ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Dream Evil : anti-héro du heavy metal


Difficile de savoir s’il joue ou s’il reflète le véritable état d’esprit du groupe, toujours est-il que si l’on en juge par les propos du chanteur Niklas Isfeldt alias Nick Night, Dream Evil a l’air d’être une sacré bande de bras cassés ! D’après lui, ils sont « fainéants, gros, fatigués et vieux », il qualifie la musique du groupe de musique de ploucs, il se dit lui-même nul pour écrire les paroles, lorsqu’ils donnent un concert ils ne veulent pas être tête d’affiche pour ne pas jouer trop longtemps et aller boire des bières, il nous explique également que chez lui il n’écoute pas de musique parce que sa femme ne veut pas…

Il en vient même à s’excuser durant l’interview : « Je parle tellement mal, désolé ! J’ai dit à Fredrik : ‘Je ne devrais pas faire d’interview parce que je suis tellement mauvais !’ Fredrik lui est très bon ! Il en a fait quelque chose comme cinq-cents. Moi, je crois que ce n’est que ma cinquième interview de toute ma carrière ! » Pourtant, le frontman n’en est pas moins bavard et fort sympathique, très décontracté, au point de ne pas hésiter à dire, avec le plus grand naturel qui soit, tout ce qu’il ne faut jamais dire en interview promotionnelle si on veut un tant soit peu mettre son travail en valeur.

Mais au final, c’est aussi ce côté qui frise le Spinal Tap, avec tous les clichés avec lesquels le groupe s’amuse, mais aussi de se dire que ce ne sont là que « des mecs normaux » – il a lui-même bricolé les ailes de dragon qu’ils portent dans leur dernier clip ! -, qui les rendent attachants. Et au final, l’entretien se révèle fort instructif, notamment lorsque l’on dévie très vite sur les cas Snowy Shaw et Gus G, qui furent respectivement batteur et guitariste de la formation à ses débuts, depuis partis faire carrière ailleurs.

Lire l’interview…



Interview   

La nouvelle mue d’Arkan


Arkan 2016

Kelem ou l’album de tous les changements. Changement de label, changement de producteur et même changement de chanteur, il fallait bien ça pour succéder à un Sofia en bout de cycle, marqué par le deuil, la tristesse et la douleur, que le groupe ne s’est même pas senti de défendre sur scène, comme nous l’explique le batteur Foued Moukid dans l’entretien qui suit. Kelem, c’est une toute autre histoire, celle d’un groupe marqué, comme tout le monde, par l’actualité du proche-orient qui vient frapper jusqu’à nos portes, mais aussi d’un groupe revivifié par l’arrivée d’une vieille connaissance, Manuel Munoz, ancien leader et chanteur de The Old Dead Tree, groupe dans lequel avait également officié Foued, qui vient prendre la place de la chanteuse Sarah Layssac partie vers d’autres horizons.

Et, si on ne peut que saluer l’apport de Sarah à l’oeuvre d’Arkan, c’est un chapitre véritablement palpitant qui s’ouvre pour le groupe avec l’arrivée de Manuel, un chanteur mais aussi guitariste et compositeur au bagage artistique affirmé, qu’on se réjouit de retrouver à nouveau impliqué dans une formation, après plusieurs années en retrait.

C’est donc pour parler de long en large de tout ceci que nous nous sommes entretenus avec Foued Moukid et Manuel Munoz.

Lire l’interview…



Interview   

Arkan : de la souffrance à la sagesse


Si les émotions guident l’art, les grandes émotions doivent, logiquement, mener au grand art. Parmi les plus grandes émotions qu’un individu puisse ressentir, la perte d’un être cher, qui plus est particulièrement jeune, est sans doute l’une des plus vives et mérite d’autant plus d’être exprimée d’une façon ou d’une autre. L’artiste va donc naturellement chercher à créer une œuvre à partir de cette souffrance. C’est ainsi qu’est né Sofia, troisième album des principaux représentants du metal oriental en France, Arkan, qui sortira le 23 mai via le label Season Of Mist.

En amont de cette sortie, nous nous entretiendrons ce soir, mardi 6 mai, en direct sur notre antenne dans l’émission Anarchy X, dès 20h30, avec le batteur et fondateur du groupe Foued Moukid pour en savoir plus sur cet opus, sa réalisation en collaboration avec le producteur Fredrik Nordstrom, déjà aux manettes sur les précédents disques, sa signification, l’évolution qu’il représente pour Arkan, voire mesurer si cette Sofia marque l’âge de sagesse pour un groupe existant maintenant depuis neuf ans.

Ecouter le podcast ici…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3