ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Un soir avec Shawter (Dagoba), jusqu’à ce que mort s’en suive


Ce qui a fait la qualité et le succès de Poseidon, l’album précédent de Dagoba, c’était sa manière de compiler efficacement, sans le moindre élément superflu, les différentes facettes qu’avaient développées les Marseillais au cours de leur carrière. Un album idéal pour boucler un pan de carrière avant d’aborder le suivant. La difficulté étant, à partir de ce moment, de faire un choix sur la façon d’aborder la suite. Changer de style ? Garder ce bon compromis auquel on est arrivé et le reproduire jusqu’à ce que mort s’ensuive ? Prendre cette alchimie comme base pour évoluer ?

Post Mortem Nihil Est, le nouvel album (le premier avec Z à la guitare, suite au départ d’Izakar), est sorti le 27 mai et indique que la formation a opté pour cette troisième option, poussant chaque élément de sa musique plus loin, que ce soit l’intensité et la précision chirurgicale des rythmiques, la violence ou la mélodie. Le tout enrobé d’une atmosphère futuriste, froide et massive.

Shawter, le frontman du groupe, était notre invité téléphonique dans Anarchy X le 28 mai pour en parler. Un chanteur indéniablement libéré par ce changement, et qui ne se cache d’ailleurs derrière aucune langue de bois. Peut-être le côté marseillais ; une facette qui s’exprime aussi à travers l’amour de la mer qu’il tient à clamer à travers l’identité visuelle du groupe.

Lire et écouter l’interview…



Interview   

Seth Siro Anton : L’Art Sombre sous toutes ses formes



Non content d’être le bassiste et chanteur de Septic Flesh, Seth Siro Anton est également l’un des artistes visuels les plus respectés et en vogue à l’heure actuelle, ayant réalisé les pochettes d’innombrables groupes tels que Nile, Ex Deo, Moonspell, Paradise Lost, Kamelot ou encore Exodus. La personnalité qui transparait dans son art est immédiatement reconnaissable parmi mille pochettes, il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’il soit aussi demandé, malgré les reproches que certains lui font de se répéter – une critique qu’il comprend, bien qu’il la considère injuste : « Parfois, j’utilise les mêmes éléments […] mais c’est volontaire. »

Conscient de la qualité de son travail, Seth fait pourtant preuve d’une grande humilité, n’hésitant pas à témoigner de son respect voire de son admiration pour d’autres artistes dont les frères Duplantier. Il reconnaitra d’ailleurs que Gojira figure parmi ses groupes préférés et qu’il rêverait de collaborer avec eux.

Le frontman se préparait à monter sur la scène du Motocultor Festival lorsque nous l’avons rencontré. Visiblement fatigué, il ne s’est pas moins montré enthousiaste à l’idée d’évoquer son travail en tant que créateur de visuels, en nous invitant dans sa loge pour échanger sur ce sujet ainsi que d’autres. Un entretien tout ce qu’il y a de plus spontané, qui s’est, au final, révélé plus long que prévu et, du propre aveu de Seth à l’issu de celui-ci, particulièrement intéressant.

Au programme : l’économie, l’état de l’industrie de la musique, l’art en général et, bien entendu, son art en particulier qui est le sujet central de l’échange. Même si peu a été abordé au sujet de Septic Flesh et de sa musique, il n’a pas hésité, à l’issu de cet entretien, à donner son sentiment sur le prochain album du groupe. Un album qu’il juge d’ores et déjà comme important et que le groupe devrait commencer à composer dans les mois à venir.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Encore une pochette de Seth Siro Anton…


Moonspell sortira son prochain album intitulé Alpha Noir le 27 avril chez Napalm Records et le groupe a révélé l’artwork de sa pochette qui a été réalisé par… Seth Siro Anton de Septic Flesh. En fait, même sans qu’on nous le dise, on aurait compris tout de suite. Ça saute aux yeux que c’est de lui : ces chairs grisâtres (soit comme un signe de (dé)coloration post-mortem, soit comme la couleur fadasse du monde alentour qui déteindrait sur les personnages, ou comme les chairs brûlées, à l’épiderme de cendres, par un holocauste nucléaire…), le dessin des plaies, et même cette zone plus clair au centre, laissant un liseré noir à la limite du champ de vision, tout y est pour que le style de l’artiste soit reconnaissable au premier coup d’œil.

Nous ne faisons pas la critique du style de Seth Siro Anton, non – d’autant que son art est plus varié que ça. Ce qui nous intéresse, voire nous dépite beaucoup plus, c’est de voir tous ces groupes se diriger vers lui, bien en rang, les uns après les autres, faisant la queue pour obtenir le droit de mettre une de ses œuvres sur la pochette de leur album. On caricature un peu mais quand on voit le défilé de pochettes signées par le Grec, déjà depuis quelques années mais de plus en plus fréquemment depuis au moins un ans, nos pupilles commencent tout de même à crier halte.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Mass Hysteria @ Transbordeur
    Slider
  • 1/3