ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

On Nous Prend Pour Des Cons   

Pourquoi les musiciens ne devraient pas parler musique : épisode 3


Le troisième et dernier épisode de « Pourquoi les musiciens ne devraient pas parler musique » vous présentera mon chouchou, un cas rare, mais surpassant largement les deux précédents. A titre personnel, ma préférence va à ce dernier spécimen du fait de mon amour, encore plus que pour l’humour vraiment mauvais, pour ce qui n’a aucun sens.

Le sujet que nous étudierons aujourd’hui est le « Basic Instinct » (à ne pas confondre avec le Spauldinique « Basilic Instinct »). Ou, pour les non anglophones, le « On ne pige rien ».

Lire la suite…



On Nous Prend Pour Des Cons   

Pourquoi les musiciens ne devraient pas parler musique : épisode 2


L’épisode 1 de « Pourquoi les musiciens ne devraient pas parler de musique » vous faisait découvrir l’outsider du moment. L’épisode 2 rend quant à lui hommage à un indémodable classique que presque chaque Journal du Hard vous présente. Vous me direz, il y a classique et classique. Celui-là est non seulement indémodable, mais reste même dominant.

Sans plus attendre, Radio Metal, en partenariat avec www.la-plus-grosse.com (précisons que cet édifiant site existe vraiment et que notre staff, devant son évidente supériorité, a refusé de s’inscrire dessus afin de ne pas en décourager les adeptes) vous présente le « Qui a la plus grosse ».

Lire la suite…



On Nous Prend Pour Des Cons   

Pourquoi les musiciens ne devraient pas parler musique : épisode 1


Dans ce monde cruel et capitaliste, il te faut cher lecteur, être bien armé pour faire face aux stratégies toujours plus fourbes, aux tentatives de manipulations des méchants musiciens essayant de te vendre leur jambon. En bons analystes des tendances que nous sommes, nous nous arrêterons durant les trois prochains jours sur les déclarations à la mode dans le milieu artistique, pour annoncer l’orientation musicale d’un disque à venir.

Au programme aujourd’hui, la plus jeune et la plus à la mode du moment : l’annonce « c’est pareil mais c’est pas pareil ». Ou « on vous prend ouvertement des cons », au choix.

Points forts : exploite la bêtise humaine et la méconnaissance du groupe par l’auditeur ; ne demande aucun effort effectif de renouvellement musical.

Points faibles : extrêmement facile à repérer

Rassurez-vous. Le but du « on vous prend ouvertement pour des cons » étant VRAIMENT de vous prendre ouvertement pour des cons, il reste très facile à déjouer et n’est conseillée qu’une connaissance sommaire de la discographie du groupe ou simplement du style pratiqué.

Le « c’est pareil mais c’est pas pareil » consiste, comme son nom l’indique, à annoncer comme révolutionnaire ce qui ne l’est pas. Comme un Hammerfall qui nous dirait que son prochain opus sera plus heavy (exemple fictif), Michael Amott nous décrivait il y a quelques mois le prochain Arch Enemy comme très violent et très mélodique. Un album d’Arch Enemy, quoi. Plus récemment, c’est Battlelore qui fait une déclaration fracassante, nous promettant un Doombound (sortie en février 2011) plus épique, plus dynamique, plus atmosphérique. On ne pouvait pas trouver meilleure illustration du « c’est pareil mais c’est pas pareil » : on est bien d’accords, s’il y a bien trois adjectifs auxquels on pense tout de suite pour décrire le style de Battlelore, c’est bien « épique », « dynamique » et « atmosphérique ». Finalement, Battlelore nous promet d’être encore plus lui-même que lui-même ! Effectivement, le concept a finalement quelque chose de révolutionnaire.

A demain pour un second épisode !



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3