ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Warrel Dane : de l’ombre à la lumière


Il est clair que la perte est immense, et Shadow Work ne nous fait que le rappeler. Warrel Dane, chanteur décédé le 13 décembre 2017 à l’âge de 56 ans, n’aura malheureusement pas eu le temps de se rabibocher avec Jeff Loomis et ressusciter Nevermore, au grand dam des fans. En revanche, il nous lègue aujourd’hui un album, certes inachevé mais déjà bien garni, qui à bien des égards renvoie au génie du groupe de Seattle. Surtout, Warrel Dane, plus que de proposer un album solo, nous fait découvrir un groupe de Brésiliens, jusqu’alors parfaitement inconnus, stupéfiants par leur talent.

C’est le duo de guitaristes, Thiago Oliveira et Johnny Moraes, qui se sont bien trouvés car ils sont complémentaires et liés par une alchimie évidente, qui a pris le temps de répondre à nos questions. Émouvants en évoquant la personnalité de Warrel Dane, ses parts d’ombre comme de lumière, et la relation étroite qu’ils entretenaient avec lui. Déchirants quand ils nous font le récit de la triste journée du 13 décembre et comment lui comme eux pouvaient bien avant pressentir ce qui pouvait arriver, et arriva. Éclairants quant aux conditions dans lesquelles Shadow Work a été conçu, avant et après la disparition du chanteur. Et enfin, révélateurs en en apprenant plus sur eux-mêmes, leur parcours et leurs influences, allant du hard rock des années 80 aux guitaristes-compositeurs classiques.

Lire l’interview…



News Express   

NEVERMORE : les détails de la boxset The Complete Collection


NEVERMORE sortira une boxset, intitulée The Complete Collection, le 9 mars prochain via Century Media. En savoir plus…



News Express   

Warrel Dane : « Non, NEVERMORE n’est pas mort »


A l’occasion d’un documentaire par Menina Headbanger sur la récente tournée brésilienne du chanteur de NEVERMORE et SANCTUARY Warrel Dane, ce dernier s’est exprimé sur le futur de NEVERMORE – dont deux membres sont partis en avril 2011, dont le guitariste emblématique Jeff Loomis – affirmant que le groupe « n’est pas mort » et qu’il ne faudra pas être surpris « si un nouvel album de NEVERMORE sort dans les deux prochaines années. » En savoir plus…



Interview   

Warrel Dane et Lenny Rutledge regagnent leur sanctuaire


Vingt-deux ans que l’histoire de Sanctuary est restée inachevée, avortée soudainement et prématurément en 1992 après seulement deux albums et sept années de services. On les a dit victimes de la vague grunge qui a tout raflé sur son passage, eux qui comme Queensrÿche sont issus du berceau du genre, la ville de Seattle dans l’état de Washington, mais eux qui contrairement à Queensrÿche ont préféré tirer leur révérence plutôt que de tenter de prendre le wagon en marche. Mais le grunge a bon dos lorsque des conflits de personnalité font déjà rage en interne… On a cru l’histoire de Sanctuary se poursuivre dans la foulée avec une nouvelle formation : Nevermore, un groupe fondé par trois membres du premier – le chanteur Warrel Dane, le bassiste Jim Shepard et le guitariste, remplaçant sur le tard Sean Blosl, Jeff Loomis – avec la réussite que l’on connaît aujourd’hui, mais aussi une nouvelle fin abrupte. Néanmoins la vraie histoire de Sanctuary c’est aujourd’hui qu’elle reprend, après quelques années à tâter le terrain sur les scènes et à reconsolider un line-up.

Après la mort, la renaissance, et gageons qu’après le déclin du soleil dont parle le nouvel album du combo The Year The Sun Died, le premier depuis Into The Mirror Black de 1989 – une perle de power metal -, on verra renaître une étoile plus brillante encore. C’est en tout cas ce qu’augure ce retour de Sanctuary. Et pour inaugurer ça, nous avons pris notre combiné téléphonique pour joindre les fondateurs Warrel Dane et le guitariste Lenny Rutledge et parler passé, présent et futur.

Lire l’interview…



Nouvelles Du Front   

Nevermore : Jeff Loomis a parlé


« A cause d’incessantes luttes et de problèmes au sein du groupe, nous ressentons qu’il est temps pour nous d’avancer dans une autre direction. […] Ce n’était pas une décision facile mais elle était nécessaire à ce stade. » Voici comment étaient présentées en avril dernier les raisons du départ de Nevermore de Jeff Loomis (guitare) et Van Williams (batteur).

Depuis, au cours des cinq derniers mois, on a vu Warrel Dane, frontman du groupe, annoncer que le groupe n’était pas mort – même si, avouons-le, on imagine que remplacer un guitariste de la trempe de Loomis ne va pas être chose aisée ; on ne trouve pas de guitariste de cette qualité (et libre) sous le sabot d’un cheval, comme dirait Mémé.

On a aussi vu ce même Warrel Dane se plaindre de la manière dont il a appris cette séparation, via Blabbermouth (« ce n’est pas une manière de traiter des amis « ) tout en taclant quand même sérieusement le batteur Van Williams (« je m’en fous pour notre batteur – on ne s’est jamais très bien entendu de toute façon ») ce qui a consolidé chez ce dernier l’idée qu’il avait pris la bonne décision.

