ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Kvelertak : les accords de la discorde


Kvelertak est certainement l’un des groupes de rock les plus singuliers de son époque, proposant un méli-mélo improbable de styles musicaux que pourtant les Norvégiens marient à la perfection. Kvelertak a l’énergie du punk, le sens mélodique du classic rock, la noirceur du black metal, la hargne du thrash et la sophistication du prog, en étant à la fois fun et très sérieux. Si de prime abord on aurait tendance à comprendre le titre du nouvel album, Splid, ou « discorde » en français, dans un contexte politico-social et à l’échelle du monde, on comprend vite qu’il résume à lui seul ce qu’est Kvelertak, soit un groupe dominé par les tensions. Musicales, d’abord. Humaines, ensuite, comme s’en amuse Ivar Nikolaisen, le nouveau chanteur du groupe, en nous décrivant sa découverte d’un groupe où tout le monde se crie dessus. Mais toutes les tensions ne sont pas forcément négatives, comme le démontrent l’esprit de camaraderie et la créativité qui règnent au sein de Kvelertak.

Splid, c’est aussi et surtout un nouveau chapitre qui s’ouvre pour Kvelertak : nouveau chanteur donc, nouveau batteur, nouveau label… Et force est de constater que, si on avait pu craindre le départ du frontman Erlend Hjelvik, le sextet en ressort finalement plus fort, ouvrant ses perspectives techniques et artistiques. Pour marquer le coup, nous nous sommes longuement entretenus avec Ivar Nikolaisen et le guitariste Vidar Landa. L’occasion pour le premier de faire les présentations et pour le second de revenir, par exemple, sur l’expérience de tournée avec Metallica lors du cycle précédent, parmi tant d’autres sujets abordés.

Lire l’interview…



News Express   

Troy Sanders (MASTODON) va participer à la prochaine tournée de THIN LIZZY


Le chanteur/bassiste Troy Sanders (MASTODON) va participer à la prochaine tournée de THIN LIZZY sur quelques dates. En savoir plus…



Interview   

Metal Allegiance : les Avengers du metal


Metal Allegiance 2015

Mark Menghi (tout à droite sur la photo ci-dessus), peu ont entendu ce nom auparavant, et pourtant c’est lui qui est à l’origine d’une prouesse hors normes, celle de rassembler sur scène le gratin de la musique metal, tous styles et toutes générations confondus. La liste des participants des diverses prestations qui ont eu lieu est véritablement époustouflante. Et un an à peine après que ce projet fou ait été initié sur scène, Metal Allegiance – c’est le nom de ce collectif de supers-héros du metal, un peu façon The Avengers – sort aujourd’hui son premier album, avec un groupe centré autour du guitariste Alex Skolnick (Testament), du bassiste Dave Ellefson (Megadeth) et du batteur Mike Portnoy (Winery Dogs, ex-Dream Theater). Et le moins que l’on puisse dire est que Menghi ne manque pas de superlatifs (comptez le nombre de fois où il prononce le mot « incroyable ») pour qualifier les différents aspects de cette aventure.

Mais la vérité est que Menghi est comme un gosse fana de metal qui a eu un fantasme, une idée démentielle, et qui l’a concrétisé grâce, en partie, aux relations qu’il a pu construire au cours de sa vie professionnelle. La tête pensante derrière le projet Metal Allegiance nous raconte tout ceci dans l’entretien qui suit.

Lire l’interview…



News Express   

KILLER BE KILLED : nouvelle vidéo en ligne


KILLER BE KILLED a mis en ligne une nouvelle vidéo accompagnant le titre « Snakes Of Jehovah » extrait de son premier album éponyme sorti le 12 mai dernier chez Nuclear Blast. Pour rappel, ce groupe formé en 2011 est composé de Max Cavalera (SOULFLY, ex-SEPULTURA), Greg Puciato (THE DILLINGER ESCAPE PLAN), Troy Sanders (MASTODON) et Dave Elitch (ex-THE MARS VOLTA). Voir la vidéo…



