ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Dans le terrier de Mr. Bungle


Décidément, Mr. Bungle ne fait rien comme personne. Après avoir sorti chez Warner Bros. trois albums aussi différents que déroutants et fascinants, le combo originaire de la petite ville d’Eureka dans le nord de la Californie s’est mis en sommeil pendant vignt ans. Et c’est sans crier gare qu’ils sont revenus pour célébrer leur première démo, The Raging Wrath Of The Easter Bunny, d’abord avec des concerts mêlant morceaux de ladite démo et reprises, puis avec un réenregistrement complet accompagné – excusez du peu – de Dave Lombardo et Scott Ian. Un album thrash/death ancré dans l’âge d’or du genre qui a de quoi surprendre même (surtout) les fans habitués à des musiques dépareillées et versatiles.

Le retour de Mr. Bungle, même ce n’est pas forcément là où l’attendait (mais on s’attendait à quoi ? Après tout c’est Mr. Bungle…), est un véritable événement et il fallait marquer le coup. D’où l’interview ci-après avec le guitariste Trey Spruance découpée en trois étapes : une contextualisation des débuts du groupe et de l’enregistrement de la démo originale, la reformation et le réenregistrement de cette dernière, et enfin l’après-1986, avec un éclairage sur la trajectoire et la philosophie musicale du groupe.

Lire l’interview…



Interview   

Greg Puciato : libre et intégré


L’intégration. C’est le mot clé pour Greg Puciato qui, depuis l’arrêt de The Dillinger Escape Plan, semble entamer une nouvelle phase de sa vie d’artiste, voire de sa vie tout court. Une nouvelle phase dont les prémices sont à trouver dans les dernières années avant la séparation de son ancien groupe emblématique, ou plus précisément dans la frustration qui montait, à se sentir enfermé dans un carcan créatif sans avoir les moyens – en termes d’énergie et de temps – de s’en extraire. The Black Queen a justement été créé comme un négatif émotionnel de The Dillinger Escape Plan.

Mais l’heure est aujourd’hui à l’intégration donc, c’est-à-dire arrêter de compartimenter sa vie, et notamment sa vie artistique, et mettre tout Greg Puciato dans une seule et même entité qui porte son nom. Child Soldier: Creator Of God est né. Un album émotionnellement hétéroclite, comme nous le sommes tous, finalement, capable ne nous apaiser comme de nous retourner le cerveau et d’y créer le chaos. Mais cette virée solo, c’est aussi le fruit d’une démarche plus globale, celle d’une recherche de contrôle et de liberté totale, celle qui a poussé Greg Puciato, à la manière d’un Mike Patton, à créer son propre label Federal Prisoner qui lui permet de s’émanciper de structures davantage motivées par le business que par l’art et, à terme, de proposer à de jeunes artistes de changer les règles du jeu.

Toujours aussi captivant, Greg Puciato a échangé, longuement et en détail, avec nous sur tout ceci, exposant ses démarches et ses introspections. A vrai dire, le seul sujet sur lequel le chanteur n’ose pas s’étendre, c’est sur le contenu de ses textes, comme il nous l’a expliqué : « C’est très difficile pour moi de parler du sens de mes paroles sans rentrer dans ma vie personnelle. A la seconde où tu rentres dans ta vie personnelle, c’est comme quand des gens écrivent des biographies, tu évoques également la vie d’autres personnes. Donc la seule façon pour moi d’aborder ces choses est de le faire de manière abstraite et artistique. »

Lire l’interview…



News Express   

Mike Patton (FAITH NO MORE) et Jean-Claude Vannier dévoilent le clip vidéo de la chanson « A Schoolgirl’s Day »


Le chanteur Mike Patton (FAITH NO MORE) et le compositeur français Jean-Claude Vannier ont sorti un album en commun, intitulé Corpse Flower, le 13 septembre via Ipecac Recordings. En savoir plus…



News Express   

Mike Patton (FAITH NO MORE) et Jean-Claude Vannier : le nouvel album Corpse Flower en écoute intégrale


Le chanteur Mike Patton (FAITH NO MORE) et le compositeur français Jean-Claude Vannier sortent un album en commun, intitulé Corpse Flower, aujourd’hui 13 septembre via Ipecac Recordings. En savoir plus…



News Express   

Mike Patton (FAITH NO MORE) et le compositeur français Jean-Claude Vannier : les détails du nouvel album Corpse Flower


Le chanteur Mike Patton (FAITH NO MORE) et le compositeur français Jean-Claude Vannier sortiront un album en commun, intitulé Corpse Flower, le 13 septembre via Ipecac Recordings. En savoir plus…



Interview   

Le doom jazz de Bohren & Der Club Of Gore


Jouer du hardcore mène à tout, même à son contraire : le meilleur exemple en sont peut-être les Allemands de Bohren & der Club of Gore qui, après avoir débuté comme musiciens de hardcore, se sont tourné vers le jazz pour en produire une mouture unique, sombre, mélancolique, et à la lenteur qui ferait passer la plupart des groupes de doom pour des hyperactifs frénétiques. Leurs longues chansons tantôt lourdes tantôt vaporeuses évoquent tour à tour des atmosphères poisseuses de film noir, des paysages urbains sous la pluie, ou des jeunes filles qui dansent les yeux fermés dans un dinner, pas très loin des expérimentations les plus ambiant de Earth. Intrigués par ce groupe atypique qui a ouvert la voie à tout un sous-genre qualifié de doom jazz, qui semble à des lieues du metal mais qui cite constamment Autopsy ou Black Sabbath pour se décrire, nous sommes allés à la rencontre de Morten Gass, Robin Rodenberg, et Christoph Clöser lors d’une performance du groupe à Anvers.

