ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

The Dillinger Escape Plan : bilan de santé avant la dernière ligne droite


Ben Weinman - The Dillinger Escape PlanThe Dillinger Escape Plan, c’est fini. Ou tout du moins, ça le sera bientôt, à l’issue du cycle de tournée du nouvel et ultime album Dissociation. Mais le guitariste Ben Weinman, en tant que fondateur du groupe, et celui qui est devenu avec les années son complice, le chanteur Greg Puciato, ainsi que le reste de la clique auront vécu l’aventure tellement à fond, qu’on peut difficilement imaginer une carrière plus extrême que la leur. Ils auront fait ce qu’ils auront voulu, tout ce qu’ils auront voulu, si bien qu’ils choisissent aujourd’hui eux-mêmes d’y mettre fin selon leurs propres termes. La liberté ultime. La maîtrise suprême de sa destinée.

Mais outre le fait de discuter de cette décision et de cet ultime opus, c’était l’occasion de faire un petit bilan de santé avec Weinman, au sens propre comme au figuré, et si mentalement celui-ci se sent à la bonne place dans sa vie, physiquement, au contraire, tout n’est pas forcément à la bonne place. Mais qu’importe, c’est la dernière ligne droite, « tu t’en inquiéteras plus tard » avons-nous envie de lui dire, pour reprendre ce qu’il a dit à Puciato sur un de ses premiers concerts avec le groupe, lorsque ce dernier pissait le sang après s’être fait péter une dent par le guitariste. Car oui, il y a quelques anecdotes dans ce qui suit qui valent le détour…

Lire l’interview…



News Express   

KILLER BE KILLED : nouvelle vidéo en ligne


KILLER BE KILLED a mis en ligne une nouvelle vidéo accompagnant le titre « Snakes Of Jehovah » extrait de son premier album éponyme sorti le 12 mai dernier chez Nuclear Blast. Pour rappel, ce groupe formé en 2011 est composé de Max Cavalera (SOULFLY, ex-SEPULTURA), Greg Puciato (THE DILLINGER ESCAPE PLAN), Troy Sanders (MASTODON) et Dave Elitch (ex-THE MARS VOLTA). Voir la vidéo…



Interviews   

Killer Be Killed: the ways of collaboration


“I don’t understand why people in hip-hop and people in jazz they make records together, they collaborate often and in metal, everyone seems to be very concerned with hanging on to the success they already had and not really stepping outside the comfort zone.” This assessment pretty much sums up the reason Killer Be Killed was created. The project gathers together three big voices of metal: Max Cavalera (Soulfly), who’s used to all kinds of collaborations by now, Greg Puciato (The Dillinger Escape Plan), and Troy Sanders (Mastodon), accompanied by Dave Ellitch (ex-Mars Volta), a high class drummer. Every collaboration carries the risk of failure, especially when egos are involved, but this kind of experience is always rewarding and can even turn out to be very gratifying. The first Killer Be Killed album is a first step on a whole new path, where the singers had to learn to know one another as people before anything else.

Although he’s very impulsive and intuitive, Greg Puciato is also a highly intelligent man, as the (very) long and fascinating interview he gave us last year, when The Dillinger Escape Plan released their latest album, already proved. It is therefore with great pleasure that we talked to him about this new band and his desire for collaborations.

Lire l’interview…



Interview   

Killer Be Killed : les voies du collaboratif


« Dans le hip-hop ou dans le jazz, les gens font des disques ensemble et collaborent souvent alors que dans le metal tout le monde semble tellement préoccupé par son propre succès et personne ne prend vraiment de risque. » Voilà un constat qui dénote de l’état d’esprit dans lequel a émergé Killer Be Killed, projet réunissant trois grandes figures vocales et créatives du metal : Max Cavalera (Soulfly), habitué aux collaborations en tout genre, Greg Puciato (The Dillinger Escape Plan) et Troy Sanders (Mastodon), tous les trois accompagnés par Dave Ellitch (ex-Mars Volta), un batteur de standing. Toute collaboration comporte le risque d’échouer, par exemple entravée par les egos, mais est toujours enrichissante et peut même s’avérer être très gratifiante. Cet album de Killer Be Killed est donc un premier pas dans cette expérience, où les chanteurs ont d’abord dû apprendre humainement à se connaître.

