ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

News Express   

Trent Reznor & Atticus Ross dévoilent la chanson « Outside » tirée de la BO du film Netflix Bird Box


Trent Reznor & Atticus Ross dévoilent la chanson « Outside » tirée de la bande-originale du film netflix Bird Box. En savoir plus…



News Express   

Trent Reznor et Atticus Ross dévoilent une reprise du thème d’Halloween de John Carpenter


Trent Reznor et Atticus Ross une reprise du thème d’Halloween, célèbre film de John Carpenter datant de 1978. Ecouter la chanson…



News Express   

Trent Reznor & Atticus Ross dévoilent la nouvelle chanson « Green Lines »


Trent Reznor & Atticus Ross dévoilent la nouvelle chanson « Green Lines ». En savoir plus…



News Express   

Trent Reznor (NINE INCH NAILS) travaillerait sur une version opéra-rock du film ‘Fight Club’


Trent Reznor, fondateur du groupe NINE INCH NAILS, travaillerait actuellement sur une adaptation du roman de Chuck Palahniuk, porté sur grand écran par David Fincher en 1999, informe le journaliste Jeff Goldsmith sur son compte Twitter. L’écrivain et le réalisateur seraient également impliqués dans cet opéra-rock qui serait présenté à Broadway.

Trent Reznor et David Fincher ont déjà travaillé ensemble par le passé sur les bandes originales de ‘The Social Network’, ‘The Girl With The Dragon Tatoo’ et ‘Gone Girl’.



News Express   

Trent Reznor : « NINE INCH NAILS ne tournera plus pendant un moment »


Dans le nouveau numéro du magazine Rolling Stone, Trent Reznor le chanteur et compositeur de NINE INCH NAILS et HOW TO DESTROY ANGELS a déclaré que les groupes ne tourneraient plus pendant un moment. NINE INCH NAILS vient de promouvoir son dernier album, Hesitation Marks, pendant un an sur les routes. Lire sa déclaration.



Nouvelles Du Front   

The Downward Spiral de Nine Inch Nails : la jeunesse de ses vingt ans


A bien y réfléchir, et parce qu’il est toujours facile de faire une analyse a posteriori, The Downward Spiral (1994) de Nine Inch Nails avait définitivement tout pour devenir un album de légende. Par rapport à son contexte temporel du début des années 90, âge d’or du Rock alternatif ; au vu de sa position dans la discographie de Reznor après un premier Pretty Hate Machine (1989) plus que prometteur ; et surtout compte tenu de l’ambiance unique, épique et grandiloquente dans la manière dans laquelle il sera enregistré au Pig Studio de Los Angeles. Un climat délétère, un Reznor destructeur et auto-destructeur, une panoplie de musiciens et techniciens de génie sur lesquels nous reviendrons : tout cela donne une sombre alchimie pour alimenter cette « spirale vers le bas ». Une spirale qui emmènera, dans une ironie singulière, Reznor vers les tréfonds de sa propre personne.

Mais ce qui avait peut-être été moins envisagé, c’est le rôle et l’influence immense que jouera finalement cet album sur un bon nombre de disques et de groupes, décomplexant le Rock dans l’usage de l’électronique, lui permettant un usage subversif de machines pour faire dans le brûlot pas seulement bruitiste mais également follement accrocheur et presque fédérateur. Bien plus qu’une pierre angulaire du mouvement Indus, The Downward Spiral est l’un des rouages essentiels de l’histoire du Rock, un pas plus loin que Pretty Hate Machine.

Sorti en mars 1994, The Downward Spiral vient d’avoir 20 ans.

En savoir plus.



Nouvelles Du Front   

Grammys 2014: une avalanche d’icônes et un final presque parfait


La 56e édition des Grammy Awards qui avait lieu la nuit dernière à Los Angeles et qui récompense traditionnellement ceux qui ont marqué l’année passée a fait une nouvelle démonstration de force Rock. En effet, outre les multiples récompenses accordées à nos Frenchies de Daft Punk (meilleur album, meilleur duo et meilleur enregistrement de l’année avec « Get Lucky »), c’est une vraie déferlante d’icônes qui s’est abattue sur la scène du Staples Center de Los Angeles Downtown hier soir, avec Metallica, Black Sabbath, Nine Inch Nails et des membres de Queens Of The Stone Age ou Fleetwood Mac.