Juste avant un concert unique où nous avons croisé un nombre certain de cartouchières et de vestes à patchs, les membres du groupe nous ont parlé de lenteur, des reconfigurations dues au départ de leur batteur il y a quelques années, de Mike Patton et même de leur compatriote Doro Pesch. Affable et ne résistant jamais ni à un bon mot, ni à une touche d’humour pince sans rire, le trio se révèle finalement à la fois irrésistible et élusif, comme sa musique.

Lire l’interview…



Interview   

Dead Cross : Dave Lombardo l’enragé


Le moins que l’on puisse dire c’est que l’ex-Slayer Dave Lombardo a su rebondir, ayant récemment rejoint les rangs de Suicidal Tendencies et joué avec la reformation des Misfits. Mais encore avant ça, à peine la situation avec Philm était arrivée au point de rupture qu’il s’était déjà trouvé une nouvelle formation, en partie grâce au producteur Ross Robinson : Dead Cross. Et lorsque le grand Mike Patton a pris le micro, le combo a forcément affiché un nouveau visage, détonant comme on peut l’entendre dans le premier album sans titre.

Nous avons échangé avec le batteur pour connaître la genèse de cette formation et son alchimie, mais aussi sur son expression en tant que batteur, Dead Cross étant pour lui un formidable moyen d’exorciser ses plus grandes colères et frustrations, évoquant avec lui autant les extrêmes du metal que la passion des percussionnistes cubains qui ont formé très tôt son sens du rythme, lui qui ne serait pas contre non plus de s’essayer aux musiques ambiantes…

Lire l’interview…



News Express   

KAADA / PATTON : nouvel album Bacteria Cult en écoute intégrale


KAADA / PATTON, le nouveau projet de Mike Patton et John Kaada, propose son nouvel album Bacteria Cult prévu le 1er avril en écoute intégrale sur le site Dangerous Minds.



Blow Up Your Video   

Kaada / Patton : pilule surréaliste


kaadapattonInceste et zoomorphisme, névroses infantiles et comédie du divin, omniprésence de la mort et un plancher foutu. Tels sont les ingrédients de la vidéo illustrant « Imodium », extrait de Bacteria Cult, nouvel album de Kaada / Patton. Qui ça ?

Mais voyons, Mike Patton est loin d’être un inconnu ! Incontournable serait plutôt l’adjectif qui lui correspondrait le mieux tant son nom revient sans cesse à travers la multiplication de ses side-projects. D’abord concentré sur ses premiers groupes Mr Bungle et Faith No More jusqu’à leur arrêt à l’aube du XXIe siècle, ces dernières années, il ne s’en est pas passé une seule sans qu’il fonde un nouveau groupe, rejoigne un nouveau projet, sorte ou participe à un album. Sans parler du retour de FNM et de la gestion de son label Ipecac Recordings pour éditer tout ça et les œuvres des copains et autres artistes qu’il admire qui se retrouvent parfois dans les mêmes groupes que lui. Et 2016 ne fait pas exception puisqu’il aura déjà participé à une nouvelle association artistique – Nevermen – mais revient aussi avec un ancien side-project qui semblait ne plus devoir avoir de suite : Kaada / Patton.

Mais c’est qui Kaada ? Là est la question.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Jonathan Davis : bande originale de l’apocalypse


La place du rock dans la musique de film est aussi vieille que « Rock Around The Clock » au générique de Blackboard Jungle (Graine de Violence, en 1955). Et même si les musiciens de rock ont mis du temps à se hisser au rang de compositeurs dignes d’intérêt pour les cinéastes pour accompagner entièrement leurs œuvres (il faut, par exemple, attendre More de Barbet Schroeder, en 1969, dont Pink Floyd signe la B.O.), ils sont peu à peu devenus des noms incontournables de l’art de la bande originale de film : de Vangelis (ancien Aphrodite’s Child, auteur des musiques des Chariots de Feu, Blade Runner, 1492: Christophe Colomb, Alexandre, etc.), en passant par Danny Elfman (que serait la filmographie de Tim Burton sans l’ancien chanteur d’Oingo Boingo pour mettre l’ambiance ?), jusque Trent Reznor (Nine Inch Nails), ces expats du rock ont changé le paysage sonore cinématographique.

Et, à l’instar d’un Reznor, l’intégration de musiciens rock dans le cercle des compositeurs de B.O. se fait de plus en plus dans la veine la plus dure du genre, mais aussi, plus particulièrement du côté de ceux qui ont un goût plus prononcé pour l’électronique ; car quand il s’agit de mettre discrètement l’ambiance, sortir les grosses guitares n’est probablement pas la méthode à privilégier. Mais c’est aussi probablement grâce à la reconnaissance acquise par la tête pensante de Nine Inch Nails (récompensé par un Oscar en 2011 pour sa première bande originale pour le film The Social Network) dans ce domaine que des artistes venus de la large famille du metal sont courtisés par le cinoche, ramenant ainsi à cet emploi, en 2014, un Jonathan Davis (Korn), qui n’avait pas touché à une musique de film depuis La Reine des Damnés en 2002 (il avait travaillé à l’époque avec Richard Gibbs, ancien membre d’Oingo Boingo, tiens, quelle coïncidence !).

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3