Interviews   

Killer Be Killed: the ways of collaboration


“I don’t understand why people in hip-hop and people in jazz they make records together, they collaborate often and in metal, everyone seems to be very concerned with hanging on to the success they already had and not really stepping outside the comfort zone.” This assessment pretty much sums up the reason Killer Be Killed was created. The project gathers together three big voices of metal: Max Cavalera (Soulfly), who’s used to all kinds of collaborations by now, Greg Puciato (The Dillinger Escape Plan), and Troy Sanders (Mastodon), accompanied by Dave Ellitch (ex-Mars Volta), a high class drummer. Every collaboration carries the risk of failure, especially when egos are involved, but this kind of experience is always rewarding and can even turn out to be very gratifying. The first Killer Be Killed album is a first step on a whole new path, where the singers had to learn to know one another as people before anything else.

Although he’s very impulsive and intuitive, Greg Puciato is also a highly intelligent man, as the (very) long and fascinating interview he gave us last year, when The Dillinger Escape Plan released their latest album, already proved. It is therefore with great pleasure that we talked to him about this new band and his desire for collaborations.

Lire l’interview…



Interviews   

The sun is shining once again for Mastodon


Mastodon is going forward slowly but surely, changing their music with every new album, like a butterfly shedding a new chrysalis every three years to show off its new, brighter colors. If you look at their whole discography, Mastodon is a strange animal indeed. Compare their first album, Remission, with their latest record, Once More ‘Round The Sun: the difference is substantial and more than a little surprising, considering only twelve years have gone by and the line-up hasn’t changed one bit. Bands with a 30-year career can’t say as much. The evolution was slow and gradual through the years. Although they’ve kept their sophisticated side, Mastodon has moved to a place that is more deeply rock in its approach and in its melodies, leaving aside the anger of their debut. That may well be why they’re so successful: they’ve never remained long in one place, and the audience has therefore never had a chance to get bored. The very concept of “going back to the roots” would make no sense to Mastodon.

Troy Sanders, the band’s singer and bass player, has only one motto: authenticity. Mastodon’s music is the reflection of its creators and their backgrounds. It’s also the result of a truly remarkable collaborative process. Sanders tells us all about this new widely acclaimed album, which could soon have a little brother in the form of an EP.

Read the interview…



Interview   

Le soleil brille une fois de plus pour Mastodon


Mastodon avance doucement mais sûrement, métamorphosant sa musique à chaque nouveau cycle, comme un insecte qui recréerait tous les trois ans sa chrysalide, avant d’en sortir dévoiler sa nouvelle parure. Si l’on regarde sa discographie dans sa globalité, Mastodon est un bien étrange animal. Si l’on compare son premier album Remission a son nouveau disque Once More ‘Round The Sun, la différence est conséquente, étonnante même, alors que seulement douze ans les séparent et que la fine équipe n’a pas changé d’un iota. Des groupes de 30 ans de carrière ne peuvent en dire autant. Une évolution qui s’est faite graduellement, doucement au fil des ans, où Mastodon, tout en gardant sa fibre sophistiquée, s’est remodelé dans un terroir plus rock, dans le groove, dans l’accroche mélodique, délaissant quelque peu sa colère des débuts. Mais voilà peut-être pourquoi Mastodon marche si bien : il n’a jamais stagné et donc jamais laissé le temps à son public de s’encroûter. Le concept même de retour aux sources n’aurait pas de sens pour Mastodon.

Pour Troy Sanders, le bassiste chanteur du groupe, un mot d’ordre : l’authenticité. La musique de Mastodon est le reflet de ses créateur et de leur parcours de vie. C’est aussi le fruit d’un travail de collaboration qui a tout de remarquable. Sanders nous parle de tout ceci et de ce nouvel album déjà partout acclamé, qui pourrait bien assez vite voir la naissance d’un petit frère sous la forme d’un EP…

