ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Todd La Torre (Queensrÿche) : l’homme de la situation


Que l’on accepte ou pas le Queensrÿche d’aujourd’hui, de retour aux sources, musicalement, mais amputé d’une bonne partie de ses membres fondateurs, on ne peut qu’être admiratif devant les multiples talents de Todd La Torre, chanteur de la formation depuis maintenant sept ans. Si The Verdict, le nouvel album, est le plus collaboratif qu’ait connu Queensrÿche depuis des années, c’est clairement La Torre qui y donne le plus de sa personne, officiant à lui seul à deux postes : au micro et derrière la batterie. Et pour cause, depuis trente ans, La Torre est avant tout… un batteur. C’est donc naturellement lui qui, quand Scott Rockenfield est parti en congé paternité pour une durée encore indéterminée, a pris les baguettes pour enregistrer les nouvelles musiques.

Ainsi, dans l’entretien qui suit, il nous raconte tout le cheminement ayant mené à une telle décision et les difficultés de communication qui se sont installées entre le groupe et son batteur de toujours. Il nous parle également de The Verdict, un album qui se veut musicalement mieux équilibré que ses deux prédécesseurs, mais posant également la question de l’avenir de l’humanité. Nous en avons par ailleurs profité pour en savoir plus sur le parcours de celui qui, adolescent, voulait devenir un « célèbre batteur de rock » mais qui, par une succession d’heureux hasards, s’est finalement retrouvé à remplacer l’un des plus grands chanteurs de l’histoire du metal !

Lire l’interview…



Nouvelles Du Front   

Affaire Queensrÿche : un accord amiable qui satisfait les deux parties


L’affaire Queensrÿche est enfin résolue ! « Enfin » car cela fait des mois que les deux parties – d’un côté le groupe Queensrÿche (représenté par Eddie Jackson, Scott Rockenfield, Michael Wilton, Todd La Torre et Parker Lundgren) et de l’autre Geoff Tate, son ex-frontman – s’opposent à propos de l’usage du nom du groupe. Une querelle juridique compréhensible puisque, quand on a plus de 30 ans de carrière derrière soi, on est avant tout défini aux yeux du public par le groupe qui vous a donné la possibilité de vous faire « un nom » dans le milieu musical. En ce sens l’accord amiable trouvé entre les deux parties paraît, comme l’a déclaré Geoff Tate à Billboard.com « gagnant/gagnant ».

Pour rappel voici le communiqué des deux parties qui avait vu le jour suite à cet accord : « Nous voulions informer les fans de QUEENSRŸCHE à travers le monde qu’un accord amiable a été trouvé entre Eddie Jackson, Scott Rockenfield, Michael Wilton et Geoff Tate concernant l’usage futur du nom QUEENSRŸCHE. Selon cet accord, les trois membres originaux du groupe – Eddie Jackson, Scott Rockenfield et Michael Wilton – ainsi que les récents membres, Todd La Torre et Parker Lundgren, seront les représentants de la seule entité susceptible d’enregistrer et de tourner en tant que QUEENSRŸCHE, de jouer des morceaux issus de l’intégralité de leur répertoire qui représente près de 30 ans de carrière. Le chanteur originel de QUEENSRŸCHE, Geoff Tate, continuera d’enregistrer, de jouer en live et de mener ses autres projets créatifs et, au nom de cet accord, aura les droits exclusifs d’interpréter les albums Operation: Mindcrime I et II en intégralité dans le cadre de performances uniques. »

Lire la suite…



Interviews   

Queensrÿche (with Todd LaTorre) are ready to rebuild their Empire


Could Scott Rockenfield be any more enthusiastic? If we hadn’t heard Queensrÿche new self-titled album (with Todd LaTorre behind the mike) and understood just how liberating it was for the drummer and his fellow musicians Michael Wilton (guitar) and Eddie Jackson (bass), we would have thought he was merely using autosuggestion. You just have to count the occurrences of “great”, “enthusiastic”, “best”, and various other positive expressions in the following interview to realize how euphoric the members of this incarnation of Queensrÿche are. This is a new era for them. The band is in a ferment – they’re already working on the successor to the album – and enjoy a cohesion they hadn’t known for a while.

Because we’d talked to vocalist Geoff Tate – who’s been fronting his own version of the band since the split and has recently released a new album – on the phone a few weeks ago, we just had to hear what the other side had to say. The difference between the two interviews is striking; we’re talking near polar opposites here. One no longer wants to hear about the past and says he has “ripped off the rearview mirror”; the other elevates the band’s first six albums as a model for the future. In other words, they have two very different ideas of what Queensrÿche should be. And then there’s the singer who accuses his former colleagues of not composing enough, when they insist he always rejected most of what they had to offer. Even if things got a bit ugly, you can’t help thinking the split may have been for the best.

Now everybody has to make a choice – or not, come to think of it. In the end, the court will decide who the Queensrÿche brand belongs to. But for the time being, those who were waiting for the band to reclaim the legacy they’d built in the 80s and early 90s are already giving this new entity a warm welcome.

Let’s delve into all this with a very pleasæant Scott Rockenfield in this rich interview.

Read the interview.



