ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Strigoi : du tombeau au berceau


Vallenfyre avait été créé en 2010 dans des circonstances tragiques : Gregor Mackintosh avait besoin d’un exutoire cathartique suite au décès de son père. Un projet qui était vite devenu un retour aux sources pour le guitariste de Paradise Lost, se replongeant dans ses premiers amours de jeunesse dans la musique extrême. Après trois albums, Vallenfyre était arrivé en bout de course, mais Mackintosh a clairement pris goût à sa double vie. Un équilibre s’était créé après la redécouverte des joies cachées et pures de l’underground face au feu des projecteurs qu’il connaît depuis trente ans avec son groupe principal.

Rien d’étonnant, donc, à ce qu’un nouveau projet soit né fin 2018 dans le tombeau de Vallenfyre : le bien nommé Strigoi, fondé avec le bassiste-parolier Chris Casket. Strigoi reprend ainsi les fondamentaux de Vallenfyre pour les affiner, les développer et les emballer dans une dose de théâtralité. Si Paradise Lost représente le penchant mélancolique de Mackintosh, Strigoi sera sa version horrifique et malfaisante.

C’est ce que nous explique en substance Gregor Mackinstosh, traçant les liens entre Vallenfyre, Paradise Lost et Strigoi, ainsi que la genèse de ce premier album au titre sans équivoque : Abandon All Faith, symbole de son militantisme athée et d’une obsession parmi d’autres dont il nous parle ci-après…

Lire l’interview…



News Express   

PARADISE LOST va commencer à enregistrer son nouvel album ; Gregor Mackintosh donne quelques infos


PARADISE LOST va commencer à enregistrer son nouvel album ce mois-ci. Le disque, qui devrait sortir l’année prochaine, succédera à Medusa (2017) et sera enregistré au Orgone Studios de Milton Keynes (Angleterre) en compagnie du producteur Jaime Gomez Arellano. En savoir plus…



News Express   

PARADISE LOST travaille sur un nouvel album


PARADISE LOST travaille sur un nouvel album, qui succédera à Medusa (2017), informe le guitariste du groupe Aaron Aedy.



News Express   

PARADISE LOST au Durbuy Rock Fest 2019


Le Durbuy Rock Fest se déroulera à Bomal-Sur-Ourthe (Belgique) les 12 et 13 avril 2019. En savoir plus…



News Express   

PARADISE LOST : les détails de la version remasterisée de l’album Believe In Nothing ; lyric video de la chanson « Mouth »


PARADISE LOST sortira la version remasterisée de l’album Believe In Nothing, initialement sorti en 2001, le 29 juin via Nuclear Blast. Voir les détails…



News Express   

PARADISE LOST sortira une version remasterisée de l’album Host


PARADISE LOST sortira une version remasterisée de l’album Host sorti initialement en 1999, le 16 mars via Nuclear Blast. Voir les détails…



Interview   

Gregor Mackintosh : l’élévation par la racine


L’année fut chargée pour Greg Mackintosh. Avec ses groupes Paradise Lost et Vallenfyre, l’homme a dû jongler entre la composition, la sortie et la tournée deux albums, respectivement Medusa et Fear Those Who Fear Him. Et pourtant, et ce malgré un Medusa revenant plus que jamais aux premiers amours doom-death, l’univers des deux groupes tendent plus à se compléter que se répéter. Contre l’élégante et omniprésente mélancolie de l’un, une rage puissante et libératrice se présente dans l’autre. Mais, malgré toute l’importance personnelle que ce dernier peut revêtir pour lui, Greg a décidé de clore l’aventure de ce groupe à la démarche originellement cathartique. Fin 2018, il faudra donc vraisemblablement se séparer de Vallenfyre mais les souvenirs de brutalité grasse qu’il nous a offert en live resteront, tout comme ses trois albums.

Si nous avions vu avec Nick Holmes plusieurs aspects de Paradise Lost et de Medusa, nous avons profité du passage du musicien, ayant troqué sa casquette de guitariste pour celle de chanteur, pour obtenir à la fois un deuxième angle de vue mais aussi voir les interconnexions artistiques entre ses deux groupes. Ainsi pendant que, dans sa loge, il raccommodait lui-même le pantalon qu’il allait porté le soir-même sur scène, il nous parle de sa manière de penser, de composer, sa relation à la scène metal et à l’underground ou encore d’une sphère plus privée.

Lire l’interview…



Live Report   

Paradise Lost et ses multiples visages


En ce vendredi 27 octobre, le public est peu nombreux à La Belle Electrique de Grenoble lorsque les Portugais de Sinistro montent sur les planches. Heureusement, plus les minutes défileront et plus les spectateurs rempliront les trous présents dans cette magnifique salle. En effet, il aurait été dommage de passer à côté du set de Sinistro qui aura délivré une prestation prenante. Le groupe propose un univers personnel qui trouve en Patricia Andrade, une figure totalement habitée qui n’hésite pas tout au long du set à laisser son corps s’engager dans des contorsions et postures originales. Ses acolytes sont tout aussi impliqués, bien que plus réservés, et ferment aisément les yeux pour profiter à fond de ces quelques minutes sur scène.

Embelli par de magnifiques jeux de lumières et par la présence d’un écran géant (mettant en avant notamment les clips du groupe de sludge/doom), ce concert de Sinistro aura reçu un bel accueil du public dont on pouvait sentir que beaucoup dans ses rangs découvraient cette formation dont le quatrième album, Sangue Cássia, sort le 5 janvier chez Season Of Mist.

Lire la suite…



Galerie Photos   

Paradise Lost @ La Belle Electrique, Grenoble, France – 27/10/2017




CR De Festival    Live Report   

Le Motocultor 2017 : l’édition des fans !


Le Motocultor est l’un des festivals metal les plus importants de France. Sa notoriété ne cesse de grimper et les affiches deviennent de plus en plus alléchantes. Cette année fêtait le dixième anniversaire du festival, néanmoins cette affiche a failli ne pas voir le jour. En effet, le festival a du mettre en place un système de financement participatif afin d’assurer l’édition 2017. L’appel a été entendu car plus que ce qui était nécessaire a été récolté, en conséquence le fest a pu se tenir. Et l’organisation ne s’est pas moquée de son public avec The Devin Townsend Project, Kreator, Opeth, Candlemass, 1349 et tant d’autres groupes pour trois jours de beau temps. Affrontant le froid de la nuit et la chaleur du jour, enchaînant les concerts sous les tentes, on a vécu un magnifique Motocultor avec des moments uniques.

La première journée de cette dixième édition ouvre sur un groupe que l’on aura le plaisir de voir régulièrement dans nos salles : Aluk Todolo. La formation de Grenoble nous avait déjà impressionné en première partie d’Oranssi Pazuzu en avril dernier et on les retrouvera en décembre en première partie de Wolves In The Throne Room. Toujours dans son optique de jouer leur album Voix en entier, l’ambiance du concert est hypnotique et la musique unique. Même si, c’est un fait, on était tout de même mieux dans l’obscurité d’une salle plutôt que sous un simple chapiteau à midi en Bretagne ! L’expérience dans une salle est en fait bien plus marquante que toutes autres expériences, même si dans les yeux du batteur et le jeu du guitariste on retrouve la même passion, les mêmes mouvements du corps et les yeux révulsés.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Mass Hysteria @ Transbordeur
    Slider
  • 1/3