ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Danko Jones : rockeur et vacciné


Danko Jones – frontman du groupe qui porte son nom – a bien failli vivre en 2020 une année blanche, totalement improductive, obsédé et paralysé qu’il était par la pandémie et ses perspectives peu réjouissantes. C’était sans compter son acolyte de toujours, son bassiste JC qui a su l’extirper de son effroi pour relancer la machine créative, quitte à changer leurs méthodes traditionnelles en faisant appel à la technologie. Le résultat est Power Trio, un album qui à la fois crie son désespoir et, par son énergie exaltante et pleine d’urgence, nous donne plus que jamais envie de retrouver les salles de concert moites et suffocantes pour s’y défouler.

Un album qui célèbre un quart de siècle au service du rock n’ roll. Power Trio est plein de symboles, par ce retour au sein du premier label du combo, Sonic Unyon, vingt-trois ans après les avoir quittés, mais aussi par cet hommage au format de groupe dont il porte le nom. Voilà pourquoi nous avons profité d’avoir Danko au bout du fil pour, non seulement en apprendre plus sur son état d’esprit durant cet un an et demi passé – notamment concernant les mesures sanitaires et les réactions des gens vis-à-vis de celles-ci – et sur la conception de Power Trio, mais aussi avoir son avis sur quelques power trios célèbres du rock.

Lire l’interview…



Interview   

Gizmodrome : Stewart Copeland, adepte de l’étrange


L’une des idées reçues concernant les artistes professionnels, parfois justifiée, est que leur célébrité leur fait perdre tout sens des réalités, leur faisant oublier à quel point leur métier ou leur situation est difficilement comparable à ceux d’autres types de carrières. Après tout, dans nos propres colonnes, lors des interviews que nous avons réalisé au cours de ces dernières années, des artistes ont tenu des discours parfois radicalement opposés. Certains insistent sur l’enfer social, mental, physique et/ou financier qu’ils ont vécu à tout abandonner pour risquer de se lancer dans la musique. D’autres dédramatisent au contraire totalement cette vision, estimant que vivre de la musique est un luxe.

Stewart Copeland, dont la carrière au sein de The Police n’est que la partie émergée de l’iceberg, semble plutôt adhérer à la seconde approche. Une portion majeure de la présente interview est consacrée à sa vision de l’étrange, un thème qui semble central dans l’album de son nouveau projet Gizmodrome mais qui s’est aussi avéré récurrent au cours de sa carrière récente. Le métier d’artiste n’est pas un métier comme les autres et est même par moments très étrange, Copeland semble toujours s’en étonner et s’en émerveiller.

Vous découvrirez donc la frénésie qui s’est emparée des divers musiciens de Gizmodrome pendant l’enregistrement de ce nouveau disque, mais cette interview a aussi été une occasion d’évoquer la part moins connue de sa carrière, notamment en tant que compositeur pour musique de films (dont auprès de Francis Ford Coppola) ou d’orchestre, mais également de partager son regard humble quant à sa relation artistique avec son ancien collègue devenu icône de la pop – au sens noble du terme – Sting.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Arch Enemy @ Lyon
    Slider
  • 1/3