ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Blow Up Your Video   

Mindless et sans complexe


Mindless Self Indulgence est définitivement l’autre groupe qui sent la petite culotte mouillée et le latex chauffé à blanc dans les toilettes d’une boîte de nuit pendant une rave organisée par Satan. « L’autre » car Punish Yourself a déjà remporté ce titre il y a belle-lurette, et cela ne fait aucun doute que les Américains MSI (un peu comme le croisement entre une MST et une IST) creusent dans la même veine fluo (mais sans les peintures) que les zombies technoïdes toulousains.

Le groupe new-yorkais, déjà nanti, en plus de quinze ans, d’une belle discographie, incluant cinq albums, trois EP et un live, a sorti il y a quelques semaines un album de remix, incluant des remaniements de « Fuck Machine », morceau issu de leur dernier album How I Learned To Stop Giving A Shit And Love Mindless Self Indulgence *, sorti en mai dernier, par des artistes tels que KMFDM ou Combichrist. L’occasion donc de pondre un joli clip tout neuf pour ce titre, croisement de générique de dessin animé ricain des années 80/90 et d’univers manga, qui n’est pas sans rappeler certains clips de Gorillaz (Jamie Hewlett avait d’ailleurs créé la pochette de leur album Frankenstein Girls… en 2000), dans lequel le groupe lutte contre des zombies (ou plutôt des Frankenstein Girls), une entité démoniaque tenant entre ses mâchoires une manette de NES, et surtout… une pieuvre (et chacun sait l’importance des pieuvres dans les mangas, non ?) qui se prend sa raclée par Kitty, féline batteuse (et fan de K-pop, bin tiens !) du groupe, devenue femme-chat (et chacun sait l’importance des chats… dans tout !). Un clip tout bonnement à l’image du groupe : barré, sans limite et addictif.

A voir dans la suite…



Blow Up Your Video   

Tentation tentaculaire


« N’essayez jamais de comprendre les Japonais ». Et pourtant la tentation est grande car, quand on n’est pas immédiatement rebuté par certains de leurs délires, on a plutôt envie de s’y enfoncer jusqu’à parvenir à agripper ne serait-ce qu’une petite poignée de sens.

Depuis la manie scatologique de personnages de manga bloqués au stade anal brandissant un étron entortillé sur un bâton tel un esquimau chocolat-noisette rigolo (une innocente et enfantine manière de dire « merde ») aux outrances cinématographiques ultra-violentes et trash d’un Miike Takashi (mais que signifie la scène maïeutique dans Gozu ?), on ne peut s’empêcher de vouloir aller à l’encontre de cette maxime du Net et aller à la rencontre de quelque chose de plus subtil qu’il ne semble.

Toute cette réflexion à cause du dernier clip de Dir En Grey.

Lire la suite interdite aux enfants…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3