Lire l’interview…



Interview   

Killer Be Killed : les voies du collaboratif


« Dans le hip-hop ou dans le jazz, les gens font des disques ensemble et collaborent souvent alors que dans le metal tout le monde semble tellement préoccupé par son propre succès et personne ne prend vraiment de risque. » Voilà un constat qui dénote de l’état d’esprit dans lequel a émergé Killer Be Killed, projet réunissant trois grandes figures vocales et créatives du metal : Max Cavalera (Soulfly), habitué aux collaborations en tout genre, Greg Puciato (The Dillinger Escape Plan) et Troy Sanders (Mastodon), tous les trois accompagnés par Dave Ellitch (ex-Mars Volta), un batteur de standing. Toute collaboration comporte le risque d’échouer, par exemple entravée par les egos, mais est toujours enrichissante et peut même s’avérer être très gratifiante. Cet album de Killer Be Killed est donc un premier pas dans cette expérience, où les chanteurs ont d’abord dû apprendre humainement à se connaître.

Greg Puciato a beau être un impulsif et un intuitif, il n’en est pas moins doté d’une grande intelligence, comme nous avions pu déjà nous en rentre compte avec le (très) long et passionnant entretien qu’il nous avait accordé l’année dernière à l’occasion de la sortie du dernier album de The Dillinger Escape Plan. Voilà pourquoi c’est avec un grand plaisir que nous lui redonnons la parole pour nous parler de ce nouveau groupe et de sa soif de collaborations.

Lire l’interview…



Nouvelles Du Front   

Shane Embury (Napalm Death) apporte son étincelle au boom des side-projects


Il n’est pas rare, commun même, de voir naître des affinités artistiques entre un-tel et tel-autre qui finissent par aboutir à d’inévitables collaborations, et ce quel que soit le style musical joué. Il y a cependant, dans l’étroite sphère metal, une tendance dépassant la simple collaboration qui tend à se généraliser depuis quelques années : celle du side-project. Car plutôt que d’offrir un simple nom crédité, accolé à un unique morceau perdu dans toute une discographie, les artistes n’hésitent plus à s’associer dans de véritables formations parallèles à leur projet initial et principal. Et pour certains noms – que l’on finit par croiser de partout – la liste de ces side-projects ne cesse de croître. En permanence.

Tel est le cas de Shane Embury, bassiste de Napalm Death, qui du haut de ses 45 ans comptabilise pas moins de dix formations différentes dans lesquelles il officia à court ou long terme, superposant certaines d’entre elles à certaines époques. Le musicien peut, de toute évidence, être caractérisé par une hyperactivité artistique notoire. Ainsi, que celui-ci vienne à former, à nouveau, un projet parallèle à Napalm Death n’est plus véritablement surprenant. Voici donc Tronos, projet regroupant Embury et le producteur Russ Russell (Napalm Death, Evile) aux guitares, aux côtés d’une pléiades de musiciens de talent tels que le batteur Dirk Verbeuren (Soilwork), les bassistes Billy Gould (Faith No More) et Troy Sanders (Mastodon), et la chanteuse Silje Wergeland (The Gathering).

Lire la suite…



Interviews   

Max Cavalera fosters his tribe of savages


Savages, the new Soulfly album, is a real family business. First, we’re talking about a close, blood related family, with the participation of Zyon Cavalera, Max’s son, who was given carte blanche to compose his own drum parts on the album after working long hours with his father, as the latter pointed out, and of his other son, Igor, who was invited to sing on a track. Then, on a larger scale, Max Cavalera tells us in the following interview about the huge family which was, is and will keep on being a part of Soulfly: its many guests, whom, for Savages, add up to an already extensive list with Jamie Hanks (I Declare War), Neil Fallon (Clutch) and Mitch Harris (Napalm Death). This brings the band leader to tell us about his relationship with his new home: Nuclear Blast, which, just like Roadrunner Records did in the past, seems inclined to let the musician make his own choices and follow his artistic desires.

But beyond Soulfly, Max Cavalera remains an active man. Regarding Cavalera Conspiracy, he doesn’t hesitate and repeats his desires for grindcore on the third album of the act. At the same time, the Brazilian reminds us that his third and new project (gathering Greg Puciato and Troy Sanders) is about to see the light of day and is most likely expected around mid-2014.

Read the interview…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3