ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interviews   

In Vain lighten up their enigma


The new In Vain offering, Aenigma highlighted more and more the band’s potential to offer a unique dark progressive universe tainted with black metal whereas opened up on different styles… Indeed, it is not surprising to find some saxophone, for example, as well as a strong mix up of varied vocals and singing techniques. The Norwegians provide us with an intricate music that yet got a bit simplified with this last record, with its more direct and sometimes less extreme tracks, that could easily seduce a wider audience.

While touring with their countrymen Solefald and Vreid, Johnar Haaland, the mastermind and guitarist of the band, accompanied by his guitar acolyte, Kjetil Petersen, have replied to the many questions we had about their complex world where it feels good to get lost, despite its strange meanders…

Read the interview…



Interview   

In Vain éclaircit l’énigme


La nouvelle offrande d’In Vain, Aenigma, a un peu plus mis en lumière le potentiel du groupe à proposer un univers progressif sombre teinté de black metal ouvert sur d’autres styles… Il n’est en effet pas étonnant chez In Vain de retrouver du saxophone, par exemple, ainsi qu’un mélange important de divers chants et techniques vocales disparates. Les Norvégiens offrent une musique complexe qui s’est pourtant quelque peu condensée avec ce dernier opus, dont les titres plus directs et parfois moins extrêmes, pourront séduire un plus large public.

En pleine tournée européenne en compagnie de leurs compatriotes Solefald et Vreid, Johnar Håland, la tête pensante et guitariste du groupe, ainsi que son acolyte également guitariste de la formation, Kjetil Petersen ont bien voulu répondre à nos multiples questions sur leur monde complexe dans lequel il fait bon se perdre, malgré ses étranges méandres…

Lire l’interview…



Nouvelles Du Front   

Le saxophone, ça va être metal


L’usage du saxophone dans le metal a de fortes chances de devenir plus récurrent. De plus en plus, le jazz intéresse les artistes metal qui en empruntent certains codes, certaines sonorités, voire qui s’y essayent. Un phénomène qui peut avoir été inspiré par un John Zorn, avec ses incursions dans le metal voire le grindcore et ses nombreux travaux en collaboration avec Mike Patton, et qui a probablement attiré certains rockeurs vers cet instrument. Pour l’instant, seuls quelques artistes ont tenté le mélange du metal avec le saxophone, mais ont probablement par leur notoriété et aussi par la réussite saluée de cette expérience ouvert la voie. The Faceless auraient-ils vraiment eu l’idée d’inclure cet instrument (très pertinemment, cependant) dans leur death technique si Ihsahn ou Napalm Death ne l’avaient pas fait ? Avec le succès d’estime d’artistes évoluant dans un registre avant-gardiste comme Sigh, il semble que l’usage du saxophone soit amené à être – sans aller jusqu’à devenir le nouveau genre à la mode – de plus en plus populaire.

Si l’on peut bien entendu se réjouir d’une initiative qui donnera certainement de bonnes idées à des artistes, il est important malgré tout de rappeler que l’adoption d’une formule ne doit pas être motivée par l’envie d’être original ou, au contraire, l’envie d’être dans un moule mais bien par un projet artistique, comme cela était le cas pour Ihsahn, Shining ou, plus récemment Napalm Death et The Faceless. A ce propos, Ihsahn insistait d’ailleurs : « J’espérais que le son du saxophone pourrait mettre en valeur le sentiment de solitude et de désolation de l’album. […] Il était hors de question de se servir du saxo ‘juste pour se servir d’un saxo’. Je voulais que cet instrument se mêle au reste. »

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Il joue vraiment partout



Vous ne connaissez pas le Sexy Sax Man ?! Où étiez-vous donc passé depuis un an ? Si vous me dites que vous trainiez sur Internet, on ne vous croit pas un seul instant car la vidéo ci-dessus a été l’une des « vidéos virales » de 2011 et elle n’a logiquement pas dû vous échapper. Où alors c’est que vous n’aimez pas George Michael, le saxophone et les mecs qui font irruption n’importe où, à n’importe quel moment avec un saxophone pour nous jouer le riff de sax le plus « tu permets que je me rapproche pour sentir le parfum de tes cheveux ? » jamais inventé pour la chanson « Careless Whipser », ce que nous fait parfois l’ami Fucktoy mais ce qui est surtout l’habitude de Sergio Flores qui joue, comme vous pouvez le voir, dans des endroits aussi hétéroclites que variés. Supérettes, fast-food, laveries automatiques, salles de cours de biologie, tout y passe… Et même des albums de death technique maintenant.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3