ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Benighted, Facebook et la mère



C’est un grand jour pour Benighted : leur nouvel album Carnivore Sublime sort, les gars prendront un bain de foule ce soir lors de sa release-party (« fête de sortie ») au bar Rock N’ Eat à Lyon (c’est quand même mieux qu’une soirée bain moussant avec sa copine pour la Saint-Valentin ; non, baigner dans la même crasse, c’est pas votre idée du romantisme), mais si le moindre souci devait survenir dans la soirée, les gars ne pourront pas aller se blottir dans les bras de leur mère. Non, car leur mère, figure centrale de l’artwork de l’album, a causé la fermeture (au moins temporaire ; EDIT le 15/02/2014 : il s’avère finalement que la page a été définitivement fermée) de leur page Facebook officielle.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Butcher Babies : il y en a derrière le téton ?


On a déjà vu des musiciens signer SUR des seins mais a-t-on déjà vu une maison de disques ou un label signer AVEC des seins ? Et pourtant comment décrire autrement le fait que Century Media Records – qui héberge déjà des artistes tels qu’Iced Earth, In Flames, Paradise Lost, Watain depuis peu, Arch Enemy, etc. – ait offert un contrat au groupe californien Butcher Babies ?

Cela fait quelques mois déjà qu’on louche sur cette bande qui a fait ses premières armes sur le Sunset Strip d’Hollywood, du moins sur ses deux frontwomen, ces deux espèces de playmates Heidi Shepherd (la blonde) et Carla Harvey (la brune), et surtout sur la zone située entre leur menton et leur nombril qu’elles exhibent en concert… ou ailleurs, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-contre, car le but n’est certainement pas de masquer cette partie de leur anatomie, ou alors si peu. Et déjà tout l’intérêt qu’on lui trouvait, c’était ça : cette sorte d’expression de la liberté sexuelle par voie d’exhibitionnisme à la limite du vulgos. Jusqu’à présent, ça n’avait l’air que d’un épiphénomène, un de ces arbres attirants au premier regard mais qui cachent la vraie pépinière de talents qu’il peut y avoir partout ailleurs. Un petit objet d’attention lubrique amusant sur le coup mais qui n’aurait que la force de faire un buzz quelques mois et puis on oublie. Néanmoins, une paire de seins (voire deux en l’occurrence), a une force et peut avoir un impact non négligeable. On parie combien que si Hélène de Troie avait été plate comme une limande, Ulysse serait resté pénard à Ithaque ? Sans doute que Century mise là-dessus.

Lire la suite…



Blow Up Your Video   

Semargl : le retour des boobs !


On y revient toujours ! L’attirance pour ces attributs féminins bombés dont le centre est occupé par des petites pointes rosées en devient, non pas inquiétante, mais un peu maladive quand même (allô, docteur Freud ?). Certes, la démarche est connue : « attirer le lecteur en lui parlant de sexe ». Mais comment voulez-vous que l’on s’en passe ? Après tout, ces formes font partie intégrante des charmes féminins. Les mettre en avant permet de rappeler à la gent féminine que, derrière nos élans machistes, animaux, crasseux et grossiers, nous aimons leurs silhouettes, odes à l’invention de la courbe. Ainsi en parler n’est pas forcément vulgaire. Comment ça on essaye de se dédouaner ?!

Que nenni ! Cet article veut parler de beauté féminine. Vous ne nous croyez toujours pas ? Vous avez raison, car en effet avec ce nouveau clip de Semargl, ce groupe norvégio-ukrainien, grand habitué de l’exhibition mammaire, est de retour accompagné par de jolis nénés (pour ceux qui auraient du mal avec le terme ‘boobs’ et qui croyaient encore jusque-là, à cause de l’image ci-dessus, qu’on parlait de fesses) dans un clip au paroxysme de l’explicite. Car bien que certains groupes comme Steel Panther aient ramené le téton à sa place centrale dans l’univers du rock’n’roll, Semargl fait dans le brut de décoffrage. C’est comme se faire dépuceler par un stéthoscope branché sur une clôture électrique : ça pique un peu.

Lire la suite.



Blow Up Your Video   

Boobs Metal


Boobs Metal, un genre en construction. Pour ceux qui ne seraient pas familier avec l’argot britiche, je vous parle de nichons… De nichons et de metal. D’abord vous allez me dire : « Faut qu’ils arrêtent à RM de vouloir nous attirer avec de telles méthodes, ça va devenir lassant. » Ensuite vous sortirez peut-être un « Et puis des nichons dans le metal, c’est bon, ça date pas d’hier. »

Et vous avez raison ! L’appât mammaire dans l’univers metal ne date pas de la dernière pose d’implants dans une clinique de Beverly Hills. Rien que dans le hard rock ou le glam, c’est une marque de fabrique. Mais le genre dans lequel on ne s’attendait vraiment pas à ce que les artistes usent d’une telle forme de racolage poitrinaire, c’est très probablement le black metal.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Deftones @ Lyon
    Slider
  • 1/3