ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

CR De Festival    Live Report   

Rock d’Ay 2013 : la complainte du punk abandonné


L’édition 2012 du Rock d’Ay avait brassé de la poussière ardéchoise sous un soleil de plomb. L’édition 2013 a donc repris les mêmes bases : poussière et soleil. Au milieu des reliefs tortueux de l’Ardèche, des vignes et au bord de la fraîche rivière d’Ay se jetant en contre-bas dans le Rhône, cette soirée du 20 juillet se devait d’être placée sous le joug des décibels et du pogo. Et ça n’a pas manqué pour cette nuit qui s’est transformé en un truc fichtrement punk.

Crête dressée sur un crane poli, rangos remontées jusqu’aux genoux avec les chaussettes, Sarras (qui se prononce toujours « Sarra ») a dansé au rythme des sept groupes de cette nouvelle édition. Infrarouge, La Trime Team, Doberman [crew], Tayobo, Punish Yourself, Yurakane et Noein. Du punk à, quasiment, toutes les sauces ! Ainsi, le dimanche matin, gueule dans le seau, les pieds dans l’eau, le punk à chien chantait la complainte du punk abandonné.

Retour sur cette soirée de feu et d’étincelles.

Lire la suite…



CR De Festival    Live Report   

Le Rock d’Ay a dépoussiéré la bannière française


De la poussière, du sable et du pogo. Voilà comment il aurait été possible de titrer ce live report tant ce Rock d’Ay 2012 aura, une fois de plus, imposé la loi du metal au petit village de Sarras (prononcé « Sarra ») en Ardèche. Il est inutile de jouer les hypocrites et il faut bien reconnaître que le Rock d’Ay n’est pas le premier nom qui vient à l’esprit quand on parle d’un festival metal, et ce même français. Cependant, avec son affiche franco-française et surtout grâce à la présence en tête de celle-ci de Lofofora et Hypno5e, ce Rock d’Ay 2012 a satisfait tout passionné ou simple néophyte de metal, rappelant également que la curiosité n’est pas un péché. Car, en effet, c’est bien la curiosité qui nous a poussé au bord de la rivière d’Ay. Et si le festival a plus commencé comme une simple fête de village, le constat final est incontestable : c’était bien un fest, c’était bien un fest de metal et tout le monde en a pris plein les mirettes.

Morgan Lévêque, organisateur du fest, n’en n’est pas à son premier coup d’essai. L’édition 2011 du fest voyait déjà la présence de Tagada Jones en tête d’affiche. Cependant, cette version 2012 du Rock d’Ay élève le niveau d’un cran. Qui plus est, il est toujours appréciable de savourer un moment musical live. Plus encore quand l’évènement est à taille humaine et à un prix des plus abordables : 12 euros (10 en pré-vente) pour voir sept groupes, jouant chacun une bonne heure – inutile de préciser que c’est plus que respectable et honorable. Ainsi, comme précisé plus haut, sept groupes, deux scènes, du sable, de la poussière, de la bière et de la fumée pour un festival qui fut une quasi totale réussite.

Après les compte-rendus du Power Prog And Metal Fest, du Sonisphere Espagnol, du Nancy On The Rocks, du Download, des Métallurgicales, du Hellfest, du Graspop, du Main Square et du Sonisphere France, Radio Metal vous propose son live report illustré du Rock d’Ay 2012.

Lire la suite.



  • Arrow
    Arrow
    Hellfest - Altar - Jour 3
    Slider
  • 1/3