ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

News Express   

RED HOT CHILI PEPPERS : les détails du nouvel album The Getaway ; nouvelle chanson « Dark Necessities » en écoute


Le groupe RED HOT CHILI PEPPERS dévoile les détails de son nouvel album. Intitulé The Getaway, il sortira le 17 juin via Warner Bros. Records. Sa trackist et son artwork se découvrent ci-dessous. La nouvelle chanson « Dark Necessities » est également en écoute. Obtenir les détails…



News Express   

Les RED HOT CHILI PEPPERS à Rock En Seine 2016 ?


Selon Francis Zégut, les RED HOT CHILI PEPPERS pourraient se produire à Rock En Seine lors de la prochaine édition. « On peut l’imaginer par la proximité des dates, et les artistes communs entre Rock en Seine et Leeds – Reading les précédentes années, on verra bien…. » explique le journaliste sur son Blog.



Interview   

Ugly Kid Joe : l’enfant turbulent des nineties revient d’entre les morts


Ugly Kid Joe - photo credit Julia Scheibeck

« Nous avons joué à l’Elysée Montmartre, notre premier concert en France était en 92, je crois, et à ce stade de notre aventure musicale, c’était le show le plus incroyable que nous avions joué. C’était démentiel. La salle était pleine à craquer, complète, et c’était le public le plus dingue, hors de contrôle et qui déchirait que nous avions vu de nos vies. Je veux dire que depuis, évidemment, nous avons joué de plus gros concerts mais celui-ci était l’un des tournants de nos vies. »

C’est avec ce souvenir ému, raconté en off de l’interview qui suit, que le bavard guitariste Klaus Eichstadt nous explique la relation qu’Ugly Kid Joe a pu entretenir avec la France, avouant vivement espérer à nouveau s’y produire prochainement. On voit tout de suite, malgré les années, les hauts très hauts – le succès fulgurant du groupe au début des années 90 -, les bas très bas – le split du groupe lorsque la flamme s’était éteinte -, que le combo d’Isla Vista, en Californie, est resté terre à terre, simple et foncièrement sympathique, comme le prouve nos échanges avec Eichstadt mais aussi le chanteur Whitfield Crane.

Résultat, non seulement nous faisons le tour du nouvel opus Uglier Than They Used Ta Be, mais aussi nous refaisons le monde d’Ugly Kid Joe, revenant sur le passé et certains faits marquants de leur carrière. Des débuts insouciants où ils se sont laissés entraîné dans le succès sans trop savoir ce qu’ils faisaient, à la désillusion du business qui a, en partie, conduit le combo à se séparer en 1997. Les deux compères se livrent avec franchise. On y découvre des anecdotes souvent drôles, parfois tristes, ainsi que l’envers du décor d’un groupe définitivement à part qui a pourtant marqué la première moitié des années 90 de son emprunte. De simples « gosses californiens qui veulent être dans un groupe de rock » qui, même lorsque le groupe n’existait plus, sont restés une bande de potes.

Lire l’interview…



News Express   

Les RED HOT CHILI PEPPERS sont en studio


Les RED HOT CHILI PEPPERS sont en studio informe le combo sur sa page Facebook. I’M With You, le dernier album en date du combo, est sorti en 2011.



News Express   

MATTRACH reprend « Californication » des Red Hot Chili Peppers


MATTRACH vient de mettre en ligne sa cover du morceau « Californication » des RED HOT CHILI PEPPERS. Pour rappel, le guitariste français avait également repris il y a peu « Nothing Else Matters » de METALLICA. A voir et écouter ici.



Galerie Photos   

Red Hot Chili Peppers @ Stade De France, Paris, France – 30/06/2012




Live Report   

RED HOT ENVOIE LA SAUCE A BERCY !


Depuis bientôt trente ans, Red Hot Chili Peppers nous propose une musique tantôt agressive au chant presque rappé, tantôt douce et entraînante sans jamais tomber dans le mielleux. Le charisme vocal d’Anthony Kiedis, toujours reconnaissable, ainsi que l’énorme réputation de Flea comme étant l’un des meilleurs bassistes du monde témoignent notamment de l’impact qu’a eu ce groupe à travers les années.

