ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interviews   

Skid Row find strenght in dividing their work


We must admit that Skid Row show more discretion than their former vocalist, Sebastian Bach, who never hesitates to talk to the media (some would go as far as to call him a big mouth) and always has a million things going on. It doesn’t mean Skid Row are less worthy; for nigh on fifteen years now, they’ve been knocking about with Johnny Solinger behind the mike. And yet they’ve become rather scarce on the old continent, and their latest musical effort, Revolutions Per Minutes, is already seven years old. “We’ve lost track of time a bit, we hadn’t noticed”, explains a sheepish Rachel Bolan, the bassist of the band and one of the main composers along with Snake Sabo, in the following interview.

The band are aware that time flies and that the entertainment industry works just as fast nowadays – and they intend to put themselves up to date. Which is why they have decided, just like Down before them, to release a series of EPs rather than a complete album. The first one, United World Rebellion: Chapter One, came out a few weeks ago. Still proud and in stellar shape, Skid Row offer what they do best in terms of sleaze rock – whatever those who never accepted change might think, as Bolan points out.

Rachel Bolan talks about all that in this interview…



Interview   

Skid Row se solidifie en divisant son oeuvre


Il faut reconnaître que le groupe Skid Row se montre plus discret que son ancien chanteur Sebastian Bach, très bon client lorsqu’il s’agit de parler aux médias – grande gueule diront certains – et à l’actualité toujours fleurissante. Pourtant Skid Row ne démérite pas et cela fait désormais près de quinze ans qu’ils roulent leur bosse avec Johnny Solinger derrière le micro. Pour autant, rare sont leurs venues sur le vieux continent et leur dernier effort discographique, Revolutions Per Minutes, date de déjà sept ans. « Nous avons un peu perdu la notion du temps, nous n’avons pas fait attention » nous explique un peu penaud Rachel Bolan, le bassiste et l’un des compositeurs principaux de la formation avec le guitariste Snake Sabo, dans l’interview qui suit.

Conscient que le temps passe vite et que le monde du divertissement vit aujourd’hui, lui aussi, à toute allure, ils ont bien l’intention de se mettre à la page. Voilà pourquoi ils font aujourd’hui le choix, à l’instar de Down, de sortir une série d’EP plutôt qu’un seul album. Est donc sorti il y a quelques semaines le premier de cette série, United World Rebellion: Chapter One, qui voit Skid Row revenir fier et en pleine forme avec ce qu’ils savent faire le mieux en matière de sleaze rock, n’en déplaise à ceux qui n’ont toujours pas accepté le changement, comme nous le fait remarquer Bolan.

Rachel Bolan nous parle de tout ça par ici…



Interviews   

Sebastian Bach is not a slave to the past


Sebastian Bach, one of the most talented and well-known rockers of his generation, is one hell of a guy. We already knew it when his last solo album, Kicking & Screaming, came out in August 2011. His show at the Hellfest festival this year was a good opportunity to meet him with – and this was a sort of icing on the cake – his beautiful girlfriend, Minnie Gupta. When we remind him that the last time we had talked, he had tried to put Minnie on the phone, he replies in a flash : « Ha ! That was one of these interviews I did when we were in bed ! » Needless to say that the guy has kept his great sense of humour and that it’s always a thrill to talk to him !

Sebastian Bach’s gig was scheduled on the same day as Guns N’Roses’ one. As we know that Axl Rose and him are friends, we could have expected a duo between the two. Unfortunately, it didn’t happen. However, Sebastian Bach explains us : « He wanted to go out last night, but I’m too old now! He wanted to go to Nantes – Nantes, is that how you say it? I used to pronounce it “Nantèz”, that’s like the Spanish pronunciation! Today I said: “Merci pour veinte años”, but that’s Spanish! I wanted to say: “Thank you for twenty-five years of rock’n’roll”. » That’s how it goes, being a musician : day by day, you cross different countries and you end up mixing different languages ! And on top of that, tiredness is not here to help, as he confesses us : « We had to go on pretty early, and we got here late. I didn’t have anything to eat, so I was kind of spaced out a little bit. » But fortunately, « it was fun! ». He goes on : « But the crowd fuckin’ loved it. Very good response. I think we had the biggest crowd so far. »

Click here to read next…



Interview   

Sebastian Bach n’est pas esclave du passé


Sebastian Bach, non content d’être un des chanteurs les plus doués et réputé de sa génération de rockers, est un sacré personnage. On en avait déjà fait l’expérience en août 2011 à l’occasion de la sortie de Kicking & Screaming, son dernier album solo en date. Sa venue sur le sol français pour sa prestation au Hellfest était une bonne occasion de le rencontrer en face à face avec – bonus non négligeable – sa très charmante petite amie, Minnie Gupta, qui l’accompagnait. Lorsqu’on lui remémore notre précédente rencontre où il avait tenté de nous passer Minnie au téléphone, il répond du tac-au-tac : « Ha ! C’était une de ces interviews que j’ai fait lorsque nous étions au lit ! » Autant dire que le personnage est toujours plein d’humour et c’est un régal de discuter avec lui !