Interview   

Queensrÿche (avec Todd LaTorre) est prêt à reconstruire son empire


Quel enthousiasme, ce Scott Rockenfield ! Si nous n’avions pas entendu le nouvel album éponyme de Queensrÿche (avec Todd LaTorre au chant) et compris à quel point il a été libérateur pour le batteur et ses collègues Michael Wilton (guitare) et Eddie Jackson (basse), nous aurions pu facilement croire qu’il s’était mis à la méthode Coué. Il suffit de compter le nombre de « super », « enthousiaste », « meilleur » et autres expressions positives prononcés dans l’entretien qui suit, pour se rendre compte à quel point une sorte d’euphorie s’est aujourd’hui emparée de ce Queensrÿche là, qui entre dans une nouvelle ère. Le groupe semble être en effervescence – ils travaillent déjà sur la suite – et surtout bénéficier d’une cohésion qu’il n’a pas eu depuis longtemps.

Alors que nous avions déjà eu le chanteur Geoff Tate, qui mène sa barque avec sa propre version du groupe et un nouvel album depuis la séparation de l’entité, au téléphone il y a plusieurs semaines, il nous fallait désormais échanger avec l’autre parti. Et la différence des discours est frappante, presque radicalement opposée. Entre l’un qui ne veut plus entendre parler du passé et dit avoir « arraché son rétroviseur » et l’autre qui, au contraire, érige en modèle pour l’avenir ses six premiers albums, il y a là deux conceptions distinctes de ce que doit être Queensrÿche. Et puis, il y a aussi le chanteur qui accuse ses anciens collègues d’un manque de participation aux compositions alors qu’eux l’accusent d’avoir toujours rejeté tout ou presque ce qu’ils lui proposaient. Même si le tableau n’a pas été très beau à voir, on se dit que finalement la séparation était pour le meilleur.

A chacun désormais de faire son choix, ou pas d’ailleurs. De toute façon, au bout du compte, la justice tranchera sur la propriété de la marque. Mais force est de constater que ceux qui attendaient depuis tant d’années d’entendre Queensrÿche reprendre possession du socle bâti dans les années 80 et début 90 accueillent d’ores et déjà à bras ouverts cette nouvelle entité.

On parle de tout ceci, en détail, avec le très agréable Scott Rockenfield dans le riche entretien qui suit.

Lire l’interview…



Nouvelles Du Front   

Queensrÿche prêt pour vingt ans de plus


« J’ai déjà commencé à travailler sur un nouvel album ! » nous disait le mois dernier Geoff Tate en interview, à propos de la suite des aventures discographiques de Queensrÿche. Et la semaine dernière, dans un autre entretien, que vous pourrez bientôt lire dans son intégralité dans ces colonnes, c’est le batteur de Queensrÿche, Scott Rockenfield, qui nous disait : « Nous travaillons en ce moment sur de nouvelles chansons pour un autre album ». Tout cela est merveilleux, doivent se dire certains : les membres de Queensrÿche ne se contredisent pas dans leurs propos respectifs. Sauf que cela voudrait surtout dire que certains n’ont pas bien suivi depuis quelques mois : il s’agît de deux Queensrÿche différents, l’un venant tout juste de sortir son album, Frequency Unknown, et l’autre qui va bientôt sortir le sien ; le premier étant né de l’éviction de Tate du second, et le second ayant remplacé ce dernier par Todd LaTorre de Crimson Glory (c’est parfaitement limpide, n’est-ce pas ?).

Autant dire que si le public attend que l’un se débarrasse de l’autre à l’usure pour y voir plus clair, il peut se montrer patient car la course n’est gagnée ni d’un côté ni de l’autre, au moins créativement. Inutile de compter sur un schéma à la L.A. Guns, où Tracii Guns, avec sa version, avait fini par jeter l’éponge, après avoir montré qu’il ne pouvait pas tirer son épingle du jeu, au moins côté studio. Et du côté de Rockenfield, l’histoire de Queensrÿche telle qu’il la vit en ce moment pourrait durer encore vingt ans, il ne trouverait rien à y redire.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

L’affaire Queensrÿche : tout ce que l’on n’a pas envie de voir dans la musique


Suite à l’annonce, il y a quelques semaines, de l’éviction de Geoff Tate de Queensrÿche, puis aux accusations de ce dernier envers ses anciens collègues, l’affaire est passée dans les mains de la justice sur la question relative au droit d’utilisation du nom Queensrÿche. Très rapidement, les personnes concernées directement ou indirectement par le conflit, à savoir des membres du groupe, l’épouse de Geoff Tate, mais aussi des producteurs et musiciens de session ayant travaillé avec Queensrÿche ont été appelés à témoigner. Ces nombreux témoignages, qu’ils proviennent de l’une partie comme de l’autre, révèlent un malaise au sein de l’équipe qui ne date pas d’hier.

Ces déclarations, toutes sous serment, ont été publiées sur le site de relais de news Blabbermouth.net et abondent de contenu, les divers musiciens racontant en détails de nombreux épisodes précis de leur carrière remontant, pour certains, à près de vingt ans ! Un contenu dense et important représentant au total plus d’une cinquantaine de pages qu’il est nécessaire de synthétiser afin d’avoir une vision d’ensemble la plus claire possible. Il s’agit là d’une plongée dans un enfer juridique que, par une passion certes naïve pour le travail des artistes, l’on n’a pas nécessairement envie de découvrir.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Slash @ Paris
    Slider
  • 1/3