nous faire vibrer) des étincelles, des rappels à l’ordre, des signaux corporels et psychologiques qui resteront pour beaucoup d’entre nous une bouée de sauvetage, quelque chose qui a du sens et dont on a besoin.

La musique ne se résume pas à quelques notes que l’on entend d’une oreille distraite mais c’est bel et bien un fluide nécessaire qui peut nous sauver au sens figuré comme au sens propre. Elle a cette capacité d’exorciser nos maux et, comme toutes formes d’art, c’est en cela que son message est éminemment positif.

My Own Private Alaska s’engage contre le suicide des jeunes à travers le prisme musical et nous explique pourquoi en répondant à trois questions. Le groupe évoque son engagement et parle de l’importance de la musique en tant que thérapie avec beaucoup de sensibilité. Cet entretien a été réalisé par courriel avec Milka (chant) car MOPA rentre juste d’une tournée en Chine et a d’ailleurs répondu à nos sollicitations depuis son camion qui avançait entre Novossibirsk et Tomsk, soit en pleine Sibérie !

Lire la suite…



Potin   

Mettre de côté son bonheur pour créer


Certains producteurs ou réalisateurs se sont illustrés pour avoir particulièrement malmené leurs artistes afin d’en tirer le meilleur. L’anecdote la plus connue est celle de Stanley Kubrick harcelant Jack Nicholson, lui faisant volontairement tourner une scène plus d’une quarantaine de fois pour que l’acteur soit tellement hors de lui qu’il ait l’air fou à l’écran. Le résultat, incontestablement génial, on le connaît.

Aujourd’hui, c’est Richard Patrick, leader de Filter, qui remercie son producteur Bob Marlette de l’avoir poussé à bout.

Lire la suite…



Live Report   

My sinths gone wild


En ce samedi humide et glacial, Strasbourg est l’hôte d’une soirée particulière. Pourquoi ? L’explication est simplissime et tient en cinq lettres et trois chiffres : Front 242. Les Belges électriques, pères de la musique électronique, fondateurs de l’Electro Body Music, font étape dans la cité alsacienne pour un samedi soir fiévreux. Histoire de faire corps avec leurs fans. D’ouvrir leur esprit. De les électriser.

16 octobre 2010, ce soir les étoiles ne brillent pas… c’est plutôt un crachin frigorifique qui accueille les invités de la Laiterie. Avant nos Biomen préférés, nous avons la chance, l’honneur, le plaisir, de constater que le metal, c’est avant tout un esprit… Je dis ça car on s’y perd un peu, dans le monde du metal actuel. Et My Own Private Alaska aura quarante-cinq minutes pour en convaincre la salle.

Lire la suite…



CR De Festival   

Motocultor Fest : journée du samedi 28 août


Second jour de festivités du Motorcultor Fest à Séné. Après une nuit froide et difficile, l’ami Mawell qui commençait à perdre la tête à force de voir des homonymes (dur, dur d’être en Bretagne avec un nom d’origine bretonne), le réveil n’était pas gagné. Et même pas de café à se mettre sous la main. On ne peut se contenter que de malheureuses canettes d’une célèbre marque d’energy drink au logo vert fluo gracieusement et gratuitement distribuées à longueur de temps. Energy drink, energy drink… C’est qu’ils se foutent de nous ! En plus d’avoir un goût digne des médicaments nous ramenant à nos sombres instants de maladies, se gaver à la taurine nous laisse l’immense chance de se rendre sur le site avec la tête dans les fesses. Mais la situation n’est pas trop désespérée pour vos serviteurs, ayant trouvé un équivalent à la caféine bien plus efficace dès notre arrivée en l’entité de Como Muertos.

Lire l’article…



Interview   

My Own Private Anarchy X


My Own Private Alaska (MOPA pour les intimes) fait partie des curiosités du moment. Composé uniquement d’un chanteur, un batteur et un pianiste, MOPA délivre ce qu’ils définissent eux-même comme du piano core (c’est le terme qui est utilisé dans la bio). Le trio se place donc d’emblée dans la nouveauté, voir la curiosité. Pour autant, MOPA a beau être un très jeune groupe, il a le vent en poupe. Comme quoi une démarche artistique originale et décalée peut aussi être un bel argument de vente s’il est bien travaillé. Effectivement, le trio a été très vite repéré par le grand Ross Robinson, (Korn, At The Drive-In, Slipknot, Limp Bizkit, Sepultura, Soulfly, etc.), producteur au nez creux qui s’est chargé de la production de leur premier album Amen et les a embarqués sous son aile en les signant sur son label I Am Recordings. Résultat : première partie de Metallica aux arènes de Nîmes, une tournée mondiale entre mars et avril, une tournée française courant mai et une tournée aux USA prévu pour septembre.

Afin de comprendre la démarche de MOPA et comment ce trio atypique a réussi à taper dans l’?il de Ross, nous les questionnerons ce soir dans Anarchy X.

EDIT : Réécoutez l’interview ou lisez la retranscription ici

Vous en avez certainement l’habitude maintenant, mais rappelons-le pour les nouveaux : vous pourrez vous aussi interagir avec le groupe par le biais du chat, de skype ( pseudo : radiometal ) et par téléphone au 09 77 21 75 22



Live Report   

METALLICA AUX ARÈNES DE NÎMES


Metallica dans les arènes de Nîmes ! Radio Metal ne pouvait pas rater ça.

En conséquence Dimebag, notre reporter, était sur place. Compte-rendu de ce show littéralement historique donné mardi 7 juillet.

 »Gimme fuel, gimme fire, gimme that which I desire…ouh…yeah! »



Live Reports   

METALLICA IN NÎMES


Metallica in the arenas of Nîmes ! Radio Metal couldn’t miss this event. So we missioned Dimebag, our reporter.

Live report of this truly historic show on this 7th of July.

 »Gimme fuel, gimme fire, gimme that which I desire…ouh…yeah! »



  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3