Rien que l’évocation du nom Red Hot Chili Peppers fera résonner en chacun de nous bon nombre de souvenirs d’enfance ou d’adolescence avec des tubes planétaires tels ‘Under The Bridge’, ‘Californication’, ‘By The Way’ ou encore ‘Otherside’.

Lire le compte-rendu du concert du 18 octobre à Paris Bercy…



Nouvelles Du Front   

Fallait pas demander


Truc de journaliste N°47 : si tu interviewes un des membres d’un groupe qui est actuellement en studio pour enregistrer leur nouvel album, cuisine le pour que tu sois le premier à qui il lâchera le titre de ce nouveau bébé.

Truc de journaliste N°47 bis : et croise les doigts pour que ce ne soit pas un titre alambiqué, tarabiscoté et complètement loufoque.

Le journaliste de Spin.com n’a apparemment pas appliqué ce dernier truc au cours de son entretien avec Anthony Kiedis, chanteur de Red Hot Chili Peppers. Au sujet du patronyme du successeur à Stadium Arcadium (2006), le frontman des Piments Rouges a avoué qu’ils n’ont pas de titre définitif mais que le projet s’intitule « Doctor Johnny Skinz’s Disproportionately Rambunctious Polar Express Machine-Head ». Une bonne leçon pour ce journaliste qui y réfléchira sans doute à deux fois le prochaine coup qu’il voudra appliquer le Truc N°47.

Kiedis nous raconte d’ailleurs l’origine de ce titre inspiré par un ami : « Il s’est souvenu d’un de ses trips d’acid légendaires et nous a raconté qu’il jouait un concert plein à craquer pour la Lune et les planètes et que son tube numéro Un était, eh bien, ce titre […] Nous avons trouvé cela tellement drôle que nous lui avons dit que, jusqu’à nouvel ordre, ce serait le surnom de cet album. »

La sortie de cet album est prévue plus tard cette année et nous espérons qu’ils ne changeront pas son nom de code car Doctor Johnny Skinz’s Disproportionately Rambunctious Polar Express Machine-Head, ça, c’est indiscutablement un p*tain de titre !



Interviews   

communion with Glenn Hughes


The Voice Of Rock – that’s what the man with the same name as the biker from the Village People is often called. Glenn Hughes is one of the greatest voices in the history of rock, as well as one groovy bass player. He’s known for his strong solo career, his participation in a myriad side projects (Hughes Turner Project, Pat/Thrall, Voodoo Hill, various rock operas, etc.), for his one album, Seventh Star, with Black Sabbath as the lead vocalist, and for his collaboration with Tony Iommi, with whom he produced two other albums, The 1996 DEP Sessions and the excellent Fused. But above all, Glenn Hughes used to be one of the main members of Deep Purple Mk. III and IV, which produced the huge classics that are ‘Burn’, ‘Stormbringer’ or ‘Mistreated’.

During three years, from 1973 to 1976, Glenn was the bassist/vocalist of the band, sharing the vocal lines with the great David Coverdale – the same Coverdale who later left to form Whitesnake, and who achieved a legendary status thanks to an incomparable voice. Glenn marked Deep Purple in an indelible way, particularly on Stormbringer and the unrecognized Come Taste The Band, with its refreshing soul/funk touches (‘Getting’ Tighter’ or ‘This Time Around’, for example). ‘Cause Glenn is also known for having two sides: the rock side, and the soul side. Throughout his career, the man went from one style to the other and managed to make them go hand in hand beautifully. That’s it for the man’s far from exhaustive but compulsory biography – ’cause Glenn Hughes is a character you have to know.

Today, Glenn is back with a new and particularly promising project: Black Country Communion. Aside from the bassist/vocalist, the band is composed of none other than blues/rock guitarist Joe Bonamassa, Jason Bonham, the son of Led Zeppelin’s legendary drummer, and former Dream Theater keyboard player Derek Sherinian. The result, 70s rock with loads of jam, melodies and authenticity, exceeds all expectations. The kind of record that automatically makes everyone feel great – much like the first album released by Chickenfoot, another super band that recently made a lot of people talk.