Greg Puciato a beau être un impulsif et un intuitif, il n’en est pas moins doté d’une grande intelligence, comme nous avions pu déjà nous en rentre compte avec le (très) long et passionnant entretien qu’il nous avait accordé l’année dernière à l’occasion de la sortie du dernier album de The Dillinger Escape Plan. Voilà pourquoi c’est avec un grand plaisir que nous lui redonnons la parole pour nous parler de ce nouveau groupe et de sa soif de collaborations.

Lire l’interview…



Interviews   

The crazies from The Dillinger Escape Plan


This is a truly fascinating interview, and we strongly advise everyone to read it, even those who are impervious to the very distinctive and sometimes difficult aesthetics of The Dillinger Escape Plan.

For the true music lover, getting the opportunity to analyze the creative psychology of the crazy musicians who make up The Dillinger Escape Plan is a real godsend. “Crazy” is not too strong a word, for there’s madness lurking around the corner when vocalist Greg Puciato reveals and explains his own artistic obsessions, as well as guitarist Ben Weinman’s and producer Steve Evetts’ – hair-pulling obsessions, whose results can be heard on their fresh, intense, dynamic, and very free latest album, One Of Us Is The Killer. What Puciato describes when he talks about the creative process – ordeal, rather – is flabbergasting. The first comparison that sprung to mind was director Stanley Kubrick, who once managed to inject genuine insanity in the eyes of Jack Nicholson. A perfect comparison, really, since the name Kubrick strikes a very particular chord in Puciato.

Another interesting element is his vision of stage performance, which is all about the here and now and about pure spontaneity. You’ll all remember this impressive video, where the frontman suddenly starts running over the heads of his audience. Just as spontaneous is his uncontrolled approach of screamed vocals – a concept which he judges to be the strangest thing ever in music. All this reminded us of another band of crazies, Converge, which the vocalist considers as The Dillinger Escape Plan’s brother band.

Let’s delve deeper into this with a very talkative Greg Puciato in this long interview…



Interview   

Ces obsédés de The Dillinger Escape Plan


Voilà une interview véritablement captivante que nous ne saurons trop conseiller à tous, même aux réfractaires à l’esthétique bien particulière et parfois difficile de The Dillinger Escape Plan.

Pouvoir décortiquer la psychologie créatrice de musiciens fous tels ceux qui composent The Dillinger Escape Plan est une véritable aubaine pour le mélomane. Fou, le mot n’est pas trop fort puisque de folie il est question lorsque le chanteur Greg Puciato nous dévoile et explique ses obsessions en tant qu’artiste, à lui, au guitariste Ben Weinman et au producteur Steve Evetts. Des obsessions à s’arracher les cheveux et dont le résultat se trouve dans One Of Us Is The Killer, un album frais, intense, dynamique et libre. Et ce que nous décrit Puciato, lorsqu’il parle du processus – l’épreuve, devrait-on dire – de création, est stupéfiant. Instinctivement nous avons pensé au réalisateur Stanley Kubrick qui a su injecter la démence, la vraie, l’authentique, dans les yeux de l’acteur Jack Nicholson. Kubrick, un nom qui vraisemblablement, vous verrez, résonne de manière particulièrement profonde aux oreilles de Puciato.

Intéressante est également sa vision de la performance scénique, très ancrée dans l’instant et la spontanéité la plus pure. On se souvient tous de cette vidéo impressionnante où le frontman se met sans crier gare à courir sur les têtes de l’audience. Tout comme son approche incontrôlée du chant hurlé – un concept que, pourtant, lui-même juge comme étant la chose la plus étrange en musique. Tout ceci nous a également rappelé un autre groupe de fous furieux : Converge, que le chanteur considère comme le groupe frère de The Dillinger Escape Plan.