Scène pharaonique, effets spéciaux en cascade et versions incroyables de titres phares… tout le monde en a pris plein les yeux et est ressorti ravi… à une exception près.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Jonathan Davis : bande originale de l’apocalypse


La place du rock dans la musique de film est aussi vieille que « Rock Around The Clock » au générique de Blackboard Jungle (Graine de Violence, en 1955). Et même si les musiciens de rock ont mis du temps à se hisser au rang de compositeurs dignes d’intérêt pour les cinéastes pour accompagner entièrement leurs œuvres (il faut, par exemple, attendre More de Barbet Schroeder, en 1969, dont Pink Floyd signe la B.O.), ils sont peu à peu devenus des noms incontournables de l’art de la bande originale de film : de Vangelis (ancien Aphrodite’s Child, auteur des musiques des Chariots de Feu, Blade Runner, 1492: Christophe Colomb, Alexandre, etc.), en passant par Danny Elfman (que serait la filmographie de Tim Burton sans l’ancien chanteur d’Oingo Boingo pour mettre l’ambiance ?), jusque Trent Reznor (Nine Inch Nails), ces expats du rock ont changé le paysage sonore cinématographique.

Et, à l’instar d’un Reznor, l’intégration de musiciens rock dans le cercle des compositeurs de B.O. se fait de plus en plus dans la veine la plus dure du genre, mais aussi, plus particulièrement du côté de ceux qui ont un goût plus prononcé pour l’électronique ; car quand il s’agit de mettre discrètement l’ambiance, sortir les grosses guitares n’est probablement pas la méthode à privilégier. Mais c’est aussi probablement grâce à la reconnaissance acquise par la tête pensante de Nine Inch Nails (récompensé par un Oscar en 2011 pour sa première bande originale pour le film The Social Network) dans ce domaine que des artistes venus de la large famille du metal sont courtisés par le cinoche, ramenant ainsi à cet emploi, en 2014, un Jonathan Davis (Korn), qui n’avait pas touché à une musique de film depuis La Reine des Damnés en 2002 (il avait travaillé à l’époque avec Richard Gibbs, ancien membre d’Oingo Boingo, tiens, quelle coïncidence !).

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Nine Inch Nails : Trent Reznor maintient la tension


Trent Reznor avait posé la condition essentielle d’un retour de Nine Inch Nails, avant de se lancer dans l’aventure du dernier opus Hesitation Marks : l’entité revivrait si elle avait encore quelque chose à dire en 2013 et si elle pouvait toujours apporter quelque chose de nouveau. Une fois l’album sorti, et la tournée Tension lancée, tout le monde, y compris lui, se voit rassuré. Reznor a fait revivre le monstre Nine Inch Nails paré d’attraits non seulement modernes, mais également remplis d’un propos musical nouveau, surprenant, voire désarçonnant mais dans la continuité absolue de cette carrière si remplie qu’est la sienne. Alors ces derniers temps, le sieur Reznor met tout sur la table : un live d’une heure et demie en intégralité à Los Angeles ? Filmé en multi-caméras, il met 80 minutes du concert sur le site officiel du groupe. On se pose des questions sur l’arsenal technologique utilisé lors de sa nouvelle tournée ? Il met un documentaire d’un quart d’heure sur les dessous de la préparation de cette tournée. Encore des questions ? Pas de problème, le bonhomme prend une heure pendant les répétitions, se pointe sur Reddit, et répond aux préoccupations de ses fans.

Il est bien loin, l’homme torturé qui paraissait tant inaccessible, quand il était englué dans ses problèmes personnels et dans sa recherche d’une créativité qui le fuyait. Aujourd’hui Reznor agit sans complexe au su et au vu de tout le monde. Et remémore à la face du monde, à travers cette grande tournée mondiale, qui passera par la France le 29 mai prochain au Zénith parisien, que Nine Inch Nails est un géant du rock du XXe, mais aussi du XXIe siècle.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Trent Reznor (Nine Inch Nails) enfin dans le haut de la spirale


Plus qu’un questionnement, une hésitation. C’est ce que semble stipuler le titre du nouvel opus de Nine Inch Nails, qui signe le retour du groupe sur le devant de la scène quatre ans après la fin d’un Wave Goodbye Tour, censé comme à chaque grande tournée du groupe clore un chapitre de la vie mouvementée de Reznor et des différents line-up qu’il a donné à sa créature Nine Inch Nails. Et malgré des choix tranchés tout au long de sa carrière, Reznor est, comme de nombreux artistes talentueux, sujet à l’hésitation, au manque de confiance en soi lorsqu’il s’agit d’affronter un public avec ses compositions intimistes.

Ce fut un temps à travers l’alcool et les drogues qu’il combattit cette peur, et accompagné de grands de ce monde musical comme David Bowie qu’il parvint à affronter cette crise perpétuelle de la création… Il évoque notamment ces différents aspects dans une interview accordée à The Guardian, où il dévoile un peu de son état d’esprit actuel, parle de son combat gagné contre les addictions, et de certains ingrédients de ses différentes vies qui font que Trent Reznor est aujourd’hui un homme mieux dans sa peau et dans son art.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3