ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Blow Up Your Video   

Semargl : le retour des boobs !


On y revient toujours ! L’attirance pour ces attributs féminins bombés dont le centre est occupé par des petites pointes rosées en devient, non pas inquiétante, mais un peu maladive quand même (allô, docteur Freud ?). Certes, la démarche est connue : « attirer le lecteur en lui parlant de sexe ». Mais comment voulez-vous que l’on s’en passe ? Après tout, ces formes font partie intégrante des charmes féminins. Les mettre en avant permet de rappeler à la gent féminine que, derrière nos élans machistes, animaux, crasseux et grossiers, nous aimons leurs silhouettes, odes à l’invention de la courbe. Ainsi en parler n’est pas forcément vulgaire. Comment ça on essaye de se dédouaner ?!

Que nenni ! Cet article veut parler de beauté féminine. Vous ne nous croyez toujours pas ? Vous avez raison, car en effet avec ce nouveau clip de Semargl, ce groupe norvégio-ukrainien, grand habitué de l’exhibition mammaire, est de retour accompagné par de jolis nénés (pour ceux qui auraient du mal avec le terme ‘boobs’ et qui croyaient encore jusque-là, à cause de l’image ci-dessus, qu’on parlait de fesses) dans un clip au paroxysme de l’explicite. Car bien que certains groupes comme Steel Panther aient ramené le téton à sa place centrale dans l’univers du rock’n’roll, Semargl fait dans le brut de décoffrage. C’est comme se faire dépuceler par un stéthoscope branché sur une clôture électrique : ça pique un peu.

Lire la suite.



Potin   

Plan nichon


D’après l’eeeeeexcellent site Nanarland (enfoirés), le plan nichon (ou « poétique du plan nichon ») se définit comme suit : « Technique consistant à réveiller ou à soutenir l’attention du spectateur en découvrant la poitrine d’une ou de plusieurs actrices. La justification de cette exhibition passe généralement au second plan ; son utilité dans le scénario est, en tout cas, généralement inversement proportionnelle à sa durée. »

En tout cas, Rob Zombie ne révèle pas encore sur son blog quelle sera l’utilité d’autant de nichons dans le scénario de son prochain film en cours de production, The Lords Of Salem, mais comme on n’a pas encore plus de détails sur cette nouvelle œuvre horrifique du créateur de The Devil’s Rejects, il faudra bien s’en contenter.

Sept nichons sur une seule poitrine, c’est quand même beaucoup et cela promet donc de sacrés plans de ce type. Néanmoins on peut déjà deviner grâce aux titres de ces photos prises à l’atelier effets spéciaux qu’il s’agit du torse de Satan. Le Diable dans un film de sorcière, ça ne nous avance pas beaucoup. Mais c’est tout de même étrange : je savais que la Bête de l’Apocalypse avait sept têtes mais pas que Satan avait sept tétons…

Animalement vôtre.



  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3