On en parle ci-après avec un Greg Puciato très loquace dans l’entretien fleuve qui suit…



Nouvelles Du Front   

Dillinger n’entre dans aucun plan


Les Dillinger Escape Plan sont actuellement en studio afin de fournir un successeur à Option Paralyis, sorti en 2010, et qui sera la sixième offrande studio du groupe. Dans une interview accordée au site américain Noisecreep, Greg Puciato revient sur cet enregistrement, notamment, et plus largement sur ce qui fait la particularité de DEP, un groupe dans lequel rien ne se passe comme dans un autre: « Dillinger est une bête différente de tous les autres groupes à l’enregistrement », commence-t-il, « même Steve [Evetts, le producteur du groupe, ndlr.] m’a dit qu’aucun autre groupe qu’il avait enregistré ne requérait un tel niveau d’attention aux détails. »

Par conséquent, l’enregistrement de l’album a pris trois semaines de retard et le groupe prévoit désormais une sortie pour avril ou mai de cette année. Mais Greg Puciato n’a cure de ces délais et souhaite avant tout délivrer un album réussi, car s’il n’a jamais regretté un seul des albums de Dillinger Escape Plan sur lesquels il a travaillé (depuis son arrivée dans le groupe en 2001), il reconnaît qu’un des albums du groupe, Ire Works sorti en 2007, était « décousu », mais que « c’était le mieux que nous pouvions faire à l’époque étant donné les circonstances ».

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Max Cavalera met un Mastodon dans son moteur


Ça fera quasiment deux ans que ce projet est lancé et voilà plus d’un an qu’on n’avait que très peu voire pas du tout de nouvelle de la collaboration entre Max Cavalera (Soulfly) et le chanteur de The Dillinger Escape Plan Greg Puciato. C’est évidemment par la force des choses qu’ils ont dû se séparer aussi longtemps, ayant bien sûr pour priorité de faire tourner leurs groupes respectifs. Mais on nous parlait quand même, à un moment, de seize titres déjà au stade de démos, puis, à un autre, d’un « Max aussi énervé qu’à l’époque Chaos A.D. », ce qui parle parfaitement aux fans de Sepultura comme aux autres (le reste devant vite songer à arranger ses connaissances metalliques) et il aurait été dommage que ça finisse au fond d’un tiroir, avant même que quiconque puisse y goûter.

Et donc, ce serait pas mal de ressortir maintenant ce dossier : le groupe de Puciato s’est offert une pause pour reprendre des forces et travailler sur son prochain opus et il ne faudrait pas attendre qu’il reprenne la route. Max, de son côté, vient de terminer sa tournée 2012 avec Soulfly et sera en Amérique du Sud avec Cavalera Conspiracy pendant deux semaines ce mois-ci. Alors que faut-il de plus pour faire que la machine redémarre ? Peut-être en y attelant un Mastodon : le bassiste Troy Sanders.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Le metal n’a ni sexe ni orientation sexuelle


Il y a quelques jours seulement, nous évoquions la difficulté d’être une femme dans le monde du rock en général, l’univers du metal n’y échappant pas, dû à l’espèce de machisme ambiant qui impose souvent aux femmes de ressembler aux mecs ou de leur plaire (au sens le plus trivial) pour s’intégrer parfaitement à ce milieu.

Mais ce machisme (sans forcément confiner à la misogynie), cette idéologie de la virilité, évidemment associée à une imagerie lui correspondant, va aussi, souvent, de paire avec la crainte de la baisse de virilité de cet environnement, une crainte qui se traduit souvent par une homophobie, au mieux latente quand elle ne suinte pas dans toute sa bêtise à travers des commentaires graveleux (qui fait tourner chaque semaine le moulin de notre rubrique No Comment) montrant combien l’homosexualité est perçue comme une dégénérescence de l’homo metallus.

Lire la suite…



Track By Track   

DEVIN TOWNSEND PROJECT: DECONSTRUCTION DISSECTED


Deconstruction and Ghost are probably two of the most eagerly awaited records of the year for many metal fans. These albums make up the second half of the tetralogy initiated last year by Devin Townsend with the acoustic Ki and the lively Addicted. The master knows how to titillate our curiosity when it comes to describing his work. He thus affirmed that Deconstruction “just sounds like a journey up my own ass in a lot of ways”. Speaking of which, we asked Devin to explain what he meant by that when we met him at the Hellfest in 2010. To which he concluded: “I have a very interesting ass”. A statement his former buddy Gene Hoglan undermined by saying: “Devin’s ass is like two elbows put together. I have to admit that I found Byron’s (Stroud) ass way more interesting than Devin’s”. Who should we believe here?

To decide between the two men, let’s take a look at this detailed track-by-track of Deconstruction…



  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3