Mais en cinq mois, on n’a pas entendu une seule fois Jeff Loomis se prononcer sur cette affaire. On l’a simplement vu en studio, enregistrer son nouvel album solo. Le site Metal Sucks a fini par obtenir les confidences du guitariste dans lesquelles il explique quelles sont ces « incessantes luttes » et ces « problèmes au sein du groupe » et pourquoi il était « nécessaire à ce stade » de mettre ainsi fin à une aussi longue collaboration.

Lire la suite…



Interviews   

Symphony X: all prog and no headlock


Without being a concept album, Symphony X’s new album, Iconoclast, deals with the interaction between man and machine – or rather, with the fight between man and machine. “Nothing original here”, is probably what you’d tell Michael Romeo if you could, you big-mouthed metalheads. And the guitarist would answer very simply: “It’s probably really tough to find anything that hasn’t been done. But we’ll do it our own way. We just tried to find something that would allow us to push the music somewhere where we haven’t really been before.” There’s no hidden message or particular intention behind the music; there’s only spontaneity, a desire to make cool music with cool lyrics.

Music seems to be the band’s only real concern. In other words, these guys don’t care about what might be at stake when it comes to releasing a single or double album, and won’t communicate on anything that doesn’t pertain to their work. And this music is something Michael and his pals cannot write while on tour or when they go back to their families to recharge their batteries, which is why they’d rather take their time to compose an album.

Interview with Michael Romeo.

Click here to read the interview…



Interview   

Symphony X : du prog’ sans prise de tête


Iconoclast, le nouvel album de Symphony X, sans être un concept album, a pour thématique globale l’interaction voire la lutte de l’homme contre la machine. “Pas très original”, diriez-vous à Michael Romeo, si vous l’aviez en face, grandes gueules que vous êtes. Et celui-ci, bonne pâte, vous répondrait le plus simplement du monde : “Ça doit être très difficile de trouver un sujet qui n’ait pas encore été abordé, mais on le fait à notre façon. Nous avons essayé de trouver quelque chose qui nous permette de nous diriger dans une direction que nous n’avions pas encore vraiment explorée.”. Pas de message caché ni d’intention particulière derrière la musique, simplement de la spontanéité, de quoi faire de la musique cool avec des paroles qui vont avec.

La musique semble d’ailleurs l’unique véritable préoccupation du groupe, qui se fiche donc des enjeux promotionnels liés au fait de sortir un album simple ou double et qui se refuse de communiquer sur quoi que ce soit d’autre que ses oeuvres. Une musique que Michael et ses collègues ne peuvent écrire dans les conditions de tournée ou quand ils rentrent se ressourcer auprès de leur famille, raisons pour lesquelles ils préfèrent prendre leur temps.

Entretien avec Michael Romeo.

Lire la suite…



CR De Festival   

Hellfest 2011 : le fil rouge du samedi 18 juin


Du 17 au 19 juin 2011, nous vous proposons un fil rouge en direct du Hellfest. Ce dernier se déroule à Clisson sous trois jours et réunit 80 000 personnes. Morbid Angel, Rob Zombie, In Flames, Coroner, Scorpions, Ozzy Osbourne, Kyuss Lives ! font partie des principales attractions de ce festival. Mais ils ne sont pas les seuls puisque près de 120 groupes sont présents au Hellfest. Un live report intégral de l’événement en instantané sans oublier des séquences backstages exclusives avec les artistes : voilà ce que vous propose Radio Metal durant ces trois jours de metal à Clisson.

C’est parti pour le fil rouge de la journée du samedi 18 juin. Pour voir l’avancée de notre reportage, il vous suffit de recharger la page. Dans le but d’avoir une navigation optimale pour la lecture de ce fil rouge nous vous conseillons vivement d’utiliser le navigateur Firefox. Retrouvez également les fils rouges du jeudi 16, vendredi 17 et dimanche 19 juin.

Lire la suite…



Live Report   

Symphony X ou la démonstration de force


« De toute façon, c’est vendredi, demain personne ne bosse ! ». Saluons cette invitation de René Pedersen, chanteur de Mercenary, à savourer cette dense soirée de concerts, comme l’on savourerait de se réveiller en pleine nuit, paniqué à l’idée d’être en retard au travail avant de réaliser qu’il est dimanche matin. Une déclaration qui s’imposait, afin de profiter pleinement de l’affiche sans s’inquiéter, même inconsciemment, de l’heure tardive à laquelle la soirée (00h30) se terminerait.

C’est avec plaisir que nous constatons également une affluence respectable pour cette affiche de puristes. On pouvait en douter, compte tenu de la tendance qu’a Symphony X à disparaître totalement de l’espace médiatique entre deux albums. Cependant, pour le lot de curiosités (la reformation de Psychotic Waltz, la présence rare de Nevermore en France…) qu’elle proposait, cette affiche avait, avec le recul, tout pour attirer du monde.

Lire la suite…



Gossip   

Hi, my name is Ben Robson and I like Nevermore


Remember Ben Robson ? You know, this Internet guy with an exquisite dress sense, who came out of nowhere and got famous in a competition organised by Metal Sucks. The aim of this competition was to write vocals for a Nevermore song and to film yourself singing them. The winner would win the right to play his version with the band, on stage. What a present ! Since then, Ben had his present, and even more ! Here is a short footage that follows him during this memorable day with the band. As promised, he did not forget his famous sweat-shirt and dance for his moment of glory, on stage.

Ben was kind enough to share his impressions in a small report.

Click here to read next…



  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3