Au sujet du Hellfest, Sebastian Bach se produisait le même jour que Guns N’ Roses. Connaissant l’amitié qui unit le chanteur à Axl Rose, le public clissonnais aurait pu s’attendre à un duo entre les deux frontmans. Ça n’est malheureusement pas arrivé. En revanche, Bach nous explique : « Il voulait sortir hier soir, mais je suis trop vieux pour ça, maintenant ! Il voulait aller à Nantes – c’est bien comme ça qu’on dit ? Avant, je disais ‘Nantèz’, on dirait une prononciation espagnole ! Aujourd’hui, j’ai balancé : ’Merci pour veinte años’, mais c’est de l’espagnol ! Je voulais dire : ‘Merci pour 25 ans de rock’n’roll’. » C’est ça aussi la vie de musicien : on traverse les pays jour après jour et on finit par mélanger les langues ! Et, pour le dédouaner, la fatigue n’est pas là pour aider, comme il nous l’avoue : « On devait passer assez tôt et on est arrivés à la bourre. Je n’ai rien pu manger, donc j’étais un peu à côté de mes pompes. » Mais fort heureusement « C’était fun ! » s’exclame-t-il. Il poursuit : « Le public a putain d’adoré. Très bonne réponse. Je crois qu’on a eu le droit au public le plus important jusqu’ici. »

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Skid Row et Sebastian Bach : entre stupeur et tremblements


« Si les mecs de Skid Row veulent se réunir pour écrire et enregistrer de nouvelles chansons, puis partir en tournée avec un nouvel album, ça m’intéresserait. Mais personne n’évoque cette idée. Tout ce dont on parle, c’est de faire une tournée de reformation, de se mettre du fric dans la poche, de jouer de vieilles chansons… Ça ne m’intéresse pas du tout. » nous disait Sebastian Bach en interview en juillet 2011. Et pourtant, il semblerait que Skid Row et Bach – faisant, jusqu’alors, tous deux preuve d’une forte réticence à l’idée de se reformer – aient été touchés par le fameux virus de la « reformation du line-up originel ». Mais comment ? Pourquoi ?

Sebastian Bach ayant avoué lui-même dans cette même interview, ne pas beaucoup apprécier ses ex-collègues, c’est donc avec stupeur que l’on apprend que ce dernier se dirait prêt à une réunion de la formation originelle dans un récent échange sur Twitter : « Quatre des cinq membres fondateurs sont prêts à le faire. Croyez-le ou non mais je suis l’un des ces quatre qui seraient prêts à le faire. » Étrange retournement de situation en moins d’un an.

Lire la suite…



Interviews   

The passion according to Sebastian Bach


Without a doubt one of the greatest hard rock singer of all time, Sebastian Bach can also boast about the fact that with his previous band Skid Row, he sang on albums that had a huge impact on this style: their first eponymous album of course, but also the exhilarating Slave To The Grind. Sadly enough, what followed hasn’t been this bright despite a very well made third album: the singer and the band ended up splitting up painfully.

And yet Bach still didn’t stop. The fair-haired singer distinguished himself in 2007 with Angel Down, a record he signed with his own name. A true success that do justice to the talent we know he is, and proved that the ex-Skid Row member still has guts. Besides, Bach is back this year with a new album entitled Kicking & Screaming that will be out the 23th of September. Needless to say, the singer carries on the same path and isn’t disappointing.

We had to talk to Sebastian Bach to acknowledge that. An extremely nice character, both rock’n’roll and funny. In what he’s saying, two things are striking: the first one is his deep honesty, a quality that owned him his reputation as a loudmouth, and probably some interpersonal conflicts. The second one is the striking passion he shows. But after all, maybe you can’t have one without the other. As a result, here is a fascinating, colorful interview which will undoubtedly delight both dedicated and casual fans.

It features his album of course, but also Skid Row, the death of the late singer from Warrant Jani Lane for whom Bach wrote a tribute, rock-star life, Guns N’Roses’ frontman Axl Rose, a good friend of his, and a lot of other subjects.

Read the interview…



Interview   

La passion selon Sebastian Bach


Sans conteste l’un des plus grands chanteur que le hard rock ait connu, Sebastian Bach peut en plus se targuer, avec son précédent groupe Skid Row, d’avoir chanté sur de grands albums qui ont marqué le genre : le premier album éponyme mais surtout le jouissif Slave To The Grind. Malheureusement, l’histoire qui a suivi, malgré un troisième album de très bonne facture, s’est avéré moins heureuse avec une séparation douloureuse entre le chanteur et le groupe.