We couldn’t miss the opportunity to talk to the master – and once again, this interview exceeded our expectations. Glenn told us all about the genesis of Black Country Communion, a band for which he shows tremendous enthusiasm, but also about Deep Purple and the possibility to see Mk. III again on stage, or about Chad Smith, drummer for the Red Hot Chili Peppers, Chickenfoot and his solo band. By the way, you’ll learn that Glenn is now Chad’s children godfather. In this respect, every time Glenn talks about his past, you cannot help being amazed by what he lived, by the people he worked and still works with. And to top it all, on a more personal level, he turns out to be one of the most charming artists I ever had the pleasure to talk to.

Click Here To Read The Interview…



Interview   

En communion avec Glenn Hughes


The Voice Of Rock. C’est ainsi qu’est surnommé cet homonyme au biker originel des Village People. Glenn Hughes est l’une des plus grandes voix de l’histoire du rock, doublé d’un bassiste au groove solide. Il est connu pour une carrière solo fournie, des participations à des side projects à foison (Hughes Turner Project, Pat/Thrall, Voodoo Hill, divers opéras rock, etc.), pour avoir été le chanteur de Black Sabbath le temps d’un album, Seventh Star, puis de Tony Iommi en solo avec qui il a produit deux autres albums, The 1996 DEP Sessions et l’excellent Fused. Mais surtout, Glenn Hughes fut l’un des acteurs majeurs du Deep Purple Mk. III et IV qui a produit les grands classiques que sont « Burn », « Stormbringer » ou « Mistreated ».

En effet, pendant 3 ans, de 1973 à 1976, Glenn fut le bassiste chanteur de la formation, partageant les lignes vocales avec le grand David Coverdale, celui-là même qui, plus tard, est parti fonder Whitesnake et qui également est entré dans la légende pour son organe vocal hors norme. Un Deep Purple que Glenn a marqué de son emprunte indélébile, tout particulièrement sur Stormbringer et le méconnu Come Taste The Band, avec des touches soul et funk rafraîchissantes (par exemple « Gettin’ Tighter » ou « This Time Around »). Car oui, Glenn est aussi connu pour posséder deux facettes : celle qui est rock et celle qui est soul. Et tout le long de sa carrière, il naviguera entre ces deux styles tout en les mariant à merveille. Voilà pour le résumé biographique (très loin d’être exhaustif) qui s’imposait par devoir d’éducation. Car Glenn Hughes est un personnage qu’on se doit de connaître.

Aujourd’hui Glenn revient avec un nouveau projet particulièrement prometteur : Black Country Communion. Aux cotés du bassiste chanteur, on y retrouve ni plus ni moins que le guitariste blues rockeur Joe Bonamassa, le fils du légendaire batteur de Led Zeppelin Jason Bonham et l’ex-Dream Theater Derek Sherinian aux claviers. Le résultat est à la hauteur des espérances : un rock format 70’s pour son amour du jam, des mélodies et de l’authenticité. Le genre de disque qui met immédiatement la banane à l’instar du premier album de Chickenfoot, un autre super-groupe qui a récemment fait parler de lui.

Nous n’avons donc pas loupé l’occasion de nous entretenir avec le maître et, là aussi, cet entretien a tenu toutes ses promesses. Glenn nous parle bien évidemment de la genèse de Black Country Communion pour lequel il démontre un enthousiasme débordant, mais également de Deep Purple et la possibilité de revoir un jour Mk. III sur scène, ou de Chad Smith, batteur des Red Hot Chili Pepper, de Chickenfoot et de son groupe solo. D’ailleurs, on y apprend que Glenn est aujourd’hui le parrain des enfants de Chad. A cet égard, à chaque fois que Glenn évoque son passé, on est ébloui par ce qu’il a vécu, par les gens qu’il côtoie et a côtoyé. Et pour couronner le tout, à titre personnel, il s’avère être l’un des artistes les plus charmants avec lesquels j’ai eu la chance de m’entretenir.

Glenn, la parole est à toi.



  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3