Pourtant, Bach ne s’est pas arrêté pour autant. Le blondinet s’est particulièrement fait remarqué en 2007 avec Angel Down sorti sous son propre nom. Une vraie réussite qui fait honneur au talent qu’on lui connaît et prouve que l’ex-Skid Row en a encore dans les tripes. D’ailleurs, Bach est de retour cette année avec son successeur intitulé Kicking & Screaming et prévu pour le 23 septembre. Autant dire que le chanteur continue dans sa lancée et ne déçoit toujours pas.

Il fallait donc que nous nous entretenions avec Sebastian Bach pour marquer le coup. Un personnage à la fois rock’n’roll, drôle et extrêmement sympathique. Toutefois, deux choses frappent particulièrement dans ses propos. La première est sa profonde honnêteté. Un trait de caractère qui lui vaut sa réputation de grande gueule et a probablement été à l’origine de certains conflits relationnels. La seconde est la passion saisissante dont il fait preuve. Mais après tout, peut-être que l’une ne va pas sans l’autre. Le résultat est un entretien captivant et haut en couleur qui ravira, à n’en pas douter, autant ses fans que les occasionnels.

Au programme : son album, bien entendu, mais aussi Skid Row, le décès de l’ex-chanteur de Warrant Jani Lane pour qui Bach avait rédigé un hommage, la vie de rock star, le frontman de Guns N’ Roses Axl Rose avec qui il est lié d’une grande amitié et bien d’autres sujets.

Lire l’entretien…



Nouvelles Du Front   

Au-delà du politiquement correct


L’ancien chanteur de Skid Row Sebastian Bach a passé du temps avec le finaliste de l’émission American Idol. Bach s’est empressé de poster le message suivant : « Intéressant. Il m’a dit qu’il voulait chanter ’18 And Life’ de Skid Row [dans l’émission], mais qu’on lui avait interdit de le faire. Qui prend ces décisions et pourquoi ? Comment ? On lui a dit qu’il pouvait chanter du Bon Jovi, mais pas de Skid Row. Intéressant. Et merdique aussi. »

Pourquoi ? Précisons que ce qui va suivre n’est que simple supposition suite à un rapide tour de table au sein du staff : l’hypothèse la plus plausible concerne la thématique abordée par cette ballade monumentale et par son clip.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Sebastian Bach Gone Wild !


Les mecs qui écrivent dans Classic Rock Magazine sont moins beaux que Sebastian Bach. Par conséquent, ils s’en prennent à lui. Mais pas physiquement car chacun sait que toute atteinte au corps de Sebastian Bach est punie par un châtiment divin foudroyant. Ils s’en prennent donc à lui à travers leurs publications. Classic Rock Mag a sorti un dossier de cinq pages sur Skid Row, groupe dans lequel Sebastian Bach commença à offrir sa voix (je vais très souvent dire Sebastian Bach dans cet article car écrire ou prononcer le nom de Sebastian Bach augmente la puissance sexuelle) mais dans lequel Sebastian Bach ne reçoit pas l’adoration qu’il mérite.

Au contraire ! Ils osent affirmer que, quand les membres de Skid Row ont découvert Sebastian Bach, plutôt que de trouver LA rockstar qui les mènerait vers les sommets, « ils ont seulement mis la main sur un ego qui menaçait de détruire le groupe ». En sus, ils le calomnient en déclarant que Sebastian Bach n’a pas accepté d’être interviewé pour cet article car il « n’aurait que mépris pour cette part de son passé ». Et à côté de ça, pas un mot sur sa grande carrière solo depuis ses passages remarqués à Broadway, à la télévision ou aux côté de Guns N’ Roses, et jusqu’à son dernier album, Angel Down, qui, par bien des aspects, « égale le premier album de Skid Row ».

Mais tout cela n’a pas échappé à Sebastian Bach. Sebastian Bach sait que Classic Rock Magazine, et plus particulièrement le rédacteur Roger Lotring, ne supporte pas le succès que remporte Sebastian Bach, qu’il préfère s’en tenir à une vieille image, qui plus est faussée, qui rentre parfaitement dans le moule qui lui a été construit. Alors Sebastian Bach a tenu à se rendre justice sur Twittlonger. Verdict évident : Classic Rock Mag est un étron posé sur les pompes de Sebastian Bach. Mais on ne défèque pas ainsi sur Sebastian Bach et les coupables repartent avec un retentissant « Fuck you » et une injonction à comparaître à l’un de ses concerts pour mieux comprendre combien ils sont dans l’